Dix faits insolites que vous ignoriez sur Saint-Pétersbourg

Pixabay
Saviez-vous qu’il était possible d’adopter un chat de l’Ermitage, et que la colonne d’Alexandre tenait uniquement grâce à son propre poids ? Voici d’autres faits déroutants sur la « capitale du Nord » de Russie, Saint-Pétersbourg.

1. La ville a été renommée trois fois. Le troisième, elle est redevenue Saint-Pétersbourg

En lien avec les sentiments antiallemands très forts pendant la Première Guerre mondiale, la ville a été rebaptisée Petrograd. « Nous nous sommes couchés à Pétersbourg et nous nous sommes réveillés à Petrograd ! », indiquaient les gros titres des journaux patriotiques.

Après la mort de Vladimir Lénine, la ville a été renommée Leningrad. Avec ce nom, la ville a traversé la Seconde Guerre mondiale, le dégel et la perestroïka. En septembre 1991, son nom historique a été restitué à la ville qui est à nouveau devenue connue sous le nom de Saint-Pétersbourg.

2. Un autre Saint-Pétersbourg est situé aux États-Unis

Une ville nommée d'après la « capitale du nord » de la Russie est située dans le sud des États-Unis. La cinquième ville la plus densément peuplée de la Floride est connue pour son climat ensoleillé, ses terrains de golf, sa baie chaleureuse et ses plages chaudes – un lieu aux antipodes de son homonyme russe, connue dans le monde entier pour ses terribles conditions météorologiques.

Lire aussi : Quels secrets cache le métro de Saint-Pétersbourg?

3. Les ponts mobiles sont beaux, mais terriblement pas pratiques

Il existe environ 800 ponts à Saint-Pétersbourg, dont les plus célèbres sont mobiles. Ces derniers sont au nombre de 19. Ils sont levés à une certaine heure (généralement tard le soir) et abaissés tôt le matin. C’est certes très beau, mais aussi extrêmement incommode : les habitants qui sont « bloqués » dans le quartier de Petrograd après une heure du matin ne peuvent plus facilement atteindre le district central et vice-versa. Par conséquent, si vous restez jusqu’à point d’heure à une soirée, mieux vaut y rester jusqu'au lendemain matin...

4. L'énorme colonne sur la place du Palais n'est fixée par rien

La colonne Alexandre, pesant 600 tonnes, est maintenue à l'état vertical depuis 185 ans exclusivement par son propre poids. À l’origine, les habitants de Saint-Pétersbourg l’évitaient car ils craignaient qu’elle ne tombe. L'architecte Montferrand devait marcher chaque jour sous sa création pour prouver aux habitants de la ville que sa construction était fiable.

5. Il faut plus de dix ans pour parcourir tout l'Ermitage

Chaque année, environ trois millions de personnes visitent le musée de l'Ermitage, mais aucune d’entre elles n'a jamais vu l’ensemble de l’énorme collection du plus célèbre musée de Russie. On estime que si vous passiez au moins une minute à inspecter chaque objet exposé, il faudrait plus de dix ans pour parcourir tout le musée.

Lire aussi : Dix chats qui «travaillent» pour les musées russes

6. Des chats «travaillent» au musée de l'Ermitage. Vous pouvez en adopter un!

Depuis des temps reculés, les chats débarrassaient le territoire du palais d’hiver des rongeurs. Rien n'a changé aujourd'hui : des dizaines de matous sont officiellement au service de l'Ermitage.

En 2014, le directeur du musée a fixé une limite de 50 chats. Il a donc été décidé de remettre le « surplus » en de « bonnes mains ». Pour obtenir un chat aussi spécial, les propriétaires potentiels devaient passer des entretiens et prouver leur fiabilité. Et le propriétaire officiel d’un chat de l'Ermitage recevait un certificat établissant le statut spécial de son nouvel animal de compagnie.

7. La cathédrale Saint-Isaac est clairement visible depuis les airs. Cela l'a sauvée des bombardements

La cathédrale Saint-Isaac est la quatrième plus grande au monde. Cela l'a sauvée de la destruction au cours de la Seconde Guerre mondiale : on pense que les troupes fascistes utilisaient le dôme élevé de l’édifice comme point de référence pour les observations. C'est peut-être pour cette raison que d'importants objets de valeur pour les musées qui ne pouvaient être évacués avant le blocus ont été conservés dans les sous-sols de Saint-Isaac.

Lire aussi : Piterbourkh, Pétropol et Léninbourg: Saint-Pétersbourg, la ville aux mille noms

8. Le métro de Pétersbourg est l'un des plus profonds au monde

La station la plus profonde, Admiralteïskaïa, est située à 86 mètres sous terre. Des stations de métro plus profondes se trouvent uniquement à Kiev et en Corée du Nord, où elles ont été spécifiquement créées à une telle profondeur en cas de guerre.

9. À Saint-Pétersbourg, un étrange monument a été volé sept fois

Le monument à Tchijik-Pyjik (un oiseau étrange) est installé sur la Fontanka conformément à la chanson comique qui lui a donné naissance. Les touristes y jettent des pièces pour que leurs vœux se réalisent. Et des personnes plus débrouillardes ont même volé la sculpture… sept fois. Après chaque « kidnapping », la sculpture revenait invariablement à sa place.

10. Saint-Pétersbourg est la ville la plus bruyante du monde. Ou presque...

Mesurant le niveau de bruit dans les villes du monde, des scientifiques allemands ont classé Saint-Pétersbourg dans le top cinq mondial. C'est là que les gens souffrent le plus de bruit dans le monde, avec des villes comme Istanbul, Barcelone, Paris et Moscou.

Vous souhaitez profiter pleinement de la bonté des locaux lors d’un séjour à Saint-Pétersbourg ? Retrouvez dans cet autre article les réponses aux questions que les touristes se posent toujours avant de s’y rendre !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies