Voyage au centre de la Terre: explorez les entrailles des souterrains de Moscou

Daniil Davydov
Depuis la chute de l’URSS, une sous-culture consacrée à l’exploration souterraine, appelée «digging» (de l’anglais «dig», « creuser »), a émergé en Russie. Les «diggers» sont à présent partout dans la capitale russe. Russia Beyond vous présente les moyens les plus simples (et les plus légaux) de prendre part à cette folie clandestine.

1. Faufilez-vous dans la rivière Neglinnaïa

La Neglinnaïa, un affluent souterrain de la Moskova, est le lieu de naissance du digging moscovite, et a longtemps été le seul itinéraire disponible à Moscou pour les adeptes de cette pratique. Coulant du Nord vers le Sud en passant par l’hypercentre de la ville, ce cours d’eau était autrefois utilisé pour remplir les douves du Kremlin, avant d’être enterré en raison d’inondations et de la pollution. Après avoir fait office d’atelier, de bains publics et de moulin, les galeries de la Neglinnaïa sont aujourd’hui populaires auprès des chasseurs de fantômes, qui sont persuadés que des esprits hantent ces lieux.

La taille de la Neglinnaïa et son accessibilité en font un endroit idéal pour les diggers débutants. Ces souterrains sont en effet relativement spacieux, plats et offrent une promenade somme toute raisonnable pour une première expérience. Les curieux pourront également faire la connaissance des plus effrayants habitants de ces tunnels, comme par exemple Daria Saltykova, une propriétaire terrien qui a torturé à mort au moins 38 de ses serfs, ou encore le plus gros rat du monde, qui mesurerait près de 10 mètres de long … Le maire de Moscou a aussi déclaré à la presse en 2010 que de gigantesques cafards blancs de 10 centimètres avaient été trouvés dans les eaux de cette rivière.

Si ces visions d’horreur ne vous effraient pas, comptez minimum 3000 roubles (44 euros) par personne pour une visite de deux heures.

2. Contemplez la rivière des «Neuf Cercles de l’Enfer»

Le nom de cette rivière souterraine est quelque peu trompeur. En effet, bien que la traverser puisse impliquer un degré élevé de danger, vous ne devriez probablement pas y apercevoir Satan en personne. En réalité, le site des organisateurs de visites affirme que les personnes s’y rendant pour la première fois ne rencontrent que des difficultés mineures. Les Neuf Cercles de l’Enfer sont une série d’affluents de la Neglinnaïa, mais ces cours d’eaux se rejoignent de manière verticale, plutôt qu’horizontalement. Cela signifie que les diggers doivent grimper vers chaque « cercle » pour pouvoir poursuivre cette aventure de deux kilomètres. Soyez donc préparé physiquement avant de vous lancer dans ces galeries. Il s’agit d’une authentique expérience de digging, au cours de laquelle vous aurez la chance de vous glisser dans d’étroits tunnels, de traverser des chutes d’eau, et de marcher avec de l’eau jusqu’à la taille. Prévoyez donc une paire de chaussettes de rechange !

Une visite coûte environ 2000 roubles (30 euros) par personne, incluant tous les vêtements et les équipements nécessaires.

3. Lancez-vous à l’assaut des «Sentiers des diggers»

Si vous avez déjà eu une expérience dans les souterrains moscovites et que vous désirez quelque chose de plus authentique, Daniel Davidov est l’homme qu’il vous faut. Il est en quelque sorte une légende pour les diggers, étant donné que son service de visites Poutechestvye pod zemli (« Voyages sous terre »), le long de l’incontournable Neglinnaïa, a fait son apparition aux journaux télévisés nationaux et sur Discovery Channel. Pendant un moment, il a même animé sa propre émission dédiée aux souterrains de Moscou sur les ondes de la radio City FM.

Aujourd’hui, ayant choisi d’éviter la Neglinnaïa en raison des « bouteilles cassées et des personnes saoules », Davidov propose aux touristes l’opportunité d’explorer les parties les plus abandonnées, et donc les plus vierges de toute détérioration humaine, des souterrains de la capitale. Sur l’un de ses « sentiers des diggers », les visiteurs auront ainsi la chance de grimper sur des tuyaux en utilisant seulement des cordes, et d’escalader des stalactites. Après toutes ces réjouissances, ses clients se voient récompensés d’une tasse de « thé des diggers » (quoi que cela puisse être) ! Davidov travaille en partenariat avec le Conseil de la ville de Moscou, afin de soutenir l’entretien écologique des souterrains de la capitale, ce qui rend ses visites totalement légales.

Les prix pour un circuit de 2,5 kilomètres commencent à partir de 4000 roubles (60 euros), et là aussi l’équipement est compris.

4. Rejoignez la communauté en ligne des diggers

La plupart des diggers sont très actifs pour ce qui est de partager leurs trouvailles souterraines en ligne.

Tenez-vous donc informés :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer