Les multinationales françaises s’engagent dans la lutte anti-coronavirus en Russie

Irina Baranova
Renault, Décathlon, ou encore Danone, plusieurs grandes entreprises françaises implantées en Russie ont décidé de se joindre au combat contre la Covid-19, par le biais de gestes de charité au profit des médecins et bénévoles. Passons à la loupe cet élan de générosité.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alors que depuis plusieurs mois le monde entier se retrouve en proie à une paralysie généralisée, engendrée par la pandémie de Covid-19 et présageant une crise économique majeure, plusieurs grands groupes français établis en Russie ont fait le choix de l’altruisme plutôt que de la résignation.

Qu’ils évoluent dans le secteur automobile ou agroalimentaire, tous ont fait acte de charité au profit des travailleurs de la santé particulièrement sollicités, le pays dénombrant en ce 27 avril 87 147 individus atteints de coronavirus.

La nourriture, nerf de la guerre

Ainsi, Danone a entrepris, début avril en Russie, la livraison de plus de 100 tonnes de produits laitiers à destination des médecins et bénévoles, mais aussi de près de 10 000 litres de produits d’alimentation entérale (par sonde) pour les patients. Les premiers établissements à avoir bénéficié de ce soutien ont été l’hôpital de Kommounarka et l’Institut Sklifossovski, à Moscou, situés en première ligne face à l’afflux de malades. Néanmoins, d’autres structures se trouvant à Saint-Pétersbourg, Kazan, Ekaterinbourg ou encore Nijni Novgorod en ont également été les destinataires.

« Nous avons reçu des mots de remerciements de médecins en chefs des cliniques, auxquelles ont été expédiées les livraisons. Mais le principal pour nous, est l’aide aux personnes souffrant de Covid-19, ainsi que le soutien au personnel soignant et aux bénévoles, a affirmé à Russia Beyond Anna Chavrova, attachée de presse de Danone Russie. Nous savons à quel point c’est difficile pour eux, et qu’ils œuvrent à la limite des capacités humaines. Les approvisionner en produits laitiers frais est le minimum que l’on puisse faire pour ces gens ».

De son côté, le géant du commerce de détail Auchan, premier employeur étranger en Russie, s’est engagé à venir en aide au personnel soignant dans toutes les villes abritant l’un de ses points de vente, rapporte le magazine spécialisé Retail & Loyalty. De cette manière et en fonction des besoins, d’Oufa à Omsk en passant par Perm et Saratov, les salariés de la chaîne ont remis aux employés de divers établissements de santé des corbeilles de fruits, des petits déjeuners et boissons chaudes, de l’eau ou encore des produits désinfectants.

À noter que, en parallèle, le groupe mène une étroite coopération avec les organisations bénévoles venant en aide aux personnes à risques ou en situation précaire, en leur allouant des denrées telles que des pâtes, céréales, conserves, sel et huile végétale.

Une autre initiative louable dans le domaine alimentaire est celle de Pernod Ricard, le célèbre producteur de boissons alcoolisées ayant prévu de distribuer, au cours de ce mois, quelque 9 000 repas à différentes structures hospitalières, apprend-on sur son site. Ce projet vise en réalité à soutenir simultanément deux pans d’activité en actuelles difficultés : celui de la santé, mais aussi de la restauration, puisque ces repas seront achetés à des restaurants et bars partenaires, touchés de plein fouet par les mesures de confinement.

Lire aussi : Bâti en un mois, un hôpital moscovite reçoit ses premiers patients atteints de Covid-19 (photos)

Logistique et protection en maîtres mots

Par ailleurs, afin de faciliter la prise en charge des patients par les professionnels et bénévoles russes, plusieurs entreprises françaises ont quant à elles opté pour des livraisons d’équipements particulièrement prisés en cette période.

Le constructeur automobile PSA a par exemple confié des minivans, fourgons et crossovers à la Croix-Rouge russe et à la fondation caritative d’aide aux hospices Vera, tandis qu’une ambulance, conçue sur la base d’un Citroën Jumper, a été remise au Centre régional de médecine d’urgence de Kalouga. Au total, le nombre de véhicules concernés se porte à 15.

« Nous avons décidé de soutenir ceux qui ont le plus besoin de voitures dans la situation actuelle. Aujourd'hui, les établissements médicaux, les médecins et les bénévoles sont surchargés. Le besoin de transports spéciaux et personnels pour se déplacer rapidement et en toute sécurité dans la ville a fortement augmenté. C'est pourquoi [nous] avons décidé d'apporter notre modeste contribution pour soutenir ceux qui restent en première ligne », a expliqué à Russia Beyond Lilia Mokroussova, du service de presse du groupe.

Pour sa part, Renault, qui l’a annoncé sur les réseaux sociaux, a transmis cinq crossovers Arkana à une organisation bénévole effectuant, à Moscou et dans sa région, des visites chez les personnes âgées afin de leur procurer une aide sanitaire et de les approvisionner en nourriture et médicaments.

Le fabriquant de cosmétiques Clarins a quant à lui remis plus de 2 500 crèmes pour les mains aux hôpitaux moscovites, la peau des médecins étant mise à rude épreuve par les constantes procédures de désinfection.

Enfin, un autre geste, plus insolite mais tout aussi salutaire, est celui de Décathlon, qui a constaté en Russie la récente et fulgurante ascension de ses masques de snorkeling (randonnée subaquatique) en tête de ses ventes en ligne. Face à cette popularité et à des dizaines de demandes d’établissements hospitaliers de leur en fournir, la compagnie n’a pu rester indifférente.

« Nous avons alors réalisé, que c’était notre opportunité d’aider les médecins dans la lutte contre l’épidémie, et avons décidé de transmettre gratuitement aux hôpitaux 6 000 masques, c’est-à-dire tout notre stock en Russie, a expliqué à Russia Beyond Polina Kitova, directrice en communication de la société pour ce pays, ajoutant en outre ambitionner d’offrir environ 1 000 masques supplémentaires aux établissements de Moscou et Saint-Pétersbourg cette semaine. Au total, nous en avons remis à 159 hôpitaux dans toute la Russie ».

Un geste désintéressé qui, comme elle le souligne, a été grandement apprécié.

« Les médecins ont été très sensibles à cette aide, beaucoup nous ont écrit des messages de gratitude sur les réseaux sociaux, par mail, les hôpitaux ont rédigé des lettres de remerciements, nous ont envoyé des photos de médecins », conclut cette représentante de Décathlon.

Dans cet autre article, découvrez les témoignages de médecins russes face à la surcharge de travail due au coronavirus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies