Pourquoi était-il si dangereux de vivre dans les années 1990 en Russie?

Getty Images
La Russie des années 1990 ressemblait à Hunger Games: la richesse et la mort marchaient main dans la main. En effet, suite à la chute de l'URSS, le pays a sombré dans une sombre période, où la délinquance et le crime, sous toutes ses formes, étaient monnaie courante. Russia Beyond se penche sur cette décennie ayant localement fortement marqué les esprits.

1. Marché libre

Lancer votre propre entreprise ou posséder des sociétés était illégal en Union soviétique. Ceux qui tentaient de vendre des choses qu'ils achetaient aux visiteurs étrangers étaient humblement appelés « spivs ». Les spivs soviétiques échangeaient n'importe quoi : du jeans aux vinyles, des produits de beauté aux dollars américains, vendant des produits déficitaires sous le comptoir.

Soudain, avec l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, toutes les barrières ont disparu ; les spivs d'hier sont devenus des entrepreneurs. Il y avait sur le marché russe un trou insondable à remplir avec des biens fabriqués à l'étranger et beaucoup d'argent à faire le long du chemin. Et là où il y a de l'argent apparaissent ceux qui veulent leur part.

Lire aussi : Les temps forts de la chute de l'Union soviétique

2. Gangsters professionnels

Vous les avez seulement vus dans des films mais vous les reconnaîtrez au premier coup d’œil : les gangsters. Portant des vestes de cuir noir, ils marchaient lentement le long des allées des marchés, mâchaient des graines de tournesol et extorquaient de l'argent aux commerçants soi-disant pour les protéger. Ceux qui ne pouvaient pas payer étaient punis.

Les années 1990 ont vu la criminalité monter en flèche : des brigades de voyous vêtus de cuir fréquentaient les cafés, les marchés, les petites entreprises de toutes sortes et « rendaient visite » aux entrepreneurs. Les gangs criminels avaient une hiérarchie à laquelle ils adhéraient strictement et étaient souvent très bien connectés, partageant leurs gains illégaux avec des gens puissants à l'époque. L'image du gangster vêtu d'une veste en cuir noir reste l'un des symboles les plus reconnaissables de la Russie des années 1990.

3. Les petites frappes

L'image d'un gangster puissant, redouté et respecté était perçue comme une voie attrayante pour les jeunes en difficulté, dont beaucoup étaient en perte de repères. Les jeunes « jouaient » aux gangsters : les seniors contrôlaient les juniors, leur extorquant de l'argent régulièrement et au hasard. « Tu as des devises? Que se passera-t-il si je te fouille et que j'en trouve ? » : telle était la phrase favorite d'un gopnik typique de cette époque face à ses proies potentielles.

Lire aussi : La nostalgie de l’URSS dans l’âme

« Dans les années 1990, les gopniks (voyous, ndlr) s'accroupissaient dans les lieux publics et traquaient les adolescents non-conformistes. Une fois que je les ai croisés dans un porche, ils m'ont tenu par mes cheveux longs et m'ont frappé contre un interphone qui pendait dehors - tels son les passe-temps innocent que nous avions à l'époque », se souvient Vassili Sotnikov, adolescent dans les années 1990.

4. Salles d'arts martiaux

Le crime rampant et la concurrence croissante parmi les voyous ont constitué une opportunité parfaite pour les individus entreprenants. Les gymnases spécialisés dans le karaté poussaient comme des champignons dans chaque sous-sol vacant. Le taekwondo et la boxe thaïlandaise ont suivi le costume. Dans de nombreux cas, ce n'était pas un lieu de pratique du sport pour le plaisir, mais un camp d'entraînement où les gangs criminels recrutaient et perfectionnaient leurs « combattants ».

5. Des marchés géants et incontrôlés

Lorsque les autorités ont finalement fermé le légendaire marché Tcherkizovski à Moscou en 2009, elles ont découvert des ateliers souterrains et des logements. Personne ne sait vraiment combien de marchandises (et de personnes) illégales et non comptabilisées se sont répandues via « Tcherkizone » vers les régions de Russie depuis 1990, mais les experts estiment que le budget de la Russie perdait des milliards de dollars américains par an. Inutile de dire que cet endroit était un foyer criminel dans les années 1990 à Moscou, où les gangsters « protégeaient » les commerçants et exerçaient un contrôle sur les flux de marchandises dans la capitale.

Lire aussi : Être entrepreneur pendant la chute de l’Union soviétique

Anita Lebedeva, qui était enfant dans les années 1990, se souvient de ses visites au marché, où elle a vu une myriade d'allées remplies de marchandises, dont beaucoup étaient vendues sur une base semi-légale : « Chaque fois que je suis allée au marché Tcherkizovski, j'ai vu des kilomètres de vêtements, de chaussures, de lingerie, mêlés à des kiosques à nourriture (...) pour la plupart des kebabs, qui étaient exotiques pour Moscou à l'époque. Les clients n'avaient aucune chance d'essayer les vêtements dans le confort : en hiver, nous essayions les bottes debout sur un morceau de carton. En été, on essayait les maillots de bain à l'abri d'un vendeur ou d'un autre client ».

6. Escroqueries (alias «lokhotrons»)

D'autres ont décidé d'exploiter la naïveté des gens. La Russie dans les années 1990 s'est avérée une terre fertile pour les pyramides financières et les sectes religieuses de toute sorte. Des millions de Russes ont été trompés en « investissant » dans la tristement célèbre pyramide financière de Sergueï Mavrodi, séduits par des publicités télévisées agressives de qualité discutable. Ils ont tous perdu leur argent.

Les fraudeurs appliquaient leurs stratagèmes douteux à tous les niveaux. « Mes parents ont investi la plupart de leurs économies dans Tchara [une banque éphémère qui s'est graduellement transformée en une pyramide financière] et ont tout perdu », a raconté Alexeï Bobanov, qui se souvient encore de ce triste épisode de son enfance.

Les sectes religieuses ont suivi la tendance. Non réglementées par le gouvernement, elles ont appauvri une myriade d'adeptes naïfs.

Lire aussi : La vie sans l’URSS, entre idéologie et réalité

Des loteries frauduleuses ont été utilisées pour « attraper » des piétons sans méfiance. Un billet de loterie était gratuit, mais il y avait toujours deux billets gagnants. Un « chanceux » était alors contraint de surenchérir sur le complice de l'escroc et, inévitablement, échouait, perdant à la fois de l'argent et le prix. Des jeux comme ceux-ci, appelés lototrons, étaient surnommés « lokhotrons », un mot composé composé des mots « loto » et « imbécile » (« lokh »).

« Un autre type d'escroquerie fonctionnait comme suit : une personne d'apparence respectable s'approchait de vous et vous disait que vous aviez été choisi pour faire partie d'une campagne publicitaire pour une grande entreprise. Il disait que vous recevriez un cadeau précieux. Mais pour obtenir l'objet, la victime devait payer une +taxe+. Elle était plus petite que le prix annoncé, mais beaucoup plus élevée que le juste prix du présent. De cette façon, ils vendaient des articles contrefaits pour cinq fois leur valeur réelle », a déclaré Valentin Sibiriak, témoin de toutes sortes d'escroqueries dans les années 1990.

Voici les quinze choses qui vous mettront la larme à l’œil si vous êtes né dans la Russie des années 1990.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies