Comment les différents pays ont créé «leur» version de l’AK-47 russe

Legion Media
Russia Beyond a réuni les versions les plus inhabituelles de la légendaire AK-47, que les fabricants du monde entier souhaitaient adapter à leurs armées.

AMP69

Ceci est la version hongroise de l’AK. Sa principale caractéristique est sa capacité à tirer des grenades pour fusil.

AIMS 74

Il s’agit de la version roumaine du fusil automatique Kalachnikov chambré avec des munitions de 5,45x39 mm. Son fût a été inventé par l'ancien président du pays Nicolae Ceausescu.

INSAS

Il s'agit d'une réplique indienne d'un fusil d'assaut Kalachnikov munie de cartouches « locales » de 5,56 x 45 mm. Il est associé aux armes à feu de différents mouvements terroristes, puisque le modèle peut être facilement trouvé sur les marchés noirs d’Asie. De ce fait, il est connu dans le monde entier et est devenu l'une des armes des « terroristes » du jeu Counter-Strike.

AMD-65

Encore une fois, une version hongroise du fusil d'assaut Kalachnikov créée pour des munitions de 7,62x39 mm. La crosse et le fût en bois, qui font la renommée de la Kalach classique, sont remplacés par un support à poignée verticale et un embout en métal relevable (rabattable sur le côté).

AKM-63

Une variante du modèle AMD-65 précédent, mais exécutée « en bois ».

MPi-KMS72

La « Kalach allemande » de la société Ernst Thaelman. Produite au début des années 60 en Allemagne de l’Est. Sa particularité est sa crosse en « fil » rabattable.

Madsen lar

À la fin des années 1950, cette « Kalach danoise  » a eu la chance d’équiper l'armée de l'OTAN au détriment du FN FAL belge et de l'allemand Heckler & Koch G3.

Extérieurement, la mitrailleuse ne ressemble pas du tout aux classiques soviétiques, mais le cœur de l’arme - sa mécanique, le système d’extraction du gaz, le verrou, etc. – sont une réplique complète de la mitrailleuse Kalachnikov.

Le seul inconvénient de l'arme est qu'il était impossible d'utiliser les chargeurs soviétiques, uniquement les chargeurs spécialement créés pour elle. À l'heure actuelle, seules quelques armes ont survécu et se trouvent au Musée royal danois de l'armurerie à Copenhague.

Type-56

Un fusil d'assaut Kalachnikov chinois avec une baïonnette et la possibilité d'installer un frein de bouche. Il a été fabriqué sous licence à partir du milieu des années 50 sur le territoire de la République populaire de Chine et est devenu l'une des armes principales du Viet Cong pendant la guerre du Vietnam.  

Dans cette autre publication découvrez le fusil russe capable de frapper l’ennemi à 4 km

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies