Ces endroits de Saint-Pétersbourg qui vous donneront la chair de poule

yulenochekk/Getty Images
Manoir, cimetière, musée... La capitale du Nord russe recèle plusieurs endroits capables de chatouiller les nerfs des plus sensibles.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Manoir des Brousnitsyne

Ce manoir, à la périphérie de Saint-Pétersbourg, appartenait, avant la Révolution de 1917, à une riche famille de marchands qui possédait une usine et gagnait des millions de roubles en produisant des objets en cuir.

Les propriétaires ont investi de grandes sommes d’argent dans l’aménagement intérieur de leur demeure. Les pièces du manoir sont donc décorées d’un lustre raffiné, d’une immense cheminée, de soies accrochées aux murs et d’ouvrages en stuc qui peuvent parfois sembler sinistres.

La légende raconte que le chef de famille aurait acheté un miroir en Italie pour décorer une salle de danse dans la demeure. Or, ce serait le même miroir qui aurait décoré le château du Comte Dracula.

Malgré le fait que Dracula soit un personnage de fiction, plusieurs personnes ayant visité le manoir ont rapporté des événements étranges arrivés à ceux qui ont regardé leur reflet dans le miroir. Apparemment, ces personnes seraient ensuite tombées malades, seraient mortes ou auraient même tout simplement disparu.

>>> Top-13 des endroits de Russie où vous pourriez voir un fantôme

On ne sait pas ce qu’il est advenu du miroir après que les bolcheviks se sont approprié le manoir. Une autre légende raconte cependant qu’il aurait été caché dans une pièce secrète de l’édifice et réapparaîtra un jour.

Cimetière de Novodevitchi

Le cimetière saint-pétersbourgeois est parfois surnommé le « Père Lachaise russe » par rapport à la quantité de caveaux inhabituels qui ont survécu aux siècles.

De nombreux scientifiques, artistes et hommes d’État y sont enterrés.

Après la Révolution de 1917, certaines cryptes ont été profanées par des pilleurs de tombe qui cherchaient les objets de valeur qui avaient été enterrés avec leur propriétaire. Les tombes détruites au milieu des pierres tombales majestueuses et des anciennes cryptes peuvent faire peur aux visiteurs.

Kunstkamera

Pierre le Grand a créé le premier musée de Russie en exposant quelques objets rares qu’il possédait.

Depuis son ouverture, la Kuntskamera (qui signifie « cabinet de curiosité » en russe) s’est bien agrandie.

Le musée est en réalité célèbre pour ses collections d’objets sordides : squelette d’un enfant à deux têtes, jumeaux siamois, veau à deux têtes... tous préservés en bocal dans du formol.

Rotonde

Ce bâtiment est devenu populaire auprès des mouvements culturels informels de la jeunesse soviétique dans les années 1970 et 1980.

La Rotonde est connue pour son acoustique unique : les visiteurs disent qu’on peut entendre le moindre son à l’intérieur du bâtiment, malgré l’absence d’écho.

On cite souvent la Rotonde comme l’un des endroits les plus mystérieux de Saint-Pétersbourg, car c’est dans ce lieu que les francs-maçons auraient tenu leurs cérémonies secrètes au XVIIIe siècle. Les Saint-Pétersbourgeois disent que le bâtiment est aujourd’hui mystique en lui-même. Une légende urbaine raconte qu’un homme a passé une porte cachée qui s’est révélée pendant un court instant. Quand il est revenu, il était un frêle vieillard, alors qu’il n’avait disparu que quelques minutes.

>>> En images: Annenkirche, l’église saint-pétersbourgeoise la plus tendance d’Instagram

Camp de pionniers abandonné de Lastotchka

À l’époque soviétique, avant que le camp ne soit abandonné, il y avait un dortoir où les pionniers (équivalent des scouts en URSS) ne voulaient absolument pas dormir.

La raison ? Une station de pompage juste à côté.

La légende raconte que, pendant la Seconde Guerre mondiale, des nazis auraient tué une jeune femme dans ce bâtiment, où ils avaient installé une potence. Après la guerre, les pionniers sont revenus au camp et ont déclaré que la station abandonnée était éclairée la nuit. Ceux qui se couchaient tard entendaient aussi des voix étranges au milieu de la nuit.

Suite à l’effondrement de l’URSS, le camp a été délaissé et le terrain aurait apparemment été vendu à des promoteurs immobiliers. Les propriétaires des nouveaux appartements qui pourraient y être construits nous rapporteront peut-être, dans quelques années, d’autres événements étranges.

Dans cet autre article, découvrez trois histoires d’épouvante sur Saint-Pétersbourg qu'un guide ne vous racontera jamais.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies