Cinq faits sur ce monstrueux véhicule amphibie soviétique à huit roues

Maison de vente aux enchères Egorovs
Ce véhicule semble tout droit sorti d'un film rétro-futuriste, mais il est absolument réel. Pouvez-vous deviner à quelles fins il a été conçu?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Cette voiture unique en son genre a été découverte en 2017 dans la ville de Tcheliabinsk (Sud de l’Oural). L’un des utilisateurs locaux de VKontakte (équivalent russe de Facebook), a déclaré l'avoir trouvée dans le vieux garage qu'il avait acheté en dehors de la ville. La voiture amphibie a alors été baptisée Argo par son nouveau propriétaire. Au printemps 2019, elle a été présentée à la galerie Oldtimer de Moscou – une exposition de voitures anciennes inhabituelles. Mais qui l'a fabriquée, et pour quoi faire ?

Bricolée par des professionnels

Ce véhicule tout-terrain amphibie à 8 roues a été créé par l'ingénieur Maksim Melnitchenko. Il travaillait à l'usine de tracteurs de Tcheliabinsk et a créé ce chef-d'œuvre à la fin des années 1960. On dit que Melnitchenko était un chasseur passionné et qu'il parcourait souvent les forêts de l'Oural. Apparemment, il aurait réuni plusieurs collègues de travail partageant ses idées pour construire cette étrange voiture afin de se déplacer dans la nature.

Une voiture amphibie expérimentale

La chose la plus intéressante dans ce projet est son mécanisme de rotation articulé, comme on en trouve dans les tracteurs (après tout, le véhicule a été construit dans une usine de tracteurs). La seule portière se trouve par ailleurs à l'avant, tandis que dans la partie arrière, il était prévu de placer un moteur (probablement d'une voiture de modèle GAZ M-20 Pobieda), ainsi qu’une pompe hydraulique. Mais cela ne s'est jamais concrétisé.

>>> Six véhicules amphibies de l'époque soviétique

L'Argo est propulsé par transmission hydrostatique. Toutes les roues sont équipées de moteurs hydrauliques compacts. En fait, le véhicule possède 8 roues motrices, et sur chaque paire, il est possible d’installer une chenille. Bien pensé, n’est-ce pas ?

Un modèle léger

L’Argo semble massif, mais c'est une illusion. En réalité, bien qu'il mesure 4,53m de long, 1,90m de large et 1,49m de haut, il ne pèse que 1,5 tonne !

La voiture se compose de deux sections scellées en duralium, un alliage d'aluminium très résistant. Les joints sont en outre conçus en forme de « branchies », ce qui donne à l’Argo son aspect steampunk.

Un projet tenu secret

Des médias russes ont fait savoir (en se référant aux employés de l'usine) que seules quelques personnes avaient connaissance de l’existence de l’Argo. D'autres spéculent que personne sur le site ne savait exactement pour quel véhicule les différents moteurs hydrauliques sur roues avaient été fabriqués.

Une construction inachevée

Pendant tout ce temps, la voiture a donc été entreposée au garage de Melnitchenko dans la région de Tcheliabinsk. Après sa mort, la bâtisse a été transférée à sa fille, qui a décidé de la vendre dans les années 2010. Le nouveau propriétaire du garage a donc trouvé l’Argo à l'intérieur. Après cela, le véhicule a changé deux fois de propriétaire, jusqu'à ce qu'il se retrouve entre les mains de l'historien de l'automobile Vladimir Kireïev. Il en a fait l’acquisition en 2014, mais ce n'est qu'en 2017 qu'il a pu la transférer à Moscou.

>>> Pourquoi les camions KAMAZ sont les meilleurs au monde

Comme il l'a confié à Russia Beyond, cette construction a beaucoup de faiblesses. « L'idée en elle-même était très intéressante, mais absolument pas viable et présente un grand nombre d'inconvénients insurmontables. Je pense que les concepteurs en ont pris conscience et ont décidé d'arrêter ». La collection de Kireïev comprend également des dizaines de voitures anciennes, allant de véhicules fabriqués par lui-même à des ZIL de cérémonie. Beaucoup de ses joyaux sont exposés dans les salons automobiles de Russie et, à l'avenir, Vladimir prévoit d'ouvrir un musée rétro dédié aux transports.

Dans cette autre publication, découvrez en vidéo une Lada Niva transformée en attraction à bascule par des cascadeurs russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies