Pourquoi y a-t-il tant de «Suisses» en Russie?

Igor Mikhalev/Sputnik, Vazovsky/Flickr, mzarkova/Pixabay
Nous avons dénombré des dizaines de villes de Russie appelées «Suisse». Dans certains cas, il s'agit même du nom officiel de ces lieux. Et si ces destinations sont souvent comparées aux Alpes, ce n’est pas seulement pour leurs paysages….

1. La Suisse russe : un village du Bachkortostan

Rousskaïa Chveïtsaria (« Suisse russe ») est un petit village (200 habitants) qui compte à peine quelques rues, situé au fin fond de la république à majorité musulmane du Bachkortostan. Sa principale curiosité est un panneau portant le nom de la ville que les gens aiment prendre en photo. La base de l'économie de cette « Suisse » est une usine où les habitants élèvent des vaches laitières pour les régions voisines. Il n’y a pas d’hôtel et le café local, appelé Volna (« Vague »), n’a aucune chance de vous impressionner avec une fondue. Mais si vous décidez de faire un tour par ici, assurez-vous d’apporter du liquide car la ville ne compte aucun distributeur automatique. On dit qu’à la fin du XIXe siècle, un entrepreneur local, Ivan Kanchine, a ouvert une station thermale basée sur le koumis (une sorte de lait de jument) et l’a baptisée « Suisse russe ». Kanchine a trouvé l’inspiration pour ce type de marketing prérévolutionnaire lors d’un voyage en Europe. De nos jours, c’est le nom officiel du village, tandis que la station elle-même s’appelle désormais Sanatorium de Gloukhovskaïa.

Lire aussi : Oufa, capitale du Bachkortostan, contée par un Breton

2. Suisse russe et allemande : un parc à Kazan

Pendant longtemps, le parc Gorki à Kazan - la capitale du Tatarstan, à 800 km à l'est de Moscou - portait le nom officiel de « Suisse ». Auparavant, une magnifique forêt de tilleuls conduisait au bois d'Arski. Au XIXe siècle, alors que la ville connaissait une croissance rapide, les habitants ont commencé à construire des datchas, des jardins et des parcs, appelant ainsi le bord de la rivière la « Suisse russe ». D’autre part, le bosquet lointain était appelé « Suisse allemande ». De vieilles photographies montrent que c'était même le nom officiel de ces lieux.

C'était un endroit populaire où les habitants passaient leurs vacances et prenaient du bon temps. À l'époque soviétique, ce parc portait le nom de l'écrivain soviétique Maxime Gorki, lui-même passionné par Kazan.

Lire aussi : Dix choses à faire absolument lors d’un séjour à Kazan

3. La Suisse de Toula : Yefremov

L'ancienne ville marchande de Yefremov (320 km au sud de Moscou), dans la région de Toula, était un lieu de prédilection pour les grands écrivains russes, dont Ivan Tourgueniev, Léon Tolstoï et Ivan Bounine. Ils ont tous été séduits par la vue charmante sur les imposantes collines et les méandres de la rivière Krassivaïa Metcha, que les habitants appellent « la Suisse ». À l'époque soviétique, la ville était un centre de l'industrie chimique, mais depuis la chute de l'URSS, c'est comme si le temps s'était arrêté ici.

4. La Suisse de Moscou : Zvenigorod

La région de Moscou regorge de paysages pittoresques, mais c’est la ville de Zvenigorod que l’on appelle le plus souvent la « Suisse ». Il n’y a pas de montagne, mais le paysage comprend des collines inhabituelles qui rappellent en effet les plateaux ondulés des vallées alpines. L'attraction principale de Zvenigorod est le monastère médiéval de Savva-Storojevski.

Lire aussi : À la découverte de la «Suisse russe»

5. Suisse russe n°2 : Krasnaïa Poliana

Il serait surprenant qu'aucune station de ski ne figure sur la liste des « Suisses russes ». Le village de Krasnaïa Poliana, juste à l'extérieur de Sotchi, possède certaines des meilleures pistes de ski de Russie. Et Krasnaïa Poliana a beaucoup en commun avec la Suisse, tant par son paysage montagneux que par ses infrastructures de loisirs très développées. Si vous êtes ici et que l’été vous manque subitement, il vous suffit de faire un court trajet en téléphérique pour piquer une tête dans la mer Noire.

6. La Suisse sur la Volga : le parc Chtcherbakovski

Le sud de la Russie, dans la région de Volgograd (1 000 km au sud de Moscou), possède également sa propre « Suisse ». La Volga Suisse est le surnom célèbre du parc national Chtcherbakovski. Ici, les bouleaux se dressent fièrement près des cascades de montagne, tandis que les pentes vertes et escarpées se jettent dans des gorges sans fond. Cette zone a été peuplée par des Allemands, qui ont déménagé ici à l'invitation de Catherine la Grande, mais ont ensuite été déportés sous Staline. Cependant, les anciennes fondations de leurs maisons sont toujours préservées et constituent maintenant des sites touristiques populaires.

Lire aussi : Dix conseils pour ceux qui voyagent dans la région de l'Altaï

7. La Suisse sibérienne : les montagnes de l'Altaï

Visitez les montagnes de l’Altaï et vous tomberez amoureux de la Sibérie. La nature ici est tout simplement splendide, hiver comme été. L'Altaï abrite le point culminant de la Sibérie, le mont Beloukha. Vous pouvez également trouver ici le lac Teletskoïe, l’un des lacs les plus profonds de Russie, et une grotte appelée Larmes de fille, particulièrement appréciée des amateurs de sensations fortes. De nombreuses stations balnéaires de l'Altaï sont aussi chics que celles d'Europe, y compris des chalets de style alpin et d'authentiques anciens villages russes. Les habitants disent en plaisantant que ces endroits sont baptisés « Suisse » non seulement pour leur beauté, mais aussi en raison des prix qui y ont cours.

Où votre prochaine aventure en Russie vous mènera-t-elle ? Répondez à ce questionnaire pour savoir comment votre personnalité peut déterminer où vous devez aller.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies