Rappeurs polyglottes: comment le hip-hop inspire les minorités ethniques en Russie

Tatarka; Ou En/Youtube
Le hip-hop unit le monde. On peut dire la même chose de la Russie, où parfois des artistes issus de minorités ethniques se produisent dans leur langue maternelle, insufflant une vie nouvelle et fascinante à ce phénomène mondial. Certains des meilleurs d'entre eux sont énumérés ci-dessous pour vous montrer ce que sont la véritable diversité et la liberté créative de Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Tatarka – Tatarstan

Les Tatars sont le deuxième groupe ethnique le plus important de Russie, après les Russes évidemment, avec plus de 5,5 millions de représentants, la plupart vivant dans la République du Tatarstan. Les vêtements traditionnels, les chansons folkloriques et une riche culture sont réunis dans l'art moderne tatar. Tatarka (de son vrai nom Irina Smelaïa) représente une nouvelle école de hip-hop, mélangeant magistralement des éléments sonores traditionnels, la langue tatare et des rythmes doux. Son principal tube, Altyn, a déjà été vu 47 millions de fois sur YouTube depuis 2016. Irina est toujours active aujourd'hui et a même à son actif une collaboration avec Little Big, groupe russe déjanté et populaire dans le monde entier.

Stas Bokoïev – Ossétie du Nord

Stas Bokoïev n'est pas né dans une famille de musiciens ou d'artistes, il a trouvé son destin à travers des expériences négatives. Alors qu'il n'était qu'un adolescent d'Ossétie du Nord, dans le Sud de la Russie, il a été l'un des enfants ayant survécu au tragique siège de l'école de Beslan en 2004, malgré une blessure au cou. Après sa réhabilitation, il a déménagé à Moscou où il a dû faire face à un autre revers – une pneumonie et ses complications. Il y a survécu de justesse et a décidé de se consacrer à la musique, qui l'avait aidé à traverser toutes ces épreuves.

Aujourd'hui, le hip-hop/reggae de Bokoïev délivre un message de courage et d'espoir à chaque auditeur. Le rappeur se produit dans sa langue maternelle, l'ossète, mais aussi en russe. Tous ses morceaux sont consacrés à différents types d'amour : pour la famille, pour les enfants, pour sa petite amie et, bien sûr, pour la vie elle-même.

Lire aussi : Quelles langues sont parlées en Russie (à part le russe)?

BodonG – Kalmoukie

La Kalmoukie est une région unique du Sud de la Russie avec des steppes, des terres arides et des semi-déserts. Elle s’impose également comme la seule région traditionnellement bouddhiste d’Europe (à l’ouest de l’Oural donc). C'est pourquoi les Kalmouks ont le don d'écrire des vers originaux et de produire un son hip-hop inégalé.

Adian Oubouchaïev (plus connu sous le nom de BodonG) est né à Elista, la capitale de la République de Kalmoukie. Il est tombé amoureux du hip-hop, mais il voulait faire quelque chose de plus grand, plutôt que de simplement copier les MCs occidentaux. C'est pourquoi il a choisi d'utiliser sa langue maternelle et la musique folklorique pour créer une formule sonore parfaite. Ses chansons sur la vie et l'héritage ancestral sont un mélange parfait de cultures, de langues et de nature, où l'Orient et l'Occident s'unissent.

OU EN – Mari El

D'immenses forêts, de sublimes plaines et le plus long fleuve d'Europe, la Volga, sont des éléments nécessaires à la vie quotidienne du peuple mari, résidant principalement en République de Mari El, en Russie centrale. Leur langue maternelle est liée au groupe linguistique finno-ougrien et constitue un excellent outil pour créer un rap doux.

C'est justement ce qu'a fait le groupe OU EN, dont les rappeurs combinent le mumble rap et le reformatent en fonction de leur réalité. Leurs vidéos dépeignent ainsi une campagne pittoresque avec des individus modernes, pour vous faire savoir à quoi ressemble véritablement une fête d’adeptes du downshifting.

Khatkhour Zou – Bouriatie

Il y a beaucoup de merveilles en Russie et les Bouriates vivent parmi elles, en regardant le lac Baïkal et en se promenant dans les rues d'Oulan-Oudé, la capitale de la République de Bouriatie.

Beaucoup de Bouriates pratiquent le bouddhisme ou le chamanisme, tandis que les conditions naturelles difficiles et la vie urbaine rude les ont au fil des ans poussés à donner naissance un hip hop adapté à leur réalité. Khatkhour Zou, un rappeur local, s'est de cette manière fait connaître et son titre Ougui Nias (qui signifie en bouriate « Il n'y a pas de mort ») a gagné sa place dans les charts.

Dans cet autre article, nous nous intéressons plus en détails au rôle de la musique dans la préservation des langues minoritaires de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies