«Je ne voulais pas partir»: de retour sur Terre, l’équipe du tout premier film spatial témoigne

Sergueï Savostianov/TASS
L'actrice principale et le réalisateur racontent comment ils sont restés éveillés pendant la majeure partie des 12 jours de tournage.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La trappe du véhicule de descente est ouverte, les sauveteurs et le personnel au sol aident l'actrice Ioulia Peressild à sortir de la capsule. Le sémillant réalisateur Klim Chipenko est assis à ses côtés sur son siège, alors que les médecins mesurent son pouls et sa tension artérielle. Non loin de là, le cosmonaute Oleg Novitski subit le même traitement. Or, si pour ce dernier, il s'agit du troisième retour sur Terre, Peressild et Chipenko étaient dans l'espace pour la première fois. Qui plus est, ils s’avèrent être les premiers de leur profession au monde à voyager en orbite terrestre. L'équipe du premier long métrage de l’histoire réalisé à bord de l'ISS est revenue sur Terre le 17 octobre 2021 après douze jours dans l'espace.

Klim Chipenko

« Je suis d'humeur un peu triste aujourd'hui. Parce que 12 jours, cela pourrait sembler beaucoup, mais sur la fin, je ne voulais pas partir », a déclaré Peressild.

Elle et Chipenko se sont élancés dans l'espace le 5 octobre, en compagnie du cosmonaute Anton Chkaplerov, après quatre mois d'entraînement. Ils y ont tourné le long métrage Vyzov (Défi), un projet commun de Roscosmos, l’agence spatiale russe, de Pervy Kanal, principale chaîne télévisée du pays, et de la société cinématographique Yellow, Black and White. L’œuvre narre l'histoire d'une femme médecin s'envolant en orbite pour sauver un cosmonaute.

Le 17 octobre, l'équipe de tournage a fait ses adieux au personnel de la Station spatiale internationale et a fermé les écoutilles du vaisseau peu après minuit. Le Soyouz MS-18 s'est désamarré de la station à 04h14 heure de Moscou. Déjà à 07h35, le module d'atterrissage du vaisseau s'est posé au Kazakhstan, à 148 kilomètres de la ville de Jezkazgan.

L'équipage a été accueilli par des sauveteurs, ainsi que par le directeur de Roscosmos, Dmitri Rogozine, et celui de Pervy Kanal, Konstantin Ernst.

Oleg Novitski

Lire aussi : Les cosmonautes soviétiques croyaient-ils en Dieu?

Rogozine a déclaré que l'atterrissage s'était bien déroulé, que l'équipage se sentait bien, et a noté que le vaisseau n'était pas tombé sur le côté, comme cela arrive parfois lors des atterrissages. Immédiatement après l'examen médical, les membres de l'équipage se sont vus servir de l’eau de bouleau à la demande de Novitski.

« Je suis follement heureux que nous soyons arrivés, a confié Klim Chipenko. Nous avons reçu du plaisir comme sur des montagnes russes, je pense. Le plasma, tout était en feu... C’était amusant et excitant. Lorsque le parachute s'est déclenché, ça a commencé à trembler un peu, mais, encore une fois, nous avions l'impression d'être sur une bonne attraction ».

Ioulia Peressild

L’atterrissage a également laissé de vives impressions chez Ioulia Peressild.

« Quand le parachute s'ouvre, la capsule tournoie tellement ! En plus, il y avait toutes ces surcharges. Nous les ressentions sur nous-mêmes, mais c'est un peu différent. C'est une chose quand on ressent tout sur les simulateurs, mais c'en est une autre quand, dans la vraie vie, tu comprends que tout cela t’arrive à toi. Par le hublot, tu peux déjà voir brûler la capsule dans laquelle tu voles », s’est exclamée l'actrice.

Selon elle, dans un premier temps après le vol, elle ne se sentait pas très bien.

« C'est comme si l’organisme ne comprenait pas encore vraiment comment tout ça s’est passé. C'est comme le contraire de l'apesanteur. Si, en apesanteur, tu te sens comme une plume, ici tout est très lourd, la tête est très lourde, les bras, les jambes, tout tourne un peu », a-t-elle décrit dans une interview à RT.

Pendant le vol, l'équipe avait pour mission de tourner 35 à 40 minutes de l’œuvre finale. Konstantin Ernst, directeur général de Pervy Kanal, a annoncé qu’elle avait en vérité réalisé 120% du plan de tournage et que le matériel obtenu s’était révélé particulièrement propice à la production cinématographique.

Konstantin Ernst, de face à gauche

Peressild, de son côté, a admis que le tournage avait été difficile – Klim Chipenko avait endossé le rôle à la fois d’opérateur, de réalisateur et de régisseur lumière, tandis qu’elle avait été tant maquilleuse et costumière qu’actrice. Elle a en outre avoué que l'équipe de tournage n'avait pratiquement pas dormi pendant les 12 jours de tournage, car elle craignait de voir son état s'aggraver les jours suivants et avait peur de ne pas avoir assez de temps pour tourner le matériel nécessaire.

« Tout était à la limite : il semblait que l’on n’en pouvait déjà plus, mais encore un d'effort – et tout réussit », a résumé la comédienne.

Après le vol, Peressild, ainsi que l'acteur Vladimir Machkov, qui participe également au tournage, ont laissé des inscriptions sur la carcasse du véhicule de descente. Ioulia a écrit « Merci » et Machkov – « Hourra ! ».

Actuellement, Peressild, Chipenko et Novitski subissent la première étape de leur réhabilitation à la Cité des étoiles, centre d’entraînement des cosmonautes au nord-est de Moscou. Pour Novitski, cela prendra trois semaines, puis il sera envoyé dans un sanatorium, le cosmonaute étant revenu sur Terre après 191 jours dans l'espace. Pour le reste de l'équipage, la réhabilitation prendra environ une semaine seulement.

Dans cet autre article, nous vous dressions le portrait de Ioulia Peressild, depuis ses débuts difficiles jusqu’à son arrivée sur le devant de la scène.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies