À la découverte des bases militaires soviétiques abandonnées

Eric Lusito
«Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles». Ces mots du poète français Paul Valéry sont utilisés dans une critique d'un livre du photographe européen Eric Lusito, dont les images d'installations militaires abandonnées par les Soviétiques sont censées illustrer le caractère fini de la vie.

126e régiment d'aviation de combat, Mongolie

Cette image de la série Les traces de l’empire soviétique d'Eric Lusito montre une base aérienne soviétique en Mongolie. Elle a été construite dans les années 1970 sur le territoire considéré comme une ligne de front pour un éventuel conflit avec la Chine. Les relations entre Moscou et Pékin étaient très tendues à l'époque.

41e division de fusiliers, Mongolie

Ceci est le monument aux soldats de la Grande Guerre patriotique (Seconde Guerre mondiale). La zone située devant les statues était utilisée pour des défilés militaires.

677e régiment d'artillerie, Mongolie

Cette base était située près de la limite nord du désert de Gobi. Elle visait également à lutter contre la menace potentielle chinoise.

2e division de chars de la garde, Mongolie

À l'époque soviétique, de nombreux militaires et leurs familles vivaient dans et autour de Tchoibalsan, en Mongolie. Sa population dépassait 300 000 habitants. Elle compte maintenant environ 39 000 habitants.

Quartier général du groupe central des forces, République tchèque

Milovice, en République tchèque, était le quartier général du GCF (Groupe central des forces). On estime que l'armée soviétique comptait jusqu'à 100 000 membres du personnel (y compris les familles) à Milovice au cours des années 1984-1988.

129e Centre radar indépendant de détection précoce, Lettonie

La station était responsable de la détection des missiles balistiques arrivant de l’ouest. Le slogan sur le mur se lit comme suit : « La victoire commence ici ! ».

44e complexe indépendant de commandement et de mesure, Kazakhstan

Construit dans les années 50 pour suivre les satellites, il est devenu l’une des bases soviétiques les plus sophistiquées en matière d’observation spatiale, offrant des fonctions de contrôle et de surveillance de l'espace.

649e Centre de renseignement indépendant sur les objets spatiaux, Lettonie

Les bases militaires soviétiques à l'étranger étaient généralement des colonies isolées, situées dans des zones fermées.

KGB, unité militaire 93544, Russie

Selon Francis Conte, professeur de culture russe et soviétique à l'Université Paris-Sorbonne, Lusito « nous aide à comprendre qu'en Russie comme ailleurs, les ruines sont l'expression de changements profonds dans le temps et dans l'histoire ».

Poster « Je sers l'Union soviétique »

Poster « Les officiers soviétiques sont des fils du peuple dévoués »

Dans cette autre publication apprenez plus sur la traces soviétiques en Arctique 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies