Cinq domaines d'écrivains russes qui ont influencé leur création

Vladimir Tchertkov/Musée d'État Léon Tolstoï; ypmuseum.ru
En Russie, une grande piété entoure les écrivains et leur héritage, et il est coutume de transformer en maison-musée chacun de leurs lieux de résidence.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Mikhaïlovskoïé – le domaine d'Alexandre Pouchkine

Les Monts Pouchkine sont une réserve de la région de Pskov (ouest de la Russie) composée de trois vastes domaines associés à la vie d’Alexandre Pouchkine. L’immense poète, exilé ici pour ses vers un peu trop empreints de libre-pensée, y a passé deux ans sans interruption. Ici, il a écrit un grand nombre de vers, plusieurs grands poèmes, et conçu des intrigues pour ses travaux futurs.

Les personnages et paysages du roman en vers Eugène Onéguine sont inspirés de ces lieux et des voisins de Pouchkine, auxquels il rendait souvent visite. Dans le parc du domaine Trigorskoïe, il a rencontré Anna Kern, dont il est tombé amoureux et à qui il a dédié l'un des meilleurs poèmes d'amour russes Je me souviens d’un instant merveilleux...

En savoir plus sur les Monts Pouchkine ici.

2. Iasnaïa Poliana – le domaine de Léon Tolstoï

Léon Tolstoï est né dans ce domaine de la région de Toula et y a vécu la majeure partie de sa vie, soit environ 60 ans. Initialement, le domaine appartenait au grand-père maternel de l'écrivain, le prince Volkonski, qui a servi de prototype au prince Bolkonski dans Guerre et Paix. À propos, Tolstoï a écrit ce roman ici même, et sa femme Sofia l'a recopié à la main à plusieurs reprises, apportant les modifications sans fin de son mari. Ici, Tolstoï a travaillé sur de nombreuses autres œuvres, dont Anna Karénine.

Ses vues philosophiques se sont également formées à Iasnaïa Poliana. Il vivait de manière assez austère, portait une chemise de paysan et, même à la fin de sa vie, faisait de nombreuses heures de marche. C’est aussi ici qu’il a appris à faire du vélo. Il a créé une école pour les enfants de paysans, et fauchait lui-même l'herbe. Des fans de Tolstoï et de jeunes écrivains sont venus ici pour rencontrer le maître. Ces lieux abritent une immense bibliothèque de l'écrivain en différentes langues. Sa tombe se trouve également ici.

En savoir plus sur Iasnaïa Poliana ici

3. Spasskoïe-Loutovinovo – le domaine d'Ivan Tourgueniev

Relativement proche de Iasnaïa Poliana, dans la région d'Orel, se trouve la propriété de l'écrivain Ivan Tourgueniev, Spasskoïe-Loutovinovo - les touristes se voient souvent proposer une visite d’une journée. Tourgueniev a passé son enfance ici, ce domaine ayant été offert à un de ses ancêtres par Ivan le Terrible.

Adulte, Tourgueniev ne vivait pas ici de façon permanente - il passait beaucoup de temps à l'étranger, mais aimait y séjourner et essayait de passer les mois d'été en ces lieux. Comme Tolstoï, il a ouvert ici une école pour les enfants de paysans.

À Spasskoïe-Loutovinovo, Tourgueniev a écrit ses célèbres romans RoudineNid de gentilhomme ou encore Pères et Fils. L'action de beaucoup d'entre eux se déroule précisément dans ce domaine, et l'expression « nid de gentilhomme » est devenue par la suite un nom commun en russe.

>>> Vingt-cinq ouvrages fortement recommandés par Léon Tolstoï

4. Melikhovo – le domaine d'Anton Tchekhov

Tchekhov a souvent changé de lieu de résidence et a beaucoup voyagé, mais il a vécu dans ce domaine près de Moscou pendant sept années, durant lesquelles ont dit en russe qu’il était « assis à Melikhovo ». De nos jours, dans l'une des dépendances du domaine, il y a même une plaque commémorative indiquant « La Mouette a été écrite ici ». Dans cet endroit ont été écrits la pièce de théâtre Oncle Vania, ainsi que les célèbres récits La Salle N°6L’Île de SakhalineLa Maison à mezzanine, ou encore L’Homme à l’étui, soit plus de 40 œuvres au total.

En plus d'écrire à Melikhovo, Tchekhov recevait activement des patients - médecin de formation, il n'a jamais cessé de pratiquer. Dans l'un des bâtiments du domaine, il soignait gratuitement les paysans locaux et, grâce à ses efforts, le choléra a pris fin dans les environs.

En 1899, Tchekhov, atteint de tuberculose, a vendu sa propriété et est allé prendre soin de sa santé en Crimée.

En savoir plus sur Melikhovo ici

5. Konstantinovo - le village de Sergueï Essenine

Ce n'est pas un domaine d'écrivain dans le sens courant, mais une petite maison de village dans la région de Riazan. Essenine n'était pas un noble, mais un poète du peuple qui chantait les choses simples dans sa poésie - bouleaux, épis d'or, immenses contrées russes. Tous les paysages environnants sont décrits dans ses vers. De la fenêtre de la maison d’Essenine, on peut voir la rive pittoresque de la rivière Oka, d’immenses champs et les coupoles dorées d’une église.

Dans le village d’Essenine, il y a aussi un manoir qui appartenait au riche marchand Ivan Koulakov. À Konstantinovo, ce dernier a construit une école pour enfants de paysans, où Essenine a également étudié. En 1911, la fille du marchand, Lidia Kachina, hérite du domaine. Essenine visitait souvent leur maison - les historiens suggèrent que le poète et Lidia avaient une liaison. Elle est devenue le prototype de l'héroïne du poème d’Essenine Anna Sneguina.

Dans cette publication découvrez les sept livres les plus importants de la littérature russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies