Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Kalachnikov

Vladimir Vyatkin/Sputnik
L’arme à feu la plus fiable de la planète possède une histoire passionnante - et le modèle devient sans cesse plus perfectionné et létal.

Le premier lot de mitraillettes Kalachnikov est sorti de la ligne de production en 1948 avant de passer une série d’essais militaires rigoureux.

Le nouveau fusil, qui a été surnommé AK-47, a été le premier fusil semi et entièrement automatique du pays chargé avec de puissantes munitions de 7.62x39 mm. Chaque carabine comporte 30 balles et peut réellement atteindre des cibles jusqu'à 300 mètres de distance.

L'une des caractéristiques principales de l'arme à feu est sa fiabilité. Elle peut même fonctionner dans des conditions de fortes pluies et des tempêtes de poussière, et à des températures comprises entre -40°C et +60℃.

Lire aussi : La Russie crée le premier fusil au monde capable de frapper l’ennemi à 4 km

Elle a même été copiée par un État membre de l'OTAN : au milieu des années 1950, un ingénieur danois a créé le LAR Madsen (fusil automatique léger).

AK européenne

Ce Bad Boy européen a copié la conception de l'AK-47 avec son piston à gaz longue course et les porte-boulons et boulons rotatifs. Pourtant, l'arme est apparue trop tard sur le marché des armes à feu et a connu un échec après les essais militaires d’armes moins chères et plus fiables - la FN FAL et le Heckler&Koch G3.

AK chinois

Au milieu des années 1950, même l'armée chinoise a commencé à utiliser des AK. Pourtant, les fabricants ont créé leur propre version de l'AK-47 qui peut être trouvée encore aujourd'hui sur le marché des armes à feu dans le monde entier.

AK-74

Trente ans se sont écoulés et l'armée soviétique avait besoin d'une nouvelle arme moderne destinée à transformer la série AK-47. Les fabricants ont décidé de changer la donne et de créer un fusil comprenant des munitions de 5.45x39 mm. 

Lire aussi : Equipés jusqu'aux dents: quels armements pour l’armée russe d’ici sept ans?

La nouvelle arme a été utilisée pour la première fois pendant la guerre d’Afghanistan de 1979 à 1989 - et selon le livre The Gun par C.J. Chivers, la CIA a offert une récompense de 5 000 dollars à quiconque pourrait capturer l'un des canons tant convoités.

Série noire

Au début des années 1990, la série Kalachnikov a été modernisée une fois de plus pour correspondre aux normes de l'OTAN. Tous les types précédents de mitrailleuses chargées avec des munitions de 5.45 et 7.62 ont connu une renaissance dans la série 100 alias « Kalachnikov noire ».

L'objectif était d'alléger les canons et d'améliorer leur fiabilité. Grâce à de nouveaux matériaux, cela a été rendu possible.

La série AK-100 ne comporte pas de pièces en bois, contrairement à ses prédécesseurs. Les concepteurs employaient des matériaux composites tels que des polyamides renforcés qui augmentent la durée de vie du fusil.

Lire aussi : Des robots-espions serviront dans la Garde nationale russe

Un autre gain important a été une ergonomie renforcée. Actuellement, tous les fusils de la série ont reçu des rails Picatinny pour la visée et l’optique sur le dessus, ainsi que des rails en dessous pour les lance-grenades. Les nouveaux fusils ont également été dotés d'une crosse pliable.

Carabines New Age

À la fin du mois de janvier de cette année, l'armée russe a finalement adopté de nouveaux fusils AK-12 et AK-15.

Comment acheter une arme Kalachnikov quand on est étranger ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies