Les cinq meilleurs films russes à regarder sur Netflix

Alexandre Mitta/Marmot-Film, 2014
Russia Beyond a choisi les œuvres les plus intéressantes qui sont disponibles pour tout abonné du service de streaming. Des mélodrames aux comédies romantiques, en passant par des films de catastrophe.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Note: Ces films peuvent être disponibles, ou non, sur la plateforme Netflix, en fonction du pays dans lequel vous vous trouvez.

The Mermaid (2007)

Il y a treize ans, la comédie dramatique d’Anna Melikian a fait sensation au plus grand festival américain du cinéma indépendant, Sundance, où le film a remporté le prix de la meilleure réalisation dans la catégorie Cinéma du monde. Depuis lors, The Mermaid (La Sirène)a été récompensé à Berlin et Karlovy Vary, à Stockholm et à Erevan. Melikian elle-même est arrivée dans le top 10 des réalisateurs les plus prometteurs du monde selon le magazine Variety.

The Mermaid est une histoire d'amour romantique entre une jeune femme dotée de superpouvoirs (elle peut contrôler les éléments) et un jeune businessman qu'elle sauve du suicide. La combinaison de fantastique, d'humour doux et de mélodrame est encore rare dans le cinéma russe, et il y a presque une décennie et demie, le film de Melikian semblait être une percée. Une dramaturgie précise et un crochet inattendu dans le final ont été les signes distinctifs de l'écriture du scénario. Depuis, Melikian a réalisé plusieurs autres longs métrages, toutefois, The Mermaid demeure encore son opus magnum – c'est là que l'énergie de la jeunesse se conjugue à une histoire forte, intéressante tant pour les amateurs de films sur des amours adolescentes, que pour les adeptes du cinéma intellectuel fin.

Lire aussi : Pourquoi regarder «Mieux que nous», cette série russe consacrée aux cyborgs sur Netflix?

2 Days (2011)

La relation entre l’intelligentsia et les autorités est un thème éternel de la culture russe. À la fin des années 2000 et au début des années 2010, le cinéma russe s'est également intéressé activement à ce sujet, et la réalisatrice Avdotia Smirnova a réalisé plusieurs films sur différents aspects du problème. Le tout premier et le plus lyrique est 2 Days. Dans cette histoire, un haut fonctionnaire de Moscou, Drozdov, se rend dans une ville de province avec une mission – il doit fermer le musée d'un écrivain russe du XIXe siècle à moitié oublié, de sorte qu'à la place de cette modeste demeure, les autorités de la région puissent construire une luxueuse résidence gouvernementale. Au début, le fonctionnaire est zélé pour réaliser ce plan, mais tout change avec la rencontre d'une critique littéraire, Maria Ilinitchnaïa, qui travaille au musée en tant que directrice adjointe. Drozdov tombe amoureux d'elle, et grâce à cet amour, la propriété historique est sauvée.

Le film de Smirnova est en partie une déclaration idyllique sur la possibilité de compromis entre des adversaires historiquement irréconciliables. La réalisatrice estime en effet qu'il existe un terrain de discussion et de sympathie mutuelle entre les représentants individuels de l’intelligentsia et des autorités. Elle a en réalité acquis cette conviction en partie grâce à sa propre expérience. Smirnova, qui s'est forgé une carrière de journaliste de télévision et de cinéaste à succès, a épousé il y a quelques années Anatoli Tchoubaïs, un homme d'État éminent dont la carrière politique se poursuit depuis le début des années 1990. 2 Days est ainsi, en un sens, le film le plus personnel de Smirnova. Cependant, en même temps, il s’agit d’une œuvre qui, par sa tonalité, ses paysages et ses dialogues, peut rappeler au spectateur étranger la prose russe classique, qu'elle tente périodiquement d'imiter.

8 First Dates (2012)

Cet automne, la sortie en ligne de Palm Springs avec Andy Samberg et Cristin Milioti en vedette s’est avérée retentissante. Ce film combine le concept de jour désagréable se répétant sans cesse avec une comédie romantique classique. Le précurseur de ce film a été le célèbre Amour et Amnésie (50 First Dates, en anglais) avec Adam Sandler et Drew Barrymore dans les rôles principaux. Ces deux œuvres sont similaires à la comédie 8 First Dates de Marius Vaisberg, dans laquelle les protagonistes se réveillent chaque matin dans le même lit, bien que la veille ils s'endorment dans des endroits différents. En réalisant qu'ils se sont retrouvés dans une boucle temporelle, tous deux sont obligés d'apprendre à se connaître – et cela, bien sûr, conduit à un happy end inévitable pour les comédies romantiques. Le casting ajoute du piquant à l'histoire, le rôle masculin principal ayant été confié à l'actuel président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, qui a été activement impliqué dans le cinéma russe dans les années 2010.

Lire aussi : Netflix achète pour un montant record la série russe «To the lake»

Chagall – Malevich (2014)

Après la Révolution d'octobre, le peintre Marc Chagall est devenu commissaire aux arts et a reçu une proposition de créer une commune d'artistes dans sa ville natale de Vitebsk. En 1918, Kazimir Malevitch, nouvelle star de l'avant-garde russe, y est arrivé. La relation du rêveur et doux Chagall avec l'ambitieux et fantasque Malevitch ne s'est pas développée immédiatement – et plus elle s’est étendue, plus les causes de conflit se sont avérées nombreuses. Réalisateur classique du cinéma soviétique, Alexandre Mitta présente ici l'histoire de la confrontation entre les deux génies de l'avant-garde russe comme une arène où la jeunesse prime toujours sur l'expérience.

Construit sur les contrastes, le film donne une image complète de l'esprit d'une époque où les artistes créaient l'esthétique d'un système nouvellement né. C'est probablement l'une des biographies les plus intéressantes sur des artistes de renommée mondiale, sortie dans les années 2010.

The Crew (2016)

Le réalisateur de Chagall – Malevich, Alexandre Mitta, est devenu célèbre en 1979 avec The Crew – le premier film-catastrophe de l'histoire du cinéma soviétique. Ce récit de crash d'avion a été un succès en URSS, et près de 40 ans plus tard a fait l’objet d’un remake – un coûteux, élégant et sensiblement plus dynamique long métrage du même nom, tourné par l'un des cinéastes russes les plus en vogue du box-office actuel, Nikolaï Lebedev. L'histoire d'un jeune pilote expérimenté, sauvant héroïquement son avion d'une collision imminente avec le sol, est réalisée dans les canons d’Hollywood et tient le public en haleine de la première à la dernière minute. C'est un exemple rare d'une attraction cinématographique qui n'est pas devenue obsolète au fil des ans – quatre années après la sortie de The Crew, le film est toujours d'actualité.

Dans cet autre article, nous vous présentons les quinze meilleurs films russes de la décennie 2010-2019.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies