Le rêve soviétique sur la mer Noire: Anapa, destination ensoleillée du Sud de la Russie

Pour la majorité des Russes, Anapa est la quintessence des vacances bon marché au soleil. Mais au-delà de l’odeur alléchante des chachliks, du maïs et de la bière, la ville peut se targuer de disposer d’un héritage culturel passionnant, méritant amplement le détour.

Premier regard sur la ville

Après être arrivé en bus depuis Krasnodar (un trajet de trois heures), la cité d’Anapa vous accueille avec ses récents immeubles, ses centres commerciaux modernes ; tout y semble nouveau. Dans le centre, seules quelques rues sont ouvertes à la circulation, le reste est réservé aux piétons.

L’accès à la plage est libre, comme vous pouvez le voir … L’arrêt de bus n’est qu’à cinq minutes à pied de ce sable fin et prisé. Vous aurez toutefois à passer devant des dizaines de stands de souvenirs, de stolovaïa (cantines en self-service populaires depuis l’URSS), de gens faisant de la publicité pour des balades en bateau dans la baie, ou encore de musées divertissants avec des reptiles, instruments de torture ou autres œuvres en cire. Toutes les rues sont équipées d’enceintes laissant s’échapper toute la journée des airs de pop et de musiques entrainantes, principalement des classiques russes et soviétiques.

Lire aussi : Que faire à Nijni Novgorod, ville hôte de la Coupe du Monde de la FIFA™?

Juste derrière l’impressionnant parc aquatique « Zolotoï Pliaj » (Plage dorée), se trouve l’entrée de la plage de la ville. « Enfin ! », penserez-vous. Mais non, vous ne pourrez même pas y trouver le repos, puisque les touristes y sont serrés comme dans une boîte de sardines.

Anapa était déjà une destination de vacances populaire en Russie impériale. Après la guerre russo-turque (1828-1829), la ville a intégré l’Empire et est devenue une station balnéaire de premier choix. Le long de la large baie d’Anapa la mer est généralement calme et plate. Environ 200 jours par an il fait assez chaud pour pouvoir s'y baigner. La côte est également un lieu propice aux promenades romantiques.

Le sanatorium

En 1900 était construit le premier sanatorium d’Anapa. Durant l’époque soviétique, cette cité est devenue la principale station thermale pour les enfants du Mouvement des pionniers. Beaucoup de Russes connaissent Anapa du temps de leur jeunesse, et s’y rendent à présent avec leurs enfants et petits-enfants.

Lire aussi : Quelle forteresse russe possède une porte vers un autre monde?

La ville sous la ville

Le musée archéologique de Gorgippia.

À environ 500 mètres de là, la plage se fait plus paisible (mais aussi plus rocheuse). Au-delà de la bruyante musique et de l’odeur des chachliks (brochettes de viande), vous pourrez y profiter d’une vue véritablement unique : les ruines de la colonie antique de Gorgippia.

Une amphore de l’île de Rhodes (III-IIe siècles avant JC) après sa restauration, Musée archéologique de Gorgippia.

Ici, vous pourrez admirer les vestiges de sépultures et tombes vous plongeant à l’époque de la Grèce antique. De nombreux artéfacts y ayant été retrouvés sont présentés au musée, tout près des ruines.

Artéfacts des temps anciens

Gorgippia a été fondée entre 400 et 500 avant JC, mais en 300 avant notre ère elle a été détruite par les Goths. Toutefois, grâce à son port facilitant le commerce entre l’Est et l’Ouest, elle a été reconstruite plus d’une fois. Au XIIIe siècle, même les marchands italiens investissaient leur argent ici et appelaient cette ville « Mappario », ou « Mapa » pour faire plus court.

L’art hellénique dans la Russie d’aujourd’hui, Musée archéologique de Gorgippia.

Lire aussi : Découvrez les dix villes les plus anciennes de Russie

Un siècle plus tard, les Turcs régnaient en maître ici et ont conféré à la ville son nom actuel : Anapa. Malheureusement, ils sont également parvenus à donner à la cité une nouvelle image, puisqu’à cette époque ce lieu était connu pour être un important marché d’esclaves, tandis que les filles et femmes des environs finissaient régulièrement dans les harems d’Istanbul.

La forteresse turque d’Anapa était un important marché d’esclave

S’échapper dans le silence

Le musée archéologique de Gorgippia

De nos jours, vous pouvez vous balader librement sur le territoire de l’ancienne cité. Le musée dépeint par ailleurs le mode de vie de la population de l’époque. Y sont même proposées des excursions dans les souterrains des ruines.

« J’aime Anapa », et vous aussi allez l’aimer.

Vous pouvez continuer votre voyage historique à travers Anapa au Musée d’histoire. Vous y apprendrez pourquoi l’ancienne porte en pierre de la ville était surnommée « la porte de Russie » par les Turcs et comment la cité leur a servi de forteresse.

« La porte de Russie » à Anapa, a été érigée par les chefs turcs.

Pour les amoureux de la nature, non loin de là se trouve un lieu idéal pour se détendre loin des plages bondées et de l’histoire parfois sanglante d’Anapa : la fosse de Vitiazovo et les dunes d’Anapa. Il est possible d’y visiter le Centre de tourisme balnéaire, près du rivage. Vous ne le regretterez pas !

Lire aussi : Un week-end parfait dans la «capitale russe des troupes aéroportées»

Dunes d’Anapa

Comment s’y rendre?

À vol d’oiseau, Anapa est située à 161 kilomètres au sud de Krasnodar, sur le littoral de la mer Noire, entre le port de Novorossisk et les stations balnéaires Guelendjik, Sotchi et Adler.

Un road trip en voiture le long de la côte vous conduira dans les endroits les plus pittoresques de la chaude et ensoleillée Russie du Sud !

Pour organiser plus facilement votre voyage sur les bords de la mer Noire, voici notre présentation et guide de la ville de Krasnodar, autre destination phare de la région.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies