Dix chats qui «travaillent» pour les musées russes

Alexander Kislov
Ces félins travaillent (dorment), attrapent des souris, accueillent les touristes et en savent probablement plus sur les expositions que vous.

1. Behemoth, Musée Boulgakov, Moscou

Si vous avez lu le roman de Mikhaïl BoulgakovLe Maître et Marguerite, vous connaissez cet énorme chat maléfique. Behemoth fait partie de l'entourage de Woland - aujourd'hui, un chat noir tout à fait similaire vit au musée de Boulgakov de Moscou. Il suffit de le regarder - vous reconnaîtrez instantanément Behemoth !

Lire aussi : Quel personnage du roman de Boulgakov «Le Maître et Marguerite» êtes-vous?

Behemoth travaille avec le personnel du musée. Il est apparu ici pour la première fois en 2005 : un jeune couple l’a amené après avoir découvert que leur bébé était allergique aux chats. Le chat se sent maintenant comme chez lui dans le musée, inspectant souvent la boîte aux lettres et prenant part aux visites. Il apprécie l'attention des médias et pose pour les photos. Rien de surprenant à ce qu'il ait un toiletteur personnel.

2. Achille, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg

Le chat de l'Ermitage surnommé Achille est l'un des félins les plus populaires de Russie. Ce chat blanc a tenté de deviner les résultats de la Coupe du Monde de la FIFA 2018 et certaines de ses prédictions se sont même concrétisées.

En fait, les chats protègent l'Ermitage des rats depuis 270 ans, depuis l'époque de l'impératrice Elizabeth Petrovna. Aujourd'hui, plus de 60 félins y vivent, soutenus par un groupe de bénévoles et de vétérinaires. Les chats âgés prennent leur retraite dans le café Republic of Cats, situé près du musée.

3. Vassilissa, Musée d'histoire du Goulag, Moscou

Vassilissa commence sa journée de travail en saluant les employés du musée. Pendant la journée, elle inspecte les salles et participe à presque toutes les réunions. En tant que véritable experte du musée, elle aime passer du temps dans la bibliothèque scientifique.

Lire aussi : Sorciers, guitaristes et pacifistes: huit chats qui ont marqué la culture russe

4. Persik, Ryji et Kecha, Musée Akhmatova, Saint-Pétersbourg

Ce trio à fourrure somnole généralement au rez-de-chaussée ou se promène dans le jardin Cheremetievski, mais il arrive parfois qu'ils se rendent à une soirée de poésie ou à une exposition.

Les trois matous ont visité le musée d'Anna Akhmatova de temps en temps avant de décider d'y rester en permanence.

Ils aiment passer du temps ensemble, comploteraient-ils quelque chose ?

5. Katia et Zaïa, musée Essenine, Moscou

Ces deux félins sont apparus dans le musée il y a plusieurs années quand ils étaient encore chatons. Lorsque Zaïa est arrivée ici, elle était très malade, mais elle est devenue un personnage important qui vit une vie de chat de luxe dans le bureau du directeur du musée. Et Katia ne vous appréciera que si vous êtes un fan de la poésie de Sergueï Essenine (ce que vous êtes probablement si vous venez dans son musée).

Lire aussi : Diner avec Velázquez et bal de Satan: excursions insolites dans les musées de Moscou et Saint-Pét'

6. Samuel, musée d'histoire locale, Oulan-Oude

Samuel vit ici depuis sept ans. Son endroit de prédilection est le dessus du placard. Il garde l'escalier, joue du piano et « travaille » (nous entendons fait des promenades) sur une machine à écrire. Normalement, les employés de musée n'aiment pas trop ça, mais ils le lui permettent uniquement si Sam attrape une souris.

7. Poutchok et Ryjik, réserve de Mikhaïlovski, région de Pskov

Ce chat garde le domaine où le célèbre poète russe Alexandre Pouchkine vivait et travaillait. Au cours des cinq dernières années, Poutchok a toujours côtoyé des gens, et il est donc extrêmement offensé si on ne l'invite pas aux événements.

Une fois, il n'a pas été invité à l'inauguration d'une exposition, alors il a observé tristement la fête à travers une porte vitrée. Quand on l'a finalement laissé entrer, il a tourné le dos et est parti fièrement - un chat qui sait ce qu'il vaut.

Lire aussi : Pourquoi la Russie compte-t-elle autant de musées d'histoire locale?

Quelques années plus tard, un autre chat roux - Ryjik - est apparu à Mikhaïlovski et a assumé des fonctions de sécurité générale. Voilà comment ça se passe : Poutchok accueille les invités, tandis que Ryjik attrape des souris.

8. Filimon, château de Vyborg, région de Léningrad

Filimon est le premier et le seul travailleur du château de Vyborg avec une queue. Il a même un document qui l'atteste. Sa principale responsabilité consiste à attraper des souris et à poser pour des photos touristiques. Il s'acquitte des deux missions avec brio.

9. Garage, Musée d'art contemporain Garage, Moscou

Ce chat, qui porte bien son nom, assiste toujours aux réunions et déteste quand les gens sont en retard. Il n’a pas le droit de mettre ses pattes sur les objets exposés, alors il peut souvent être aperçu en train de se détendre sur les canapés du café du musée.

10. Chats du domaine Léon Tolstoï, Iasnaïa Poliana, région de Toula

Le domaine de Léon Tolstoï a accueilli des chats avant la formation de l'Etat russe moderne - ils sont apparus ici sous l'Union soviétique. Ils ont été amenés au musée par les habitants des villages voisins, et il y a maintenant trois « clans » dans le vaste domaine: noir, blanc et rayé.

Voici les huit races populaires de chats originaires de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies