Un week-end parfait dans la «capitale russe des troupes aéroportées»

Legion Media
Saviez-vous que les parachutistes russes avaient leur propre capitale ? Et ce n'est certainement pas Moscou, mais l'ancienne ville de Riazan. Ici, vous pourrez vous sentir comme un vrai « mousquetaire russe » de l'époque d'Ivan le Terrible, admirer la plus grande iconostase du pays, et visiter le lieu de naissance du grand poète Sergueï Essenine.

Comment s’y rendre?

La meilleure façon de rejoindre Riazan est de prendre un train depuis la gare de Kazan à Moscou. Il faut environ 2 heures pour couvrir la distance de 200 km menant jusqu'à cette ville séculaire. Vous arriverez ensuite dans l'une des deux gares de la ville, toutes deux situées dans le centre.

Toucher du doigt l'histoire russe ancienne

En tant que l'une des plus anciennes villes de Russie, Riazan a une histoire riche et mouvementée. Le kremlin s'impose comme le cœur de la cité, situé sur une colline la surplombant. On peut y voir et visiter plusieurs églises et cathédrales anciennes. L'une d'entre elles, la cathédrale de l'Assomption, datant du XVIIe siècle, abrite la plus grande iconostase du pays.

Lire aussi : À quoi ressemble la vie dans les régions frontalières de Russie?

L'ensemble du kremlin est connu non seulement pour ses sites religieux, mais aussi en raison de ses édifices civils anciens, dont le plus remarquable est le palais des princes de Riazan, connu sous le nom de « Palais d'Oleg ».

Palais d'Oleg

Les remparts de 9 mètres de haut et de 290 mètres de long remontent au XIIIe siècle, lorsque le kremlin de Riazan était entouré de murs en bois et de tours bordés ds douves remplies d'eau. Alors que les structures défensives sont révolues depuis longtemps, l'immense enceinte existe toujours et constitue une plate-forme d'observation parfaite pour profiter de la vue pittoresque sur le kremlin et la ville toute entière.

Un autre lieu remarquable à Riazan pour respirer l'atmosphère de l'histoire russe est le Musée des streltsy. Les streltsy étaient des gardes russes aux XVI-XVIIIe siècles qui ont formé les premières troupes régulières de Russie, semblables aux mousquetaires en Europe de l'Ouest.

Lire aussi : Ijevsk: à la frontière entre production de kalachnikovs et monde parallèle

Non seulement le musée familiarise les visiteurs avec l'histoire des troupes de streltsy, mais offre également une chance de se sentir comme de vrais guerriers de l'ancienne Russie. Les plus téméraires peuvent même enfiler un uniforme militaire s'inspirant de cette époque, prendre part à des reconstitutions historiques et déguster des plats cuisinés selon d'anciennes recettes russes.

Les amateurs d'histoire seront en outre étonnés de découvrir que les premières unités de l'Armée populaire polonaise ont été formées dans la région de Riazan pendant la Seconde Guerre mondiale. Conjointement avec les troupes soviétiques, cette armée a d'ailleurs participé à la libération de la Pologne et à l'assaut de Berlin.

Capitale des troupes aéroportées

Riazan possède des traditions militaires bien ancrées. C'est ici que se trouve l'un des principaux établissements d'enseignement pour la formation des troupes aéroportées - la Haute école de commandement des troupes aéroportées de Riazan. Le 137e régiment de la garde aéroportée est également stationné dans la ville.

Lire aussi : Toropets, une ville entre lacs, églises et légendes

Il n'est donc pas surprenant que Riazan soit officieusement surnommée la « capitale des troupes aéroportées ». Les touristes peuvent ainsi visiter le premier et unique musée russe consacré aux « paras », l'un des rares établissements de ce type au monde.

L'exposition raconte l'histoire des troupes aéroportées russes, ainsi que leur participation aux guerres et conflits. On peut y contempler des uniformes, des armes et des effets personnels de soldats de l'air, ou encore leurs médailles et décorations militaires, ainsi que regarder des documentaires sur l'entraînement au combat.

Le lieu de naissance de Sergueï Essenine

Il serait faux de dire que Riazan n'a d'intérêt que pour les amateurs de guerre. Elle abrite en effet le lieu de naissance de l'un des plus célèbres poètes russes - Sergueï Essenine. La ville s'enorgueillit de ce fait et offre aux touristes une large gamme de souvenirs dédiés à cet illustre personnages : des magnets aux affiches en passant par les boîtes de chocolats à son effigie.

Lire aussi : Un week-end à Irkoutsk et sur le Baïkal pour tomber amoureux de la Sibérie

Les endroits liés à Essenine ne sont pas tous situés dans la ville. Pour savoir où est né Essenine, comment il a vécu et où il a étudié, vous devrez aller dans le village natal du poète, Konstantinovo, dans la région, où se trouve le musée Essenine. Le voyage commence à la gare routière centrale de Riazan et dure environ une heure et demie.

Riazan à s'en lécher les babines

Avec une population de plus d'un demi-million d'habitants, Riazan possède un large éventail de restaurants, de cafés et de bars pour tous les goûts. Pourtant, certains d'entre eux méritent plus d'attention que d'autres.

Le bar Sikera, par exemple, plonge les touristes dans la vie traditionnelle de la Russie prérévolutionnaire. On peut goûter les plats de la cuisine nationale russe, et déguster de l'hydromel et du kvas (boisson fermentée à base de pain), ainsi que diverses liqueurs et infusions.

Lire aussi : Vidéo: Comment découvrir pleinement Kazan sans se ruiner?

À la galerie Pain d'épices, on peut trouver un vaste assortiment de ce met délicieux, avec non seulement des exemplaires produits localement, mais aussi des pains d’épices venus de partout dans le monde. Les visiteurs peuvent d'ailleurs se renseigner sur les traditions de la préparation du pain d'épice en Russie et dans d'autres pays, goûter différents échantillons et suivre des ateliers sur la façon de décorer ces biscuits.

Tirez le meilleur de votre voyage en Russie pour la Coupe du Monde avec notre guide des villes hôtes !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies