Les cinq sites souterrains les plus intéressants de Russie

Des grottes de glace souterraines aux bunkers secrets, on vous emmène dans les sites souterrains les plus intéressants de Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Çufut Qale, Bakhtchissaraï (1 400 km de Moscou)

La ville médiévale, à l'origine byzantine, dont une partie a été creusée dans la roche, a servi de forteresse à différents peuples du Ve au VIe siècle. Le nom actuel n'est apparu qu'au XVIIe siècle et se traduit par « forteresse juive » - les Karaïtes vivaient à proximité (un petit groupe ethnique turc, professant le karaïsme, vivant traditionnellement en Europe de l'Est), et les Tatars de Crimée les classaient parmi les juifs à l’époque. Au total, il y a cent soixante-dix grottes dans la ville, creusées sur deux, rarement trois étages. Toutes servaient d’entrepôts, de sous-sols et de donjons. Des armureries, des entrepôts, une mosquée, un atelier de frappe de monnaie et des logements ont également été construits près des grottes.

La ville s'est vidée au XIXe siècle, quand il n'y a plus eu d'approvisionnement en eau, et aujourd'hui la forteresse troglodytique est ouverte à tous les touristes qui veulent se promener dans ses rues anciennes.

2. Grotte de glace de Koungour, Koungour (1500 km de Moscou)

L'un des lieux souterrains les plus froids de Russie, devenu accessible aux touristes en 1914, rappelle davantage le royaume de la Reine des neiges. Auparavant, non loin de la grotte, se trouvait l'ancienne ville marchande de Koungour, fondée en 1663. Les voyageurs passant par Koungour ont essayé de visiter la grotte, et la renommée s'est répandue dans toute la Russie. Le complexe est en effet impressionnant : le site, recouvert de glace millénaire, se compose de 58 grottes, 70 petits lacs et un grand lac souterrain sans glace d'une superficie de 1 460 m2 et d'une profondeur allant jusqu'à 5 m.

>>> Voyage au centre de la Terre: explorez les entrailles des souterrains de Moscou

En vous promenant dans les grottes, vous pourrez admirer les cristaux, les stalagmites, et regarder des shows costumés et laser consacrés aux légendes liées aux grottes.

3. Bunker 42, Moscou

Le bunker situé dans le quartier Taganski de Moscou a été construit sur ordre de Staline en 1956. Dans l'espace composé d'un puits vertical d’une profondeur de 18 étages et d’une superficie de 7 000 mètres carrés, il y avait un poste de commandement de réserve du quartier général de l'aviation en cas de bombardement nucléaire.

5 000 personnes pouvaient se cacher en toute sécurité dans le bunker - elles auraient eu suffisamment de nourriture, de carburant et d'air pendant six mois.

Le commandement des bombardiers transportant des armes nucléaires a été assuré depuis le bunker jusqu'en 1986. En 2006, un musée et un restaurant ont ouvert dans le site  - maintenant, lors d'excursions, vous pouvez observer une imitation de l’explosion d’une bombe nucléaire, le lancement d'un missile nucléaire et jouer à des quêtes.

>>> Voyage dans une base secrète de sous-marins soviétique

4. Grottes de Siana, Domodedovo (12 km de Moscou)

Le réseau de grottes d'une longueur totale de 19 kilomètres est situé à seulement 12 km de Moscou. Le site est vraisemblablement apparu au XVIIe siècle ; c'est là que le calcaire était extrait pour la construction de Moscou. L'exploitation minière a complètement cessé en 1917, et dans les années 1970, les autorités ont bouché les entrées des grottes.

Les spéléologues amateurs ont débouché une entrée dans les années 1980. En 2007, des travaux de restauration ont été effectués pour que ni la toiture ni les murs ne s'effondrent. Désormais, des visites ont lieu dans les grottes : elles permettent d’observer une église souterraine, des grottes résidentielles et des peintures rupestres.

5. Objet 825 GTS, Balaklava (1400 km de Moscou)

La base de sous-marins de la baie de Balaklava (Crimée), baptisée Objet 825 GTS, a commencé à être construit en 1953 après le bombardement nucléaire des villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki. Le chantier a pris fin en 1961, et le site a été tenu dans le plus grand secret jusqu'en 1994 : même les habitants ignoraient son existence.

Dans la base, il était possible d'abriter neuf petits ou sept sous-marins de taille moyenne avec leur équipage, ainsi qu'un millier d'employés, en cas de frappe nucléaire.

Cependant, en temps normal, l'abri servait de base de réparation pour les sous-marins. Les navires y entraient de nuit, y étaient ravitaillés en carburant, en oxygène et en  munitions et le matin, ils reprenaient leur service.

Après sa fermeture, le GTS a été pillé. Au début des années 2000, un musée a été ouvert sur la base du site secret. Les touristes sont invités à se promener dans ses dédales et à visiter des expositions sur l'histoire du complexe.

Dans cet autre article découvrez des bases militaires soviétiques abandonnées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies