Comment l'Union soviétique a aidé les communistes à prendre le pouvoir en Chine

Domaine public; Russia Beyond
Les bolcheviks sont à l'origine de la naissance du mouvement communiste en Chine. Cependant, ce ne sont pas du tout les partisans de Mao Zedong qui sont devenus les principaux alliés de l'URSS dans ce pays.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En 1949, les communistes ont remporté une victoire décisive dans la guerre civile chinoise, en battant leurs ennemis irréconciliables – le parti national conservateur du Kuomintang de Tchang Kaï-chek. Or, l'Union soviétique y a considérablement contribué.

Il est intéressant de noter que peu de temps auparavant, c'était le Kuomintang qui était le principal allié de l'URSS en Chine, alors que le Parti communiste chinois (PCC) n'était que le deuxième en importance pour Moscou. 

Front uni

Départ depuis Nanchang. Mikhaïl Borodine, conseiller soviétique de Sun Yat-sen au centre

Peu après l'effondrement de l'empire Qing en 1912, la Chine est devenue un État fragmenté et affaibli, sans pouvoir centralisé fort. Le pays était essentiellement divisé entre divers groupes politico-militaires, se querellant sans cesse entre eux. Les puissances étrangères en ont profité pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine.

Peu de Chinois appréciaient cette situation et deux forces se sont imposées dans l'arène politique des années 1920 avec l'intention de sortir le pays de son état féodal médiéval.

Les futurs ennemis de sang, le Kuomintang et le Parti communiste chinois, ont à cette époque agit de concert. En 1922, ils ont formé le « Premier Front uni », dans la création duquel les bolcheviks ont joué un rôle clé.

Lire aussi : Comment des bandes chinoises ont terrorisé la Russie pendant un demi-siècle

Coopération entre l'URSS et le Kuomintang

Sun Yat-sen en 1912

Moscou a non seulement suivi de près les événements en Chine, mais y a aussi participé activement. Isolée par la communauté mondiale, la Russie soviétique (depuis 1922 l'URSS) cherchait des alliés à l'étranger. Après s'être vu refuser la coopération de la clique de Beiyang (qui, bien qu'ayant à peine le contrôle du pays, a été reconnue comme le gouvernement officiel de la Chine), la direction soviétique a misé sur le Kuomintang, fondé et dirigé par Sun Yat-sen.

Le Kuomintang a été choisi par Moscou, car il était alors plus important numériquement parlant et plus influent que le PCC. C’est donc lui qui devait devenir le pilier des bolcheviks en Chine, leur allié loyal dans la lutte contre les puissances occidentales.

Sun Yat-sen et Tchang Kaï-chek en 1924

L'URSS a contribué à la réorganisation de l'Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang, lui a fourni des armes et des munitions. Les communistes, qui ont rejoint le parti de Sun Yat-sen à la demande de Moscou, recevaient quant à eux une aide beaucoup plus modeste.

Moscou tentait d’étouffer dans l’œuf tout désaccord entre les membres des deux partis. La direction du PCC recevait des instructions explicites du Kremlin quant à la nécessité de réaliser des concessions au bénéfice du Kuomintang afin de préserver l'unité.

Rupture

Asssemblée du Kuomintang

En 1926-1928, avec l'aide d'experts militaires soviétiques, le nouveau chef du Kuomintang, Tchang Kaï-chek, a organisé la « Campagne du Nord » contre un certain nombre de cliques militaires et politiques, ce qui a abouti à l'unification de la Chine sous son règne.  

Avant même la fin de la campagne, le 12 avril 1927, les membres du Kuomintang, malgré eux, ont porté un coup soudain à leurs alliés. Des arrestations et des fusillades massives de membres du PCC ont été effectuées dans plusieurs villes.

Généraux de l'Armée nationale révolutionnaire

Désireux de se libérer de la tutelle de Moscou, Tchang Kaï-chek a commencé à mener une politique antisoviétique cohérente, forçant le Parti communiste chinois à entrer dans la clandestinité. En conséquence, le 14 décembre 1927, les relations diplomatiques entre l'Union soviétique et la Chine ont été rompues.

Lire aussi : Comment des cosaques russes sont-ils devenus la garde personnelle de l'empereur chinois?

Réconciliation

Chen Xilian, général de l'Armée populaire de libération chinoise, s'adressant aux troupes en 1940

En 1937, en raison de l'invasion du pays par les troupes japonaises, la guerre civile chinoise a été temporairement interrompue. La création d'un « Deuxième front uni » entre les communistes et le Kuomintang s'est accompagnée du rétablissement des relations entre Nanjing (alors capitale de la Chine) et Moscou, qui voyait le Japon comme une menace pour sa propre sécurité. Les conseillers militaires et les pilotes soviétiques ont par conséquent commencé à arriver dans le pays, tout comme des stocks d’armes et de munitions.

En 1941, l’agence de presse Xinhua écrivait : « Pendant les quatre années de notre guerre sainte, l'aide soviétique a été l'aide étrangère la plus importante et la plus fiable ». Comme auparavant, son principal bénéficiaire était le Kuomintang, qui dirigeait le pays, tandis que le PCC se contentait de peu. Moscou exhortait d’ailleurs ce dernier à suivre la voie du gouvernement pour ne pas détruire le front uni.

Tchang Kaï-chek en 1933

« Il semblerait que les communistes chinois sont plus proches de nous que Tchang Kaï-chek, a témoigné Vassili Tchoukov, l'un des conseillers militaires soviétiques en Chine. Il paraîtrait donc logique qu'ils bénéficient de la principale aide... Mais cette assistance ressemblerait à l'exportation de la révolution vers un pays avec lequel nous sommes liés par des relations diplomatiques. Le PCC et la classe ouvrière sont encore faibles pour être le leader dans la lutte contre l'agresseur. Il faudra du temps, combien – il est difficile de le dire, pour rallier les masses à sa cause. En outre, les puissances impérialistes ne permettront guère que Tchang Kaï-chek soit remplacé par le Parti communiste chinois ».

Même après les attaques ouvertes des troupes du Kuomintang contre les communistes (comme l'encerclement et la destruction du quartier général de la nouvelle 4e armée du PCC en janvier 1941), Moscou leur a demandé de se retenir, guidés par le principe du « tous pour la résistance contre le Japon ». Dans le même temps, l'URSS a également restreint Tchang Kaï-chek dans ses campagnes militaires contre les provinces contrôlées par le Parti communiste.

Avec l'attaque de l'Allemagne nazie en juin 1941, l'Union soviétique a cessé de se préoccuper de la Chine. L'aide au Kuomintang et au PCC a pratiquement été interrompue. Ce n'est qu'avec la fin de la guerre en Europe que Moscou a de nouveau porté son attention sur les problèmes de l'Extrême-Orient.

Lire aussi : Comment les Américains ont volé à l'URSS sa victoire sur le Japon

Une aide attendue depuis longtemps

Troupes de l'Armée nationale révolutionnaire

À mesure que le rapprochement entre le Kuomintang et les États-Unis progressait, le soutien soviétique aux communistes chinois augmentait. Officiellement, cependant, l'Union soviétique et le gouvernement de Tchang Kaï-chek ont continué à entretenir des relations respectueuses. Le 14 août 1945, ils ont même conclu un traité d'amitié et d'alliance, par lequel ils devaient lutter ensemble contre le Japon.

Moscou a apporté son aide la plus cruciale au PCC en Mandchourie. Après la libération des forces japonaises, des unités de l'Armée rouge ont été temporairement stationnées dans cette région du Nord-Est de la Chine. L'administration soviétique y a facilité l'infiltration secrète des communistes chinois et l'établissement de leur base révolutionnaire.

Troupes soviétiques franchissant le fleuve Songhua lors de la libération de la Mandchourie

Les spécialistes soviétiques qui y avaient été envoyés se sont activement engagés dans la restauration de l'infrastructure mandchoue, l'approvisionnement en biens vitaux et en matières premières a commencé, tandis que des armes japonaises capturées en guise de trophées (dont 861 avions, 600 chars, de l'artillerie, des mortiers, 1 200 mitrailleuses, des armes légères et des munitions) ont été données à l'Armée populaire de libération de la Chine. En outre, l'Union soviétique a commencé à former le personnel militaire des forces armées communistes, et Mao Zedong a reçu de Moscou un prêt préférentiel pour la guerre.

Infanterie soviétique franchissant la frontière de la Mandchourie, le 9 août 1945

Après le retrait de l'Armée rouge en avril 1946, lorsque les troupes gouvernementales sont entrées en Mandchourie, elles y ont trouvé, à leur grande surprise, non pas un patchwork d'unités de guérilla du PCC, mais une armée moderne et disciplinée. C'est ainsi le Nord-Est de la Chine qui est devenu le principal champ de bataille de la guerre civile, culminant avec la défaite du Kuomintang et son évacuation vers l'île de Taïwan.

Tchang Kaï-chek devenant président de la République de Chine le 20 mai 1948

L'Union soviétique a longtemps hésité à prendre ouvertement le parti des communistes chinois. Cependant lorsqu’elle l’a finalement fait, les chances que le PCC gagne la lutte pour le pouvoir en Chine se sont multipliées. En conséquence, le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine a été proclamée et c'est l'URSS qui a été le premier État au monde à la reconnaitre.

Dans cet autre article, nous nous intéressons aux conflits armés qui ont opposé la Russie et la Chine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies