Comment fonctionnent les transports publics en Russie par -50°?

Alekseï Malgavko/Sputnik
Même à des températures extrêmement basses, la vie dans les villes du pays ne s'arrête pas. D’ailleurs, beaucoup préfèrent y utiliser les transports publics plutôt que leurs véhicules privés.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les hivers rudes et les blizzards violents sont assez fréquents dans la région arctique russe. Dès la mi-octobre, l'hiver commence à Iakoutsk, Norilsk ou Vorkouta, et de nombreux automobilistes passent de leur véhicule personnel aux transports publics : l'utilisation de leur propre voiture devient assez coûteuse en cette saison.

À Khabarovsk

Comment les bus font-ils face à de telles conditions météorologiques ?

Des arrêts de bus chauffés

À Iakoutsk, la plus grande ville sur le permafrost (plus de 300 000 habitants), ce sol composé d’une couche constamment gelée, -45-50 degrés est la température habituelle en hiver. L'une des caractéristiques de la cité est le grand nombre de lignes et d'arrêts de bus. Beaucoup de ces derniers sont situés à une distance de littéralement 200 mètres les uns des autres. L’intervalle entre deux passages est également faible, et le trajet de la périphérie au centre ne prend pas plus d'une demi-heure. De plus, vous pouvez suivre en ligne les déplacements de votre bus.

La ville compte près d’une trentaine d'abris bus chauffés. Il s'agit de pavillons couverts et chauffés dotés de fenêtres, à l'intérieur desquels se trouvent des sièges et des moniteurs d'information qui montrent les bus en approche.

À Omsk

Certains disposent du Wi-Fi, de prises pour recharger les gadgets, et même de distributeurs automatiques de billets et de machines à café.

Des arrêts chauffés similaires peuvent être observés à Omsk, Sourgout et Norilsk. Pour que l'entretien d'un tel arrêt ne « dévore » pas tout le budget de la ville, une partie des locaux est louée à des entrepreneurs, de sorte que de nombreux arrêts sont combinés avec une pharmacie ou un fleuriste.

À Kemerovo, les arrêts de bus sont ouverts à l’air libre, mais avec un radiateur infrarouge intégré, qui s'allume automatiquement lorsque la température descend en dessous de -5°.

Lire aussi : Pourquoi ces Russes friment-ils en t-shirt en plein hiver?

Se réchauffer à l'intérieur

Selon la réglementation, la température dans le salon des transports publics en hiver ne doit pas descendre en dessous de 10 degrés, si dans la rue il ne fait pas moins de -25°, et pas en dessous de 5°, si la température extérieure est inférieure à -40°.

À Norilsk

À Iakoutsk, en hiver, les bus sont équipés de double vitrage pour une meilleure isolation. En outre, ce verre ne s'embue pas et ne se recouvre pas de givre, ce qui permet de voir son arrêt.

À Ioujno-Sakhalinsk

Pour éviter que les bus ne tombent en panne, ils sont équipés d’un système de chauffage automatique des moteurs, et pour la nuit, ces derniers sont enveloppés d'une couverture pour qu'ils ne refroidissent pas. D'ailleurs, la plupart des transports publics fonctionnent au méthane naturel plutôt qu'à l'essence, celle-ci étant susceptible de geler.

Les nouveaux bus sont équipés de radiateurs puissants et de planchers chauffants, mais les anciens sont toujours isolés avec de simples tapis posés au sol.

Sur la glace

Au Kamtchatka

En hiver, dans de nombreuses villes de Russie, la traversée des fleuves et lacs gelés devient possible, et apparaissent donc les « transports publics d'hiver » : des aéroglisseurs qui transportent les gens d'une rive à l'autre. Ils travaillent jusqu'au printemps, et même après, quand la glace se met enfin à fondre. En moyenne, ces bateaux peuvent transporter 10 personnes, en plus des bagages.

Dans cet autre article, nous vous présentons à quoi ressemble la vie dans les villes russes construites sur le pergélisol.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies