Le croirez-vous? Cinq inventions importantes qui viennent de Russie

Legion Media
Les Russes ont proposé de nombreuses idées brillantes, mais en raison des conditions économiques, de la faiblesse du système juridique et des brevets, ainsi que du manque de demande des consommateurs, ces idées ne se sont jamais répandues dans la mère patrie.

1. Parachute

Alors que les archives historiques montrent que les inventeurs ont réfléchi pendant des siècles à la manière de fabriquer un parachute, le premier parachute viable a été inventé par l’acteur et dramaturge russe Gleb Kotelnikov. Son sac à dos contenant un parachute est désormais utilisé partout dans le monde.

L'idée de créer un parachute sûr et efficace est venue à Kotelnikov après qu’il eut été témoin de la mort en 1910 de l'un des premiers pilotes russes, Lev Matsievitch, tombé de 400 mètres après une panne de son avion.

Les tests ont été couronnés de succès, mais l’État et l’armée ont montré peu d’intérêt. Alors l’inventeur a décidé de vendre son parachute à la France, où il obtint un franc succès. En Russie, l’invention de Kotelnikov n’a attiré l’attention du gouvernement qu’avec le début de la guerre en 1914 et plus encore après la Révolution de 1917.

Lire aussi : Cinq célèbres innovations mises au point par des immigrés en Russie

2. Pellicule photographique

S'il est généralement admis que la première pellicule photographique a été inventée en 1885 par le fondateur de Kodak, George Eastman, l’inventeur russe Ivan Boldyrev avait en fait mis au point la même chose quelques années plus tôt, en 1878.

Né dans une famille de cosaques pauvres de la région de Rostov, Boldyrev s'intéressait à la mécanique depuis sa tendre enfance. À l'âge de 19 ans, il a d'abord déménagé dans la ville de Novotcherkassk, où il a commencé à travailler dans la photographie, puis à Saint-Pétersbourg où il a travaillé comme éditeur de photos et assistant de photographe.

Maîtrisant l'art de la photographie, il n'a pas pu s’empêcher d’apporter certaines améliorations. D'abord, il a inventé une lentille à focale courte qui surpassait les analogues existants en termes d'ouverture et d'angle, puis a produit une pellicule photo qui était une meilleure alternative que les plaques de verre lourdes et fragiles utilisées par les photographes à cette époque. Son film était non seulement plus léger et plus facile à transporter, mais pouvait même résister à l'eau bouillante. Malheureusement, sa pellicule révolutionnaire n’a pas beaucoup retenu l’attention lors de l’exposition de 1882 à Moscou.

Lire aussi : Photographies de Cosaques libres du XIXe siècle

3. Tour avec outil de coupe mécanique

Le premier tour à décolleter a été breveté en 1800 par l'inventeur britannique Henry Maudslay, qui est considéré comme le père fondateur de la technologie des machines-outils. Ses inventions ont été un facteur important du début de la révolution industrielle.

Maudslay a cependant commencé à développer son tour dans les années 1780, soit des décennies plus tard que lorsque l'inventeur russe Andreï Nartov a créé une telle machine, décrite dans son livre de 1755. On ignore toujours si Maudslay était au courant des inventions de Nartov, mais il est possible qu’il ait pu voir un tour russe exposé à cette époque à Paris.

Né dans une famille de la classe moyenne, Nartov était un ingénieur de talent qui avait étudié à l'École de mathématiques et de navigation de Moscou. En 1712, il a attiré l'attention de Pierre le Grand. Au fil des ans, il est devenu son artisan personnel, voyageant partout en Europe, où il a étudié. En 1724, il proposa à Pierre de créer l'Académie russe des sciences.

Lire aussi : Ce Soviétique qui a survécu à une dose radioactive 300 fois supérieure au niveau mortel

L'inventeur a imaginé 36 machines-outils différentes au cours de sa vie, et il a même prévu de publier un livre décrivant toutes ces machines, mais il est mort en 1756. Beaucoup de ses inventions ont survécu, y compris une batterie circulaire à allumage rapide, que l'on peut trouver au musée de l'Ermitage et au musée des arts et métiers de Paris.

4. Lait en poudre

Bien que l'on eût parlé d'un produit ressemblant au lait en poudre dans les histoires de Marco Polo en Mongolie au XIIIe siècle, le savoir-faire est resté largement inconnu et n'a pas été pris au sérieux. Ce n'est qu'en 1802 que le médecin russe Ossip Kritchevsky a découvert le premier procédé moderne de fabrication de lait en poudre, permettant de préserver ses propriétés utiles et d'augmenter sa durée de conservation.

À cette époque, Kritchevsky travaillait dans la ville de Nerchinsk, dans la région reculée de Zabaïkalski, un lieu éloigné de Saint-Pétersbourg fondé à l'origine pour accueillir les condamnés.

Kritchevsky était l’un des rares médecins travaillant là-bas, luttant avec acharnement pour aider ceux qui en avaient besoin, mais il manquait de fournitures médicales. Le lait était l’un des aliments les plus sains qu’il avait pour nourrir les gens, mais cela n’a pas duré longtemps. Ainsi, le médecin a cherché des moyens d’augmenter sa durée de conservation. Il a donc mis au point une technologie pour fabriquer du lait en poudre en évaporant l'eau de celui-ci.

Lire aussi : Сinq inventions de Tsiolkovski, le «Léonard de Vinci russe»

Malheureusement, l'inventeur est décédé en 1832 et n'a jamais vu comment son innovation a finalement atteint Saint-Pétersbourg. De nombreuses années plus tard, elle parvint en Europe, où l'inventeur britannique T.S. Grimwade a breveté la technologie en 1855.

5. Wagon autopropulsé

En 1752, Leonti Chamchourenkov, inventeur paysan et autodidacte, créa le premier « wagon autopropulsé » à quatre roues, prototype de la première voiture. L’invention lui a non seulement apporté la renommée, mais lui a pratiquement sauvé sa vie. À la fin des années 1730, Chamchourenkov a déposé une plainte contre le gouverneur local pour détournement de fonds publics, mais des fonctionnaires corrompus ont jeté l’inventeur en prison. S’il n’avait pas possédé un esprit créatif, il aurait pu passer des décennies à pourrir derrière les barreaux.

En 1741, Chamchourenkov a eu l'idée d'un « wagon autopropulsé » qui serait conduit par deux « cochers », mais il a fallu 10 ans pour que son idée attire l'attention des fonctionnaires. Il a été invité à Saint-Pétersbourg et avec le financement du gouvernement, le projet a été mis en œuvre avec succès. L’inventeur a reçu 50 roubles de récompense et il a commencé à réfléchir à d’autres améliorations potentielles ; par exemple, une « montre » spéciale pour montrer la distance parcourue, ainsi que des plans pour une « voiture d'hiver ». Ces idées, cependant, n'ont jamais reçu le soutien de l'État.

Bien que la voiture de Chamchourenkov ait précédé celle du célèbre inventeur français Nicolas-Joseph Cugnot, qui a présenté son véhicule en 1769, le nom de l'inventeur russe n'a jamais été connu dans le monde entier.

Voici les cinq inventions d'Ivan Koulibine, génie russe autodidacte.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies