En images: top 5 des pires fabricants d'AK au monde

Une recrue de la police afghane se prépare à tirer sur des cibles avec son fusil AK-47 lors d'un cours de maniement des armes dans le district de Naw Bahar, province de Zabol, Afghanistan.

Une recrue de la police afghane se prépare à tirer sur des cibles avec son fusil AK-47 lors d'un cours de maniement des armes dans le district de Naw Bahar, province de Zabol, Afghanistan.

Aclosund Historic/Legion Media
Les experts de Kalachnikov révèlent quels AK de fabrication étrangère s’avèrent les moins qualitatifs et pourquoi.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 2021, l'AK reste l'un des fusils d'assaut les plus utilisés au monde avec plus de 100 millions d'exemplaires vendus à travers le globe. De nombreux États produisent cette arme dans leurs propres usines, mais tous ne se valent pas.

Voici la liste des pays qui produisent les pires fusils AK que vous pouvez trouver sur le marché international de l’armement.  

Chine

Fusil d'assaut chinois de type 56-2, basé sur l'arme Kalachnikov

« L'URSS a donné les droits de production des AK à la Chine en 1956. Les premières versions du fusil d'assaut fabriqué en Chine étaient plutôt bonnes, mais, au fil du temps, la qualité a chuté drastiquement. Par exemple, certains fusils avaient même leur canon qui pendait à l'intérieur de la boîte de culasse. C'est quelque chose de difficilement imaginable, mais c'était comme ça », explique Vladimir Onokoï, chef du département de la coopération militaro-technique du consortium Kalachnikov. 

Peu à peu, les usines chinoises ont commencé à « rationaliser la production et à en réduire le coût », ce qui a entraîné des résultats encore plus médiocres. Toutefois, la baisse de la qualité était justifiée par le faible prix. Selon un spécialiste de Kalachnikov, les AK originaux d'occasion étaient en effet vendus sur le marché international pour une moyenne de 400 dollars, alors que le nouveau modèle chinois n’en coûtait que 93.

« Les principaux problèmes des AK chinoises sont la production de mauvaise qualité des ressorts, des extracteurs, des mécanismes de sécurité, la faible précision, mais aussi beaucoup plus. Certains disent même qu'ils sont fabriqués à partir de papier d'aluminium mâché », déclare Iouri Sinitchkine, ancien tireur d'élite et ingénieur principal de la société Lobaev Arms.

Irak

Coupe de l'armurier d'un AK-47 montrant le fonctionnement interne. Il s'agit d'une version irakienne Tabuk de la Kalachnikov.

« L'Irak a obtenu ses droits sur les AK de la Yougoslavie, qui n'avait jamais eu auparavant de licence de production officielle. En fait, les AK irakiens sont une copie pirate d'une copie pirate », explique Onokoï.

Au début, la production n'était pas aussi mauvaise qu'elle aurait pu l'être, mais elle a empiré après une longue guerre avec l'Iran et la crise économique qui s’est ensuivie.

Les mitraillettes AK irakiennes n'ont pas d'alésage de canon chromé, elles rouillent donc plus vite. Il y a également eu des problèmes avec le traitement thermique des petites pièces, qui, par exemple, provoquaient la rupture des barres de visée.

Onokoï relate qu'une fois, il est tombé sur un fusil d'assaut irakien qui avait un « chargeur suspendu attaché au fusil avec du ruban adhésif ».

Lire aussi : Quelles technologies soviétiques ont par la suite été développées en Occident?

États-Unis

RAS47 de Century Arms, basé sur l'AK-47

Étonnamment, Onokoï affirme que certains des pires AK du monde sont produits dans le pays le plus avancé économiquement et technologiquement de la planète – les États-Unis.

« Les États-Unis combinent certains des meilleurs producteurs d'AK au monde avec les pires. Ils ont de bonnes petites entreprises qui créent des fusils d'assaut AK rares pour les collectionneurs d'armes et il y a des producteurs de fusil AK incroyablement horribles », explique l'expert.

Il désigne la société Inter Ordnance comme le pire producteur d'AK. Parmi ses nombreux défauts, il cite les canons tordus, les boulons faibles et le mauvais assemblage. Un autre fabricant négligent s'avère être Century Arms, qui produit également des fusils d'assaut Kalachnikov.

« Ils sont surnommés "deux en un" : à la fois une mitrailleuse et une grenade à main. La différence avec une grenade à main normale est qu'elle peut exploser à tout moment », plaisante Onokoï.

Éthiopie

Nomades éthiopiens armés pour protéger leur bétail

« La production d'AK en Éthiopie a, semble-t-il, été mise en place par des spécialistes nord-coréens. Les fusils d'assaut éthiopiens se caractérisent par une faible résistance à la corrosion, des rivets déformés de mauvaise qualité et un plastique de mauvaise qualité. Même après 60 ans, les fusils d'assaut soviétiques originaux ont un meilleur aspect et fonctionnent mieux que leurs nouvelles copies provenant d'Éthiopie », assure Onokoï.

Pakistan

Fabricant inspectant un fusil AK-47 Kalachnikov dans la ville de Darra Adam Khel, au Pakistan

Les AK pakistanais sont considérés comme les pires, car ils sont principalement produits dans de petits villages avec des outilleurs ordinaires.

Selon l'expert de Kalachnikov, 20 de ces AK sur 30 ne peuvent pas atteindre une cible à 50 mètres, car leurs balles volent dans des directions imprévisibles.

Dans cet autre article, nous vous proposions notre top 5 des fusils d'assaut de l'armée russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies