Saviez-vous que la marine russe avait un «dinosaure» dans ses rangs?

Ce n'est pas un secret, la marine russe moderne possède de nombreux vaisseaux anciens conçus à l'époque soviétique. Mais il existe aussi un spécimen unique qui est encore plus vieux qu'eux. Construit sous l'Empire russe, ce navire a pris part aux deux guerres mondiales et continue à servir aujourd'hui sur un pied d'égalité avec les navires modernes.

C'est incroyable, mais non seulement ce navire vieux de 104 ans appartient officiellement à la Marine russe (comme l’USS Constitution de la Marine américaine), mais il sert activement dans ses rangs. Mis à l’eau en 1912 sous le nom de Volkhov (maintenant Kommouna), ce navire de sauvetage sous-marin a été lancé l'année suivante, et en 1915 il a rejoint la flotte Baltique.

La construction du navire était en fait unique. L'acier spécial utilisé par la société Poutilov signifie que la coque du navire reste en parfait état jusqu'à ce jour, un siècle après son lancement. Malheureusement, cette méthode de production d'acier a été perdue pendant les bouleversements de la révolution russe et de la guerre civile.

Le Volkhov n'était pas conçu pour participer à une guerre et il n’était pas équipé d'armes. Le but principal de ce catamaran était de réaliser le sauvetage des sous-marins et de les accompagner en eaux libres.

Pendant la Première Guerre mondiale, le Volkhov servait de base flottante pour les sous-marins de la mer Baltique. Il transportait jusqu'à dix torpilles supplémentaires et des réserves de combustible. En outre, il pouvait servir de logement pour 60 marins.

Parmi les navires sauvés par le Volkhov figurent le navire russe AG-15 (dans des conditions très orageuses) et des sous-marins Licorne de classe Bars. Il a également soulevé le sous-marin britannique HMS L55 qui a coulé en 1919 dans le golfe de Finlande lors d'une collision avec les destroyers soviétiques Gavril et Azard.

En 1922, le navire a été rebaptisé Kommouna (« Commune » en français), un nom qui a survécu à la chute de l'URSS. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi avec succès comme base de réparation sous-marine, et a fourni un amarrage pour les sous-marins soviétiques de classe M (c’est à dire Classe Malioutka).

Depuis 1967, le Kommouna fait partie de la flotte de la mer Noire, basée à Sébastopol, en Crimée. Son équipage est passé de 23 à 41 membres du personnel de service.

Le Kommouna a soulevé plus de 150 navires au total, mais les sous-marins ne sont pas le seul objectif du navire. En 1977, il a récupéré un avion Su-24 qui s’était écrasé en mer.

Bien sûr, le temps est sans pitié, et le Kommouna doit aujourd'hui faire l'objet d'une rénovation et d'une modernisation constantes. Le navire a été équipé d'un engin sous-marin télécommandé Saab Seaeye Panther Plus, qui peut étudier des objets à une profondeur pouvant aller jusqu'à 1 km. Même le vieux piano qui a été offert au navire en 1914 a été réparé et est devenu à nouveau opérationnel.

Le Kommouna a vécu jusqu'à un âge mûr. Mais certains projets navals russes n'ont pas été aussi chanceux.

Saviez-vous, que la Russie a mis en service le brise-glace le plus puissant du monde, baptisé Sibir (« Sibérie ») ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre  article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies