Pour quand la fin du confinement en Russie?

Getty Images
Pour le moment, ni Moscou ni toute autre ville russe n’a atteint le pic de propagation du coronavirus – à l’échelle fédérale, 3 448 cas ont été enregistrés au cours de ces dernières 24h, un nombre jusqu’ici jamais atteint. Il semble donc que les Russes aient encore à patienter au moins un mois avant que le confinement généralisé ne soit levé.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Quand arrivera le pic ?

La propagation du coronavirus n’atteindra son pic que vers fin avril-début mai 2020, a déclaré dans une interview au Journal parlementaire le docteur ès sciences biologiques et académicien Mikhaïl Kirpitchnikov. Selon lui, c’est durant cette période que le pays enregistrera la plus grande augmentation de nouveaux cas et le plus lourd bilan de victimes de la Covid-19.

« Ensuite, on atteindra le plateau et combien de temps cela durera, il est difficile de le dire. Avant tout, il faut respecter les mesures sanitaires que propose le gouvernement », a fait noter l’analyste.

Cela étant dit, pendant le pic de la pandémie, le nombre d’infectés pourrait ne pas dépasser 20 000-25 000 infectés dans la capitale, estime pour sa part le conseiller du directeur de l’Institut central de recherches en épidémiologie et académicien Viktor Maleïev.

Selon lui, lorsque le pic commencera à chuter à Moscou, le nombre de contaminés continuera à augmenter dans les régions.  

>>> «L’éthique médicale n’est plus une théorie»: un virologue russe sur la Covid-19 en Italie

Les autorités russes placent quant à elles leur espoir dans des pronostics plus optimistes. La vice-première ministre Tatiana Golikova a expliqué dimanche que les 14-16 avril seraient déterminants pour juger si le plateau a été atteint ou si l’augmentation se poursuivra encore.

Quand le régime d’auto-isolement sera-t-il levé ?

Golikova juge par ailleurs que la Russie ne saurait surmonter la situation d’ici le 9 mai, Jour de la Victoire. Selon ses prévisions, toutes les restrictions mises en place dans le cadre de la lutte pourraient être levées d’ici juin 2020. Cependant, ce scénario n’est possible qu’à condition que tous les citoyens respectent strictement le confinement.

L’infectiologue russe Viktor Maleïev rejoint l’avis d’une fin de propagation en juin 2020, précisant néanmoins qu’il s’agit du pronostic « le plus optimiste ».

Le docteur ès sciences médicales Anatoli Alstein a pour sa part fait noter que la Russie aura vaincu complètement le coronavirus lorsque 14 jours se seront écoulés après la guérison du dernier patient. Et d’expliquer que le confinement ne devra pas être levé simultanément dans toutes les villes du pays.

« Il faudra faire le diagnostic, appliquer le régime de confinement pour une certaine catégorie de citoyens. Il n’y aura pas de brusque passage à la vie normale », est-il persuadé.

>>> Embouteillages d’ambulances observés à Moscou. La situation est-elle si critique?

Approche mathématique

Un des utilisateurs du site Habr.com a déterminé à l’aide de modèles mathématiques que, compte tenu du régime de confinement actuel, le pic épidémique adviendra dans 37 jours, soit vers début mai. Quant aux nombre de malades graves, il attendra plus de 100 000 personnes par jour.

« Le nombre des malades augmente de plus de 25% par jour. Cela signifie qu’il augmente de dix fois tous les dix jours et augmente de 1 000 fois par mois. Ainsi, dans un mois, on aura des centaines de milliers de malades. Les mesures de confinement les plus strictes pourront freiner par deux le rythme de la croissance journalière, soit jusqu’aux 13%. Les mesures de confinement effondrent l’économie et ne mènent pas à l’objectif fixé qui est de décroitre la pression sur le secteur médical », explique l’auteur de la publication.

Selon lui, pour endiguer les rythmes d’augmentation quotidienne des nouveaux cas, il faudrait isoler les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques dans des pensionnats. Ainsi, on parviendrait à baisser le nombre de nouveaux malades à 8 700 personnes par jour.

« Mettre en place un régime strict, le personnel ne doit pas être local et ne doit pas quitter les lieux. L’application de la quarantaine doit être surveillée par la Garde nationale. Pendant les deux premières semaines, le confinement doit être individuel. Pour les autres citoyens, le confinement pourra être allégé ou levé », est-il persuadé.

Qu’attend la Russie après la pandémie ?

Le propriétaire du holding d’investissements AEON Corporation, Roman Trotsenko, a déclaré le 9 avril lors d’un sommet intitulé « Business après la pandémie » et tenu en ligne, que 30% des entreprises du pays cesseraient d’exister à l’issue de la pandémie.  

Quant aux citoyens, leurs revenus baisseront et pendant plusieurs années les dépenses aussi, affirme-t-il

>>> Des hôpitaux militaires bâtis aux quatre coins de la Russie pour lutter contre le coronavirus

En outre, beaucoup de compagnies ayant passé leurs employés au télétravail, continueront à appliquer cette pratique même après la fin du confinement, estime Denis Sokolov, chef du département des recherches et partenaires de l’agence d’immobilier commercial Cushman & Wakefield. Beaucoup d’événements de masse et forums passeront aussi en ligne.

Une série de magasins de produits non alimentaires feront de même, quant aux locaux qu’ils laisseront dans les grands espaces, ils seront loués aux autoentrepreneurs ou aux personnes travaillant à distance, estime le recteur de la Nouvelle école économique, Rouben Enikolopov. Selon lui, des espaces de coworking verront le jour non seulement au centre-ville, mais aussi dans les quartiers dortoirs.

Les écoles reviendront à l’enseignement ordinaire, mais les parents inscriront plus souvent leurs enfants aux cours en ligne, prévoit Enikolopov. Enfin, le pays investira plus de fonds dans la médecine.

>>> Fermeture des frontières russes: informations aux étrangers coincés dans le pays

« Aujourd’hui comme jamais, on réalise ce que risquent les pays dont le secteur de la santé n’est pas en mesure d’opposer une réponse appropriée aux menaces qui surgissent. La crise en Russie aurait pu être de moindre envergure si nous avions, par exemple, un système de diagnostic plus perfectionné », soutient le recteur.

Dans cet autre article, apprenez-en plus sur le système de laissez-passer établi à Moscou durant le confinement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies