Pourquoi l'Âge d'argent de la poésie russe est-il si important?

Viktor Gritsouk/Russian Look; Domaine public
Vous ne trouverez pas d'autre période dans la littérature russe avec une telle concentration de poètes talentueux et leur brillante utilisation de la langue russe. Qui étaient ces génies littéraires du début du XXe siècle, et sur quoi écrivaient-ils?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Qu'est-ce que l'Âge d'argent de la poésie russe ?

Pour tenter d’étudier ou du moins d'expliquer ce sujet, les érudits russes écrivent de lourds tomes et y consacrent toute leur vie. Mais nous avons pris sur nous cette tâche courageuse afin de donner un bref résumé à ceux d'entre vous qui s'intéressent à la Russie.

L'Âge d'argent de la poésie russe est une période artistique qui date de la toute fin du XIXe siècle et qui se termine dans les années 1920. Elle implique un large éventail de poètes, de genres et de styles littéraires. Il existe même une notion plus large d'Âge d'argent de la culture russe qui inclut l'art d'avant-garde, le théâtre, le cinéma, la photographie et la sculpture, auxquels contribuaient très souvent des groupes artistiques composés de personnes issues de différentes sphères.

La concentration de poètes géniaux constatée pendant l'Âge d'argent n'a jamais existé à aucun autre moment dans la littérature russe.

Y a-t-il eu un Âge d'or ?

 De gauche à droite: Ossip Mandelstam, Korneï Tchoukovski, Benedikt Livchits, Georges Annenkov

Oui, et il remonte au premier tiers du XIXe siècle. En termes simples, nous les appelons les « poètes de l'ère Pouchkine », car Alexandre Pouchkine a sans aucun doute été l'un des plus grands poètes russes de tous les temps et le plus remarquable de cette époque. Outre les grands noms comme Pouchkine et Mikhaïl Lermontov, l'Âge d'or comprend Evgueni Baratynski, Piotr Viazemski, Vassili Joukovski et d'autres poètes moins connus de nos jours. Plus tard, les chercheurs ont commencé à classer tous les auteurs de prose « classiques » du XIXe siècle dans l'Âge d'or, notamment Nicolas Gogol, Léon Tolstoï, Fiodor Dostoïevski, Ivan Tourgueniev et Nikolaï Nekrassov. Le XIXe siècle a été marqué par le développement de mouvements littéraires : du sentimentalisme au romantisme, puis au réalisme et au naturalisme.

Lire aussi : Ce qu'ont dit les écrivains russes avant de mourir

En quoi l'Âge d'argent est-il différent ?

Marina Tsvetaïeva et Alexandre Blok

Après plusieurs décennies de réalisme et de naturalisme dans la littérature, les gens se sont quelque peu lassés et ont commencé à chercher de nouvelles façons d'exprimer leurs sentiments, de nouveaux moyens poétiques, images et métaphores. Refléter la réalité est ainsi devenu un métier, mais pendant ce temps, les véritables artistes inventaient des symboles et réfléchissaient à des choses qui n'existent pas dans le monde réel mais plutôt dans l'esprit et les rêves des gens. Si cela semble tout à fait normal aujourd'hui, à l'époque, c'était révolutionnaire.

Une autre caractéristique intéressante de l'Âge d'argent est que cette époque réunit des poètes très différents. Ils ont commencé à se réunir, à créer des manifestes pour leurs mouvements, à discuter d'outils poétiques et même à organiser des cabarets poétiques où ils lisaient leurs poèmes et se lançaient dans des duels littéraires. La plupart de ces hommes de lettres étaient respectueux de la littérature du passé, jouaient avec des images et des poètes de l'Antiquité et de l'Âge d'or, et laissaient des allusions à d'autres poètes entre les lignes. C'est pourquoi lire et essayer de comprendre la poésie de l'Âge d'argent est aujourd'hui une tâche difficile – elle possède plusieurs niveaux de lecture.

Illustration du poème

Bien sûr, l'Âge d'argent a été témoin de la Révolution de 1905 et de celle de 1917. Or, ces événements ne pouvaient pas ne pas impacter leur art : les poètes ont repensé, reconsidéré et réinterprété ces bouleversements avec leurs talents artistiques et l'un des exemples les plus frappants est le poème d'Alexandre Blok Les Douze où il utilise l’image de Jésus-Christ.  Il n'est pas clair si Jésus mène alors le cortège des bolcheviks, ou s'il est poussé par eux à quitter le pays.

Quels sont les principaux poètes de l'Âge d'argent ?

Vladimir Maïakovski devant des soldats de l'Armée rouge lors de la célébration de la Journée du livre, en 1929

En parlant des poètes de l'Âge d'argent, nous devons mettre en évidence les principaux mouvements littéraires. Cependant, il est important de noter que tous ces poètes ont eu un parcours artistique riche, que leur art et leur style ont changé au fil du temps, et qu'ils communiquaient fréquemment entre eux.

Le symbolisme

Les symbolistes écrivaient en utilisant des symboles parce qu'ils étaient férus de philosophie idéaliste, affirmant que tout et chaque notion sur Terre possède son propre symbole dans un monde métaphysique. La première génération de symbolistes (appelés « anciens symbolistes ») était composée de Dimitri Merejkovski et de sa femme Zinaïda Hippius, Valéri Brioussov, Constantin Balmont et Fiodor Sologoub. Leurs œuvres sont généralement qualifiées de « décadentes » et ils s'intéressaient à l'esthétique pure.

La deuxième génération (ou « jeunes symbolistes ») comprenait Andreï Biély, Viatcheslav Ivanov, Alexandre Blok, l'un des plus célèbres, et plus tard Boris Pasternak et Marina Tsvetaïeva. Ils étaient des mystiques qui faisaient appel au symbole de l'éternel féminin pouvant apparaître comme une belle et idéale inconnue ou une créature sainte et éphémère.

Lire aussi : Cinq œuvres à lire absolument pour comprendre la Révolution russe

L’acméisme

Anna Akhmatova par Natan Altman, 1914

Le mouvement acméiste ne comptait que quelques membres, mais tous étaient des poètes très puissants : Nikolaï Goumilev et sa femme Anna Akhmatova, Ossip Mandelstam, et Sergueï Gorodetski. Ils se sont fortement confrontés à d'autres symbolistes et à leurs méthodes artistiques. L'acméisme portait sur des choses, des objets et des détails de la vie réelle. Dans leurs métaphores, ils comparaient la nature à des objets inanimés et même à des objets fabriqués par l'homme. Ils ont appelé leur groupe la Guilde des poètes, ont souligné que la poésie était un métier et ont étudié la façon dont elle était née.

Le futurisme (égo-futurisme, cubo-Futurisme)

Vladimir Maïakovski, Velimir Khlebnikov, Alexeï Kroutchenykh, Igor Severianine, David Bourliouk, et bien d'autres noms ont été des innovateurs dans la poésie, tout comme Malevitch dans l'art. Ils étaient radicaux et ont essayé d'abolir tout ce qui avait été inventé dans la poésie avant eux. Ils voulaient détruire toutes les rimes, les paroles, les formes et même les mots eux-mêmes. Ils construisaient leurs poèmes comme des figures géométriques et utilisaient des métaphores particulièrement étranges.

La nouvelle poésie paysanne

Les poètes Sergueï Essenine (à gauche) et Nikolaï Kliouïev (à droite)

La fin du XIXe et le début du XXe siècle ont été marqués par la renaissance du style et de la mode russes pour les motifs traditionnels en architecture et en art, et la littérature n'a pas fait exception. L'un des poètes paysans les plus célèbres était Sergueï Essenine, qui a choqué les subtils symbolistes en apparaissant dans une tenue paysanne complète et en leur lisant ses poèmes. Nikolaï Kliouïev et d'autres faisaient appel à la campagne en dépeignant la nature russe, en faisant l'éloge des champs et des bouleaux et en recherchant comment tout cela influençait leurs sentiments. Ils étaient très nostalgiques des villages tout en passant beaucoup de temps dans les grandes villes.

L’imaginisme

Les poètes Sergueï Essenine (à gauche) et Anatoly Marienhof (à droite)

Ce mouvement a été créé à Moscou après la Révolution par Anatoli Marienhof, Sergueï Essenine, le dramaturge Nikolaï Erdman et d'autres. Ces personnes étaient fidèles à la Révolution et inspirées par la nouvelle liberté. Ils louaient le cynisme et le manque de morale, et n'hésitaient pas à critiquer et à nier la religion. Ce mouvement a cependant rapidement pris fin – en 1925, après que Sergueï Essenine ait été retrouvé mort dans un hôtel de Saint-Pétersbourg. La question de savoir s'il s'est suicidé ou s'il a été assassiné par les services secrets soviétiques est toujours débattue.

Pourquoi et comment l'Âge d'argent s'est-il terminé ?

La fin de l'Âge d'argent a souvent été considérée comme ayant coïncidé avec le suicide de Vladimir Maïakovski, ainsi qu'avec le renforcement du régime de Staline. La nouvelle politique soviétique a clairement montré que ces poètes n'étaient plus nécessaires et, plus encore, qu'ils étaient nuisibles et destructeurs pour les citoyens soviétiques. L’homme soviétique devait en effet avant tout penser à sa patrie, au prolétariat, et à la construction du communisme. Les textes poétiques de l'Âge d'argent, quant à eux, se concentraient sur l'être humain, l'âme, ainsi que sur les souffrances personnelles et philosophiques qui ne devaient désormais plus être un problème et devaient être laissés à l'ancienne ère capitaliste.

Dernière photographie d'Ossip Mandelstam issue des archives du NKVD

Le censeur soviétique a par conséquent commencé à lire très attentivement tous les poèmes et a rapidement empêché la publication de nombreux auteurs. Ces derniers eux-mêmes ont parfois connu des destins horribles. Ossip Mandelstam a par exemple été arrêté à cause de son poème anti-Staline et est mort dans un camp de prisonniers quelque part en Extrême-Orient. De nombreux poètes ont été exécutés ou se sont suicidés, et ceux qui ont réussi à rester en vie ont dû se taire.

En suivant ce lien, passez notre quiz pour déterminer quel illustre poète russe sommeille en vous.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies