Des hôpitaux militaires bâtis aux quatre coins de la Russie pour lutter contre le coronavirus

Ministère russe de la Défense
Des centres de traitement modulaires sont en cours de construction dans toutes les régions, de Kaliningrad au Kamtchatka.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Depuis fin mars, le ministère russe de la Défense a entamé la construction de centres médicaux militaires multifonctionnels dans tout le pays afin de combattre le coronavirus.

Selon les militaires, la construction des centres se fait en continu, et la première installation de ce type à Nijni Novgorod (400 km à l’est de Moscou) sera mise en service à la mi-avril. Par ailleurs, à la mi-mai, les huit premiers centres recevront un ensemble complet de matériel médical nécessaire pour traiter la nouvelle infection.

« Plus de 3 500 spécialistes et 800 unités d'équipement travaillent sur les chantiers 24 heures sur 24, par roulement de trois équipes. Le coulage des fondations sur tous les sites est déjà terminé, les constructeurs sont passés au montage des bâtiments », a déclaré l’institution ministérielle.

>>> Covid-19: pourquoi la Russie construit un nouvel hôpital malgré un faible nombre de malades

Selon cette dernière, le rythme de construction a été accéléré conformément au décret présidentiel. Le gouvernement a en effet alloué 8,8 milliards de roubles (environ 106 millions d’euros) à la construction de ces sites qui, d’après les premières estimations, pourront accueillir environ 1 600 patients.

De plus, selon la déclaration du vice-ministre de la Défense, Timour Ivanov, la construction est réalisée dans les délais les plus courts possibles – de 40 à 56 jours. La superficie totale des centres de soins sera quant à elle d'environ 115 000 mètres carrés.

« Tous les nouveaux hôpitaux de l'armée et de la marine seront dotés des équipements médicaux les plus modernes, notamment des tomographes informatiques, des appareils d'anesthésie, d'endoscopie et d'oxygénation extracorporelle par membrane. Le stock nécessaire d'équipements de protection individuelle et de médicaments est déjà en cours de constitution pour les futurs centres », a en outre déclaré le ministère russe de la Défense.

Qui s'occupera des patients ?

Tout d'abord, le traitement des patients atteints du Covid-19 sera assuré par des médecins des unités de défense radioactive, chimique et biologique (plus connues sous le nom de « troupes RKhBZ »).

>>> Combattre le Covid-19: la Russie envoie des virologues militaires en Italie

En temps de guerre, ces unités sont engagées dans l'élimination des conséquences de l'utilisation d'armes de destruction massive sur le terrain, et en temps de paix, elles participent au traitement des épidémies et des virus, comme lors de la propagation de l'Ebola en Afrique il y a quelques années.

Rappelons que ce sont précisément ces spécialistes russes qui travaillent actuellement en Italie, luttant contre la pandémie de coronavirus dans le Nord du pays.

« À l'issue de leur mission, les médecins "d’Italie" seront envoyés dans les nouvelles installations, où ils traiteront les patients atteints du coronavirus "européen" », a déclaré à Russia Beyond Dmitri Safonov, ancien analyste militaire du journal Izvestia.

Comme il l'a expliqué, le génome du coronavirus diffère en effet en Europe et en Chine, et le traitement de la maladie dans ces régions du monde diffère quelque peu.

« La Russie a déjà décodé le génome du coronavirus chinois et travaille actuellement sur le code européen de la maladie. Une fois que les médecins auront reçu toutes les données nécessaires sur l’infection, ils seront en mesure de produire un médicament efficace pour traiter tous les types de coronavirus existants », a ajouté l'analyste.

Dans cet autre article, nous vous présentons comment une clinique privée russe s’est spécialisée dans la lutte contre le Covid-19.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies