Le paskha au chocolat, un dessert russe parfait pour votre tablée de Pâques

Victoria Drey
Chaque année à Pâques, ce plat orthodoxe occupe une place particulière sur les tables de Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le paskha est l'un des plats traditionnels de Pâques utilisé pour célébrer la Résurrection : il est formé dans un moule en forme de pyramide tronquée, qui symbolise le tombeau du Christ.

Ce plat, dont le nom n’est autre que l’équivalent russe de « Pâques », est spécial pour moi car nous le cuisinons et le dégustons exclusivement une fois par an. Ce gâteau se compose principalement de beurre, de tvorog et de crème épaisse, mais tout cela en vaut la peine. Si vous souhaitez préparer un paskha mais n'avez pas de tvorog sous la main, vous pouvez le remplacer par un mélange de fromage à la crème et de fromage blanc. Tous ces ingrédients, d'ailleurs, sont strictement interdits pendant le Carême orthodoxe qui précède cette fête.

De par son goût et sa consistance, je dirais qu’il se rapproche d’un cheesecake, mais ils sont toutefois loin d'être identiques : le paskha n'a pas de base de biscuit et possède une consistance plus proche du tvorog que du fromage blanc. De plus, il se « cuit » au réfrigérateur, pas au four.

Dans ma famille, nous avons toujours pris la cuisine de Pâques très au sérieux : ma mère fait des dizaines de koulitchs et, bien sûr, le paskha au tvorog, qui est sans doute notre plat de Pâques préféré. Selon la tradition orthodoxe, l’on peut cuisiner des plats rituels de Pâques tels que le paskha, le koulitch et les œufs non seulement pour le grand jour de fête mais aussi pendant la première semaine de Pâques, la « Semaine radieuse ». Pendant cette période, ma mère prépare avec diligence au moins trois paskhas afin que la famille et les amis puissent en profiter pleinement. Elle en fait toujours des différents : un à la vanille, un autre avec des raisins secs, des noix hachées et des fruits secs, et un paskha au chocolat, qui finit toujours par être le plus délicieux de tous.

J'aime aussi cette recette fiable parce qu'elle ne demande pas beaucoup de temps ni de compétences culinaires : il suffit littéralement de mélanger tous les ingrédients, de transférer le tout dans un moule et d'attendre patiemment que le paskha acquiert au frigo son goût riche et crémeux.

Lire aussi : Comment les orthodoxes célèbrent-ils Pâques?

Ingrédients :

500g de tvorog/fromage cottage (9% de matières grasses minimum)

150g de beurre doux

70g de crème épaisse (20% de matière grasses minimum)

130g de lait condensé

50-70g de sucre

2 bonnes cuillères à soupe de cacao en poudre

1 cuillère à café d’extrait de vanille

¼ de cuillère à café de sel

Préparation :

La clé d'un délicieux paskha est d'avoir le bon tvorog, ou fromage cottage en fonction de ce que vous pouvez trouver par chez vous. Il doit être sec et mou, et non granuleux ou trop liquide. Si vous pensez que votre tvorog n'est pas assez mou, il existe une technique : passez-le simplement dans un tamis, deux fois de préférence, pour obtenir une consistance lisse et agréable.

Le tvorog que j'utilise est initialement suffisamment doux, alors je saute cette étape et je commence par mélanger les ingrédients dès le départ. Dans un saladier, mettez le beurre ramolli, le sucre, le sel, la vanille, la poudre de cacao et la crème épaisse. Battez le tout pendant quelques minutes jusqu'à ce que le mélange devienne lisse et aéré.

Ensuite, ajoutez votre tvorog et commencez à remuer doucement mais de manière continue avec une spatule.

Enfin, ajoutez le lait condensé et battez à nouveau à faible vitesse jusqu'à ce que le mélange soit très lisse. Vous pouvez remplacer le lait condensé par du sucre ordinaire au cas où vous n’en trouveriez pas, mais personnellement, j'adore mon paskha au lait condensé. J'ai l'impression que cela le rend plus crémeux. Quoi qu'il en soit, vous devriez obtenir un mélange assez lisse et pâteux qui sera la base de votre futur gâteau.

Voici désormais l'étape la plus importante. Si vous avez la chance d'avoir ou de trouver un moule spécial paskha, c'est parfait ; sinon, utilisez un moule en forme de pyramide perforé en bas ou une passoire. Recouvrez le moule de deux couches de gaze ou de coton à fromage humidifié – j'achète toujours le mien dans une pharmacie voisine. Versez soigneusement le mélange de tvorog à l'intérieur et repliez les extrémités de la gaze sur le dessus.

Placez un bol sous le moule pour recueillir les gouttes de lactosérum. Puis, placez un couvercle sur le dessus et faites peser quelque chose de lourd sur le paskha – j'utilise personnellement un bloc de fromage. Ensuite, mettez soigneusement tout cela au réfrigérateur et laissez le paskha s'égoutter pendant au moins une nuit.

Prenez votre temps, ne vous pressez pas. Si votre paskha ne s'égoutte pas correctement, il risque de s'affaisser lorsque vous le sortirez du moule. Après environ 15 heures, vous remarquerez la présence de petit-lait dans le bol sous le moule ; cela signifie que vous avez tout fait correctement.

Ôtez le poids, libérez le dessus du gâteau de la gaze et retournez doucement le moule sur un plat de service ; puis démouler votre paskha et retirez le tissu.

L’ornement est à votre choix : utilisez des noix, des fruits secs, des décorations de Pâques, tout ce que vous voulez. Un très bon paskha doit être si dense que vous pouvez le couper en fines tranches.

Priatnogo appetita et joyeuses Pâques !

Dans cet autre article culinaire, nous vous expliquons comment décorer vos œufs de Pâques à l’aide d’ingrédients naturels.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies