Comment la marine impériale russe a fini ses jours

Archives
Les événements tragiques du début du XXe siècle ont porté un coup fatal à la marine impériale russe. Ses meilleurs navires de guerre ont été perdus pendant la guerre russo-japonaise et ceux qui ont survécu ont été emportés par la Première Guerre mondiale et la révolution russe.

Bataille navale d'Oslabia

Le cuirassé a été nommé d'après un moine russe qui participa à la bataille de Koulikovo contre les Mongols en 1380. L’Oslabia ​​a été détruit lors de la bataille de Tsushima, le 27 mai 1905, pendant la Guerre russo-japonaise (1904-1905). La bataille fut une cinglante défaite pour la marine russe.

Cuirassé Peresvet

Le cuirassé a reçu son nom en l'honneur d'un autre moine russe qui, avec Oslabia, a participé à la bataille de Koulikovo (1380). Pendant la Guerre russo-japonaise, le Peresvet a été touché et capturé par les troupes japonaises. Il a rejoint leur marine sous le nom de Sagami, et ce n'est qu'en 1916 que la Russie a pu le récupérer. Cependant, Peresvet a percuté une mine allemande cette même année en Méditerranée et a coulé.

Lire aussi : Kruzenshtern, Sedov et les autres: ces voiliers qui arborent fièrement le pavillon russe

Navire Pobeda

Comme le Peresvet, le cuirassé Pobeda (Victoire) était également revenu au Japon en tant que trophée lors de sa guerre avec la Russie. Mais contrairement au précédent, Pobeda n'a jamais été rendu à la Russie et a servi dans la marine japonaise sous le nom de Suwo jusqu'en 1922.

Cuirassé Empereur Alexandre III

Le cuirassé Empereur Alexandre III a changé de camp et été renommé de nombreuses fois durant la période agitée de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile russe. Il combattit les Ottomans dans la mer Noire avant de rejoindre la Révolution en décembre 1917. Après le Traité de Brest-Litovsk (1918), le navire (sous le nouveau nom de Volia (Volonté) fut pris par les Allemands, et après leur retrait de Sébastopol, par les Britanniques. En 1920, le cuirassé, rebaptisé Général Alexeïev, devint le vaisseau amiral de la flotte blanche, qui combattait les Rouges pendant la guerre civile. Il a conduit le convoi qui a évacué les troupes blanches de Crimée à Constantinople.

Navire Dvenadsat Apostolov

Pendant 12 ans, le cuirassé Dvenadsat Apostolov (Douze Apôtres) a servi sans participer aucune bataille ou incident majeurs, jusqu'à ce qu'il soit retiré du service en 1911. Cependant, en 1925, il a participé au tournage de l'un des plus grands films de tous les temps : Le Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein.

Lire aussi : Le destroyer russe Novik, le plus rapide de son temps, retrouvé 77 ans après son naufrage

Croiseur Baïan

Après avoir été lancé en 1900, le croiseur a servi pendant quatre ans dans les rangs de la marine russe. Pendant la bataille de Port Arthur (1904), au tout début de la guerre russo-japonaise, il a percuté une mine et a été coulé. Cependant, en 1905, les Japonais ont récupéré le Baïan et l'ont utilisé comme navire d'entraînement et poseur de mines sous le nom d'Aso jusqu'en 1930.

Croiseur Boïarine

Le croiseur Boïarine (Noble) fut une autre victime de la Guerre russo-japonaise, sombrant dans une tombe aquatique au tout début du conflit.

Navire Navarin

Lorsqu'il a été lancé en 1891, le Navarin était le plus puissant navire de guerre de la marine impériale russe. Cependant, il fut coulé pendant la bataille de Tsushima avec 20 autres navires de guerre russes.

Lire aussi : Saviez-vous que la marine russe avait un «dinosaure» dans ses rangs?

Cuirassé Empereur Alexandre II

Le cuirassé Empereur Alexandre II a réussi à survivre à la fois la guerre russo-japonaise et à la Première Guerre mondiale, mais la révolution russe eut raison de lui. Le Zaria Svobody (l'Aube de la Liberté), comme le navire a été rebaptisé, a été fortement endommagé pendant la révolte des marins de la flotte de la Baltique à Kronstadt en mars 1921, et a été démantelé l'année suivante.

Croiseur Rossia

Le croiseur Rossia (Russie) a survécu aux guerres avec le Japon et l'Allemagne et a été démantelé en 1922.

Croiseur blindé Amiral Nakhimov

Ce croiseur blindé fut l'un des rares héros de la bataille sans gloire de Tsushima. Il a été touché plus de 20 fois, a perdu 25 hommes et 51 de ses matelots ont été blessés, mais il a réussi à couler deux destroyers japonais et a lourdement endommagé le croiseur Iwate. L’Amiral Nakhimov en perdition a été abandonné par son équipage le 28 mai 1905.

Lire aussi : Où vont mourir les navires russes?

Navire de défense côtière Amiral Ouchakov

Pendant la bataille de Tsushima, l'Amiral Ouchakov affronta les croiseurs japonais Iwate et Yakumo beaucoup plus puissants. Après un combat inégal, l'équipage du navire lourdement endommagé a refusé de se rendre comme le proposait l’ennemi et a sabordé le navire.

Croiseur Novik

Coulé en 1904 pendant la guerre russo-japonaise, le croiseur fut récupéré par les Japonais en 1906 et rejoignit leur flotte sous le nom de Suzuya, où il servit sept années de plus.

Croiseur Variag

L'un des navires les plus légendaires de Russie, le Variag fut engagé dans la bataille contre six croiseurs et huit torpilleurs ennemis au tout début de la guerre avec les Japonais. En infériorité numérique totale et fortement endommagé, le Variag a été détruit par son équipage le 9 février 1904.

Lire aussi : Pourquoi la flotte maritime spatiale de l'URSS a-t-elle disparu?

Torpilleur Riani

Le torpilleur Riani (Zélé), connu sous le nom de Sova (Hibou) jusqu'en 1902, a été capturé par les Blancs finlandais en 1918 à Helsinki pendant la guerre civile finlandaise. Pendant des années, il a servi dans la marine finlandaise en tant que S-1, jusqu'en 1939, date à laquelle il a été retiré du service.

Dans cet autre article, il vous est possible de découvrir les dix navires les plus légendaires de la Marine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies