Entrer sur le marché noir, tomber amoureux et se redécouvrir sur la côte de la mer Noire

Legion Media
Les aventures se produisent sur la route. Et en Russie, aucune route ne regorge d'aventures autant que celle reliant Adler au centre de Sotchi.

Ce qui au XIXe siècle était une petite ville côtière sur la côte de la mer Noire a captivé l'attention de la communauté internationale en 2014, quand la Russie a choisi le district d’Adler du Grand Sotchi comme site principal d’un nouveau Parc olympique.

L'événement a changé la ville jusqu’à la rendre méconnaissable, mais le gène de l'harmonie non troublée, qui atteint souvent des proportions absurdes, est resté dans l'ADN local, permettant aux étrangers de s’intégrer, de devenir amis avec des vendeurs au marché noir, et de tomber amoureux, le tout en un clin d'œil.

Le chauffeur de taxi, ce héros

« Montez, je vous emmène à Sotchi, 50 roubles par personne », hèle un chauffeur de taxi de l'autre côté de la route alors que je suis diligemment en attente d'un bus pour économiser sur le trajet. 50 roubles (0,7 euros) est un si petit tarif pour un voyage d’Adler (un quartier qui était autrefois une ville distincte avant de fusionner avec Sotchi) au centre-ville de Sotchi que cela ressemble à une plaisanterie. 

Je monte avec un groupe d'étudiants grecs que j’ai rencontrés par hasard il y a seulement quelques minutes. Les ceintures de sécurité sont facultatives et certains de mes compagnons de voyage doivent s'asseoir sur les genoux de leurs amis alors que le conducteur compense le tarif trivial par le nombre des passagers.

Après une petite conversation, le taxi regarde dans le rétroviseur et dit : « J'ai une pièce de monnaie grecque ancienne : elle a une gravure et un motif de guirlande de laurier. Combien pensez-vous que nous pourrions en obtenir ? ».

Lire aussi : À la découverte de la «Suisse russe»

La proposition étrange, qui sonne vraiment comme une arnaque visant à tromper les touristes candides, ne devrait pas vous frapper. Quoi que vous cherchiez à Sotchi, les chauffeurs de taxi sont les hommes qu’il vous faut. Ils organisent des visites de l'État partiellement reconnu d'Abkhazie situé de l'autre côté de la frontière (quel que soit le régime de visas applicable aux citoyens de certains pays), vous introduisent dans le monde de la contrebande transfrontalière de vins et spiritueux faits maison ou offrent des partenariats dans des entreprises douteuses.

En règle générale, évitez les offres qui peuvent vous causer des problèmes graves, mais ne faites pas une croix sur des aventures amusantes - l'achat d'une bouteille de Chacha (liqueur préparée localement à 55-60% d’alcool) tirée de sous le comptoir est une expérience sans risque et divertissante accordant au suspect l’occasion de raconter l'histoire dans les bars pour les années à venir.

La mer et la nuit

Après que mes compagnons et moi avons atteint notre destination, le taxi nous propose instantanément une visite sur le bateau de son ami pour 500 roubles (7 euros) chacun. Note conseil : lancez-vous. Rien ne panse mieux les plaies de l’âme qu'un voyage paisible le long de la côte vallonnée de Sotchi et d’Adler à bord d'un bateau, surtout si vous avez déjà fait connaissance avec le capitaine par l’intermédiaire du taxi.

Lire aussi : Les gourmands et les professionnels de la gastronomie française invités à Sotchi

Même en octobre, l'eau est assez chaude pour plonger confortablement dans la mer à tribord du bateau. Si le frisson d'octobre vous effraie, penchez-vous en arrière, fermez les yeux, et écoutez le bruit envoûtant des vagues et de la brise marine, comme si rien d'autre n'existait.

En entrant dans le port depuis la mer, jetez un œil au plus grand bateau: la rumeur locale veut que ce sont les quais personnels du yacht du président Poutine sur le port de Sotchi, et le navire présumé est en fait très visible parmi les autres bateaux qui s'amarrent à proximité.

À cette époque de l'année, le crépuscule arrive avant 18 h et quelques heures plus tard, les bars et cafés dispersés à travers la côte de Sotchi et d'Adler commencent à se remplir. Curieusement, la vie nocturne de Sotchi ressemble à un échantillon soigneusement choisi de la population de la ville: les tables sont réservées par des Russes, des Arméniens, des Géorgiens et des Abkhazes dans la même mesure.

Les scènes de nuit sont parfois étranges, car le même endroit accueille des jeunes plutôt chics, des seniors respectables, et des petites frappes en survêtement. Un flot généreux de long-drinks très populaires lisse le contraste qui aurait semblé bizarre dans n'importe quel autre endroit sur terre. Mais ici à Sotchi, tout vient naturellement et les gens de différentes couches sociales peuvent facilement partager un micro dans un bar karaoké, sans aucun problème.

À ce moment précis, vous tombez amoureux. Cela peut être une fille aux yeux verts qui s'avance pour chanter un vieux tube de reggae, l’esprit égalitaire de la nuit, ou le bruit relaxant de la mer Noire - mais Sotchi ne laisse personne indifférent.

Dans un pays où le sourire d'un étranger est une chose rare, cette petite ville balnéaire se distingue. Les liens personnels surmontent souvent les règles conventionnelles et cet avantage improbable maintient l'équilibre social intact. Une personne peut-elle visiter Sotchi et ne pas reconsidérer l'importance des liens sociaux dans sa propre vie ? En partant pour l'aéroport et en sentant un picotement de douce tristesse, je me rends compte que c’est très improbable.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer