Comment les virologues russes aident à combattre le coronavirus en Serbie

Ministère russe de la Défense
Près de 90 médecins russes travaillent pour sauver des patients à Belgrade et dans d’autres villes du pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le mardi 7 avril, des virologues militaires russes ont commencé à traiter les patients atteints de coronavirus au centre médical clinique Dragisa Mišović à Belgrade, en Serbie.

Fin mars, le gouvernement serbe a en effet demandé l'aide de la Russie dans le cadre de la pandémie de coronavirus. En réponse, le 4 de ce mois, Moscou a envoyé dans ce pays des Balkans 11 avions de transport militaire IL-76 avec à leur bord 87 spécialistes militaires, ainsi que du matériel pour la ventilation pulmonaire artificielle et des moyens de désinfection et protection.

Selon le service de presse du ministère russe de la Défense, les médecins y effectuent le cycle complet de traitement : du diagnostic des patients et de la collecte des anamnèses aux procédures médicamenteuses.

En plus de la capitale serbe, cinq équipes de virologues se sont rendues dans les villes de Ćuprija, Novi Pazar, Čačak, Leskovac et Kragujevac. Ils y rejoindront les médecins locaux, organiseront la quarantaine et participeront aux procédures de désinfection.

Une équipe médicale est par ailleurs « en réserve », sa tâche consistant à surveiller l'état de ses collègues et à se rendre dans les zones d'appel en cas d'urgence.

Lire aussi : Comment les médecins russes font-ils face à la surcharge de travail due au coronavirus?

Qui sont ces virologues militaires ?

Comme dans le cas de l'Italie, le ministère russe de la Défense a envoyé à l'étranger des personnes ayant l'expérience du traitement des épidémies et des infections de masse.

« Tous les médecins du grade de lieutenant-colonel et plus (âgés d'environ 35 ans et plus) ont participé en 2016 au traitement de l'épidémie d'anthrax en Russie. La principale différence entre les virologues militaires et les pneumologues, thérapeutes et autres médecins de l'hôpital est que les premiers sont initialement formés pour traiter les foyers d'infection de masse et éliminer leurs conséquences, alors que les autres ne le sont pas », a déclaré à Russia Beyond Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef du magazine Arsenal Otetchestva.

La Russie n'envoie effectivement que ses spécialistes confirmés et expérimentés pour de telles opérations à l'étranger.

« C'est une pratique et une expérience inestimables. Ce n'est qu'en éliminant régulièrement des foyers de maladie similaires que l'on peut être sûr des compétences de ses militaires en cas de conflit de grande ampleur », a ajouté l'expert.

Selon lui, les virologues vont probablement passer plusieurs mois en Serbie jusqu'à ce que Belgrade lève la quarantaine dans le pays et déclare une victoire complète sur la maladie, comme l'a déjà fait la Chine.

Lire aussi : Comment les tsars de Russie réagissaient-ils face aux épidémies mortelles?

Combien coûte l'aide russe ?

Selon le Département d'État américain, Washington a payé pour l'équipement et les appareils médicaux, qui ont été livrés par l’armée russe à New York au début du mois d'avril.

Viktor Mourakhovski affirme que le ministère russe de la Défense paie cependant entièrement les services des médecins russes travaillant en Serbie.

« Les Serbes ont pu payer les appareils de ventilation pulmonaire artificielle et les médicaments qui sont arrivés avec les médecins. Mais c'est loin d'être un fait, car ce sont nos partenaires en Europe, avec lesquels Moscou entretient des relations de longue date. Notre ministère de la Défense paye seul les services des médecins, donc les équipements de traitement ont très bien pu être transférés gratuitement », estime l'analyste.

Dans cet autre article, découvrez le témoignage d’un spécialiste russe envoyé en Italie pour lutter contre le coronavirus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies