Voyage dans les lieux top-secrets de l’URSS

Getty Images
Centres de recherche sur la guerre nucléaire et biologique, bases souterraines de la Marine, radars puissants et même premier collisionneur de hadrons soviétique : l'Union soviétique protégeait méticuleusement ses sites secrets les plus sensibles. Russia Beyond présente les plus intéressants d’entre eux.

Collisionneur de Protvino

Dans les années 1980, l'Union soviétique a lancé un projet visant à créer un grand collisionneur de hadrons. Un tunnel en forme d’anneau de 21 km de long a été construit au centre scientifique de Protvino dans la région de Moscou. Il est situé à 60 mètres de profondeur. La chute de l'URSS a détruit les plans de recherche dans un grand nombre de domaines, mais les scientifiques ont maintenu le collisionneur dans un état satisfaisant, dans l'espoir de relancer un jour le projet.

Complexe radio de Soura

Au départ, l'installation de chauffage ionosphérique de Soura, située dans la région de Nijni-Novgorod, a été conçue à des fins militaires. De nouvelles méthodes d'impact militaire sur le climat ont été étudiées jusqu'à ce qu’en 1977, une résolution de l'Onu n’interdise ce type de recherches. Après cela, Soura a été utilisé uniquement pour étudier l'ionosphère.

Silo à missiles de Dvina

Le silo de missiles abandonné de Dvina est situé sur le territoire de la Lettonie moderne. Nommé en l'honneur de la principale rivière de Lettonie (Dvina orientale, Daugava), le silo à missiles possédait quatre lanceurs pour missiles balistiques R-12. Un tel missile pourrait attaquer des cibles à une distance comprise entre 300 et 3 500 km.

Zagorsk-6

Le Centre virologique soviétique de Zagorsk-6 était connu pour ses recherches sur les armes bactériologiques. Quand, en 1959, un groupe de délégués indiens apporta la variole en URSS, les scientifiques en profitèrent. La nouvelle arme bactériologique "India-1" a été créée et une souche a été placée à Zagorsk-6. Cette ville de la région de Moscou reste à ce jour fermée.

Arzamas-16

Arzamas-16 était une ville où des armes nucléaires soviétiques ont été conçues. Pendant longtemps, elle était tellement secrète que ni les travailleurs, ni les membres de leur famille ne pouvaient la quitter. De nos jours, la ville est connue sous le nom de Sarov et des recherches sur les armes nucléaires y sont encore menées.

Balaklava

Cette base sous-marine souterraine située à Balaklava, en Crimée, était également connue sous le nom d’Objet 825 GTS. Les sous-marins soviétiques étaient déployés ici en secret, prêts à lancer une attaque nucléaire contre l'ennemi. Ce complexe géant peut accueillir jusqu'à 14 navires. Aujourd'hui, il est ouvert au public en tant que musée.

Sverdlovsk-45

La ville secrète de Sverdlovsk-45 a été fondée près de l'installation locale d'enrichissement d'uranium. L'endroit était une cible pour l’espionnage étranger. Non loin de Sverdlovsk-45, le célèbre pilote Francis Gary Powers a été abattu dans son avion d'espionnage U-2. Lesnoï (comme Sverdlovsk-45 s’appelle aujourd'hui) reste une ville fermée.

Skrounda-1

Les radars Dnepr-M et Dnestr-M, situés dans la ville fermée de Skrounda-1 dans l'ouest de la Lettonie, couvraient l'ensemble de l'espace aérien de l'Europe occidentale et pouvaient détecter tout lancement de missile balistique. Dans les années 1990, Skrounda-1 a été abandonnée et est devenue une ville fantôme.

Objet-221 

L'objet-221 ou « trou » près de Sébastopol en Crimée était un centre de commandement de réserve secret de la marine soviétique. Depuis ce vaste complexe protégé d'une frappe nucléaire, toute la flotte de la mer Noire pouvait être gérée.

Île de la Renaissance

L'île de Vozrojdenia (renaissance), qui est devenue une partie du continent il y a plusieurs années en raison de l'assèchement de la mer d'Aral, était un terrain d'essai pour les armes bactériologiques soviétiques. En outre, l'île accueillait les bases de plusieurs unités de la marine et de l'armée de l'air, ainsi que des centres scientifiques. Les détails concernant leur travail restent classés.

Lire aussi : 

Trois mystères de l’époque soviétique non élucidés

Cinq lieux moscovites où le KGB a débusqué des agents de la CIA

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.