Pourquoi les gens escaladent-ils l’Elbrouz, plus haut sommet d’Europe?

Archives personnelles
L’Elbrouz étant considéré comme une montagne techniquement facile pour l’escalade, il attire toujours des milliers de grimpeurs du monde entier. Pour nombre d’entre eux, la conquête de cette montagne russe est le défi de toute une vie.

Le mont Elbrouz (un volcan en sommeil) attire chaque année dans la région du Caucase, en Russie, des milliers de touristes étrangers venus de plus de 70 pays. Certains sont des passionnés de ski, mais la plupart rêvent de vaincre l’un des plus hauts sommets du monde.

Un des sept sommets du monde

Le vrai rêve de chaque alpiniste est de gravir les sept sommets les plus hauts de chaque continent : avec une altitude de 5 642 mètres, l’Elbrouz occupe la cinquième place de cette liste.

« Souvent, les alpinistes escaladent d'abord le Kilimandjaro en Afrique, puis le mont Elbrouz, déclare Andrew Slate, qui dirige la compagnie de tourisme Beyond Red Square qui propose l'ascension du mont Elbrouz. Pour beaucoup, c'est la première vraie escalade dans la neige qu’ils réalisent à une telle altitude », ajoute-t-il.

Etonnamment, même pour les grimpeurs professionnels, l’Elbrouz reste souvent terra incognita. « J'ai été surpris de constater que le plus haut sommet d'Europe ne se trouvait pas dans les Alpes, mais dans le Caucase », explique Andy Mitchell, alpiniste chevronné du Wisconsin.

>>> En images: sept grandes montagnes de Russie autres que l'Elbrouz

Le professeur d'escalade américain Camilo Gomez avait prévu de rendre visite à des amis dans la ville de Krasnodar (sud de la Russie) et a découvert par hasard que l’Elbrouz se trouvait à un peu plus de 500 km. « Quand j'ai réalisé que la plus haute montagne d'Europe se trouvait à quelques heures à peine, j’ai voulu la conquérir », raconte-t-il.

Un sommet difficile?

L’Elbrouz, malgré le titre de plus haut sommet d’Europe, n’est pas considéré comme une montagne techniquement « difficile ». Un alpiniste professionnel ne verrait aucun défi majeur dans l’ascension de ses pentes douces.

Camilo dit même que la route méridionale menant au sommet, empruntée par la plupart des alpinistes touristiques, était trop facile pour lui.

Pour un alpiniste amateur, être en bonne santé est la seule condition nécessaire pour terminer le trajet de 10 heures jusqu'au sommet.

Cependant, en cours de route, un touriste peut faire face au mal des montagnes, à l'aggravation des problèmes cardiaques existants, au mauvais temps, au froid extrême, etc. Ainsi, même de telles montagnes « faciles » ne peuvent être surmontées que dans le cadre d'un groupe, et sous la direction d'un guide de montagne certifié.

>>>Huit merveilles naturelles de Russie (relativement) faciles d'accès

Ceux qui y parviennent sont récompensés par des vues à couper le souffle. Certains alpinistes disent qu'ils se sentent au sommet du monde (et certainement au sommet de l'Europe). On affirme parfois qu'il est parfois possible de voir deux mers (noire et caspienne) du sommet de l'Elbrouz par temps clair.

Escalade à la russe

D'autres alpinistes viennent sur l’Elbrouz pour expérimenter les conditions d'escalade « russes » spécifiques.

Le gouvernement russe fait d'énormes efforts pour transformer l’Elbrouz en une station de ski et d'escalade de premier plan. En tant que l'une des principales « merveilles russes », l’Elbrouz devrait devenir la carte de visite du pays. 

L’infrastructure de l’Elbrouz a encore beaucoup de chemin à parcourir : certains hôtels, restaurants, bases touristiques et remontées mécaniques se souviennent de l’ère soviétique et peuvent difficilement être qualifiées de luxueux. Cependant, cette modestie et ce minimalisme sont souvent ce que les grimpeurs préfèrent et viennent chercher ici.

>>> Pourquoi y a-t-il tant de «Suisses» en Russie?

« L'infrastructure de l’Elbrouz est excellente. De mon point de vue, plus de développement réduit simplement le sentiment de faire le travail de manière autonome. En tant que grimpeur, j'aime les expériences brutes. J'apprécie les montagnes sans rien, parce que cela me rapproche de la nature », déclare Meng Koh, un sportif du Colorado spécialisé dans l'escalade et les sports extrêmes.

« J'ai aimé tout ce qui concerne l'endroit où nous sommes restés et la façon dont nous nous sommes déplacés. Les villes de la vallée sont belles, le logement était excellent et la nourriture était de la vraie nourriture locale. Je ne suis pas un Américain typique. J'aime les choses rustiques, minimalistes et pratiques. Je n'ai pas besoin d'être au chaud, au sec, en sécurité et bien nourri à chaque minute de la journée. Ce sont les conditions que j'ai trouvées sur cette ascension et dans d'autres choses que j'ai faites en Russie. "Pa Rousski" ("À la russe") est une phrase que j'ai apprise d'un de mes amis. Quand je pars en vacances, que je skie ou que je cours, je suis plus heureux quand ça se passe "Pa Rousski". L'aventure de l’Elbrouz était "Pa Rousski" et c'est exactement ce que je voulais », révèle Andy.

Camilo partage ces sentiments : « Les cultures des Balkars et des Kabardes qui vivent autour de l’Elbrouz sont extraordinaires et l’hospitalité de ces peuples fait de l’Elbrouz une de mes montagnes favorites. Les infrastructures sur la montagne sont bonnes, bien plus nombreuses que sur d’autres montagnes que j'ai escaladées ».

>>> Comment un physicien soviétique a conquis l'Himalaya

« Ce qui serait agréable à voir, c'est que quelques-uns des gros déchets métalliques et des vieux bâtiments en ruines soient nettoyés pour donner à la montagne un aspect plus propre et plus naturel », a toutefois déclaré Camilo.

« La seule chose que j'espère, c'est que les déchets soient éliminés plus efficacement de la montagne », renchérit Meng.

Briser les stéréotypes

Dans l'esprit de nombreux étrangers, le Nord-Caucase est toujours inextricablement lié aux guerres tchétchènes et au terrorisme. Beaucoup de gens ont peur de venir ici, sans réaliser que la situation est complètement différente aujourd'hui.

Des endroits comme l’Elbrouz peuvent aider à briser cet état d'esprit, assure Andrew Slate. « Une fois que les gens sont ici, dans le Caucase, ils voient à quel point c'est beau et combien les habitants sont accueillants, cela aide vraiment à changer leurs stéréotypes sur la Russie et le Caucase du Nord », résume-t-il.

Dans cette autre publication animalière, découvrez les huit félins sauvages les plus dangereux de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies