Quelles langues sont parlées en Russie (à part le russe)?

Natalya Nosova
Nous n'allons pas énumérer ici les dizaines de langues différentes parlées dans ce pays énorme et très divers: nous affirmons simplement que le russe est loin d'être aussi difficile à apprendre que certaines de ces langues uniques et moins connues...

Vous pensez que le russe est difficile à apprendre ? D'un côté, vous avez raison. Les lettres surnaturelles comme « ы » et « щ », six cas, et au moins deux versions de chaque verbe en fonction de l'aspect - tout cela semble vraiment difficile et déroutant.

D'un autre côté, comparé à d'autres langues parlées en Russie, on peut dire que le russe, c'est du gâteau. Si vous pensez que six cas sont difficiles, aimeriez-vous apprendre une langue qui en a entre 44 et 46 (les linguistes débattent encore à ce sujet) ?

Langue ou casse-tête?

Tout d'abord, soyons clairs : oui, c'est une vraie langue parlée par des gens ordinaires, qui ne sont pas tous des génies. Le tabassaran est considéré comme l'une des langues les plus difficiles au monde. Il y a environ 150 000 Tabassarans vivant dans la République du Daghestan (située dans le Caucase du Nord), qui grandissent en parlant cette langue.

Lire aussi : Quatre «langues» hybrides dérivées du russe

L'autre république du sud, la Karatchaïévo-Tcherkessie, abrite un autre peuple caucasien : les Abazins. Leur alphabet contient 71 lettres (à titre de comparaison, le russe en a 32 et l'anglais 26), dont seulement six sont des voyelles. Les 65 autres sont toutes des consonnes sifflantes et chuintantes, il est donc presque impossible pour les non-natifs de saisir la différence entre elles. En tant que tel, « apprendre l'abaza par soi-même est pratiquement impossible », conclut le site russe Seven. Quel dommage !

Mais ne pensez pas que le Caucase est la seule partie de la Russie où l'on parle des langues exotiques. En Extrême-Orient, le peuple esquimau de Tchoukotka parle un langage beau mais plutôt complexe (il compte pas moins de 63 formes verbales). Par exemple, pour dire « internet » en Esquimau, vous utiliseriez « ikiaqqivik » - littéralement « le voyage à travers de multiples couches ». N'est-ce pas mignon ?

L'anglais domine le monde

Officiellement parlant, il y a en Russie plus de 30 langues qui possèdent un statut officiel - et ce ne sont que les langues officielles. Selon la Constitution (article 68), « les Républiques [en Russie] ont le droit d'établir leurs propres langues d'État ». Et c'est ce qu'elles font : par exemple, au Tatarstan, le tatar est enseigné dans les écoles, dans la république de Tchouvachie, on enseigne le Tchouvache, et ainsi de suite.

Lire aussi : La prononciation du russe et les étrangers, un véritable casse-tête

Cela ne signifie pas, cependant, que ces langues sont répandues. Lorsqu'on leur a demandé lors du recensement de 2010 Quelles langues parlez-vous ?, l'anglais a été le plus souvent nommé après le russe par 7,5 millions de personnes, soit 5,48% des personnes interrogées. Après tout, il est enseigné dans les écoles un peu partout - et les plus grandes langues minoritaires, comme le tatar, atteignent à peine 3%. Les langues comme le Tabassaran ou l'eskimo sont aussi exotiques pour les Russes ethniques que pour les étrangers.

Entre vie et extinction

Dans ce contexte, il est difficile de dire si les langues moins répandues en Russie survivront ou mourront lentement. L'extinction de la langue est une menace réelle, car le Russe les remplace pacifiquement mais efficacement. « Les personnes vivant dans les communautés nationales [ethniquement non-russes] ont tendance à croire que parler russe est une clé pour la réussite sociale, la promotion dans la vie », a déclaré Vladimir Tatevossov, directeur du département linguistique de l'Université d'Etat de Moscou, cité par Takie dela.

Lire aussi : Pourquoi la langue russe est-elle si difficile?

En d'autres termes, vous pouvez avoir un faible pour les berceuses d'une langue rare dans laquelle votre mère vous les chantait, mais le russe est une nécessité dans les grandes villes, et de nombreuses personnes appartenant à des minorités ethniques ont tendance à perdre les liens avec leurs racines. Tatevossov estime que cela peut nuire à la culture russe, car « l'idée de la Russie est unie et en même temps diversifiée, donnant à chacun l'occasion d'être lui-même. Dans ce contexte, il est important de préserver et de renforcer les langues de tous les peuples qui vivent ici ».

Conflits linguistiques

Dans le même temps, tous les Russes ethniques ne sont pas satisfaits que les langues des minorités nationales soient enseignées dans les écoles régionales où ils vivent. Par exemple, depuis que le président Poutine aexprimé le point de vue selon lequel « il est inacceptable de forcer une personne à étudier une langue qui n'est pas sa langue maternelle », plusieurs centaines de personnes protestent contre l'enseignement obligatoire de la langue tatare dans toutes les écoles du Tatarstan.

« Je comprends la préoccupation des parents russophones au Tatarstan, a déclaré Alexeï Kozlov de l'Institut de linguistique de l'Académie des sciences de Russie. Pourquoi mes enfants devraient-ils apprendre une langue non-maternelle à laquelle ils ne sont pas habitués, en utilisant des manuels pour les enfants parlant le tatar ? »

Lire aussi : Trucs et astuces pour optimiser votre apprentissage de la langue russe

Le 25 juillet 2018, la Douma russe a adopté une loi qui essaie de ménager la chèvre et le chou. Elle stipule que dans les républiques nationales, il y aura un cours appelé « langue maternelle », et ceux qui choisissent le russe peuvent l'étudier à la place du tatare, du bouriate ou du tabassaran. Cela donne à chacun la liberté de choisir. Désormais, le sort des langues autres que le russe sera décidé par les minorités nationales et dépendra de si elles choisissent ou non d'étudier leurs langues locales.

Dans cet autre article, familiarisez-vous avec ces mots russes ressemblant à des termes français mais possédant un tout autre sens.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies