Comment la propagande soviétique a influencé les tapis orientaux traditionnels

Des affiches de propagande ont été tissées et sont devenues des éléments décoratifs populaires sur les murs, à la maison comme au bureau.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le tapis oriental est l'un des symboles les plus reconnaissables de la vie soviétique. Chaque famille rêvait d'en acheter un. Les gens accrochaient sur les murs des tapis de prix qui non seulement servaient de décoration, mais apportaient également de la chaleur pendant les hivers rigoureux.

Compte tenu de ce sentiment populaire, les autorités soviétiques ont décidé d'utiliser les tapis comme outil de propagande. Elles ont ordonné de tisser et de broder les moments glorieux de la révolution bolchevique, des scènes illustrant les succès de l’industrie et, bien sûr, des portraits des dirigeants du pays.

>>> Artisans du Daghestan: comment fabriquer un tapis de ses propres mains?

Alors que les maîtres tisserands continuaient à créer des tapis traditionnels, ils ont en parallèle fabriqué des articles uniques qui combinaient motifs orientaux et images de propagande politique d'une manière inhabituelle et intéressante. Voici quelques-uns des exemples les plus intéressants de tapis exclusifs produits dans les années 1920-70 en République soviétique d'Azerbaïdjan.

Le leader de la révolution mondiale, Vladimir Lénine, et le leader de l'Orient, Nariman Narimanov, tapis, 1920

Nariman Narimanov était un bolchevik azerbaïdjanais, camarade de Lénine.

Portrait de Molotov, broderie, 1934-1935

Ce portrait du célèbre premier ministre soviétique (président du Conseil des commissaires du peuple de l'Union soviétique) a été brodé avec du fil de soie sur cette toile de coton rouge de 71х61 cm, avec un slogan révolutionnaire soviétique : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ».

Travailleur du secteur pétrolier, tapis, 1969

Cette immense toile de 316 x 211 cm rappelle une icône orthodoxe mettant en scène la vie des saints. En effet, pour l'État soviétique, les travailleurs étaient de véritables héros et tenaient lieu de saints. Ainsi, dans l'image centrale, nous voyons un travailleur du domaine pétrolier exemplaire avec sa famille : son fils est un pionnier, sa fille est une cueilleuse de coton et sa femme est très probablement un ingénieur. Les paysages de l'industrie pétrolière sont à l'arrière-plan, à une époque où c'était l'une des industries les plus importantes et les plus dynamiques de l'Azerbaïdjan soviétique.

Dans le cadre du tapis, nous voyons des scènes de la vie azerbaïdjanaise (tout comme dans les icônes, nous verrions les scènes de la vie d'un saint) : cueillette du coton, pêche, sports et autres tranches d’une vie soviétique heureuse. Ci-dessous, vous pouvez voir un fragment représentant une famille à la maison.

>>> Comment Staline a tenté de mettre la main sur une partie de l’Iran

En 1928, Staline a lancé les premiers plans quinquennaux de développement de l'économie nationale. L'objectif principal était d’assurer un développement au pas de course. En 1935, le mineur Alexeï Stakhanov a reçu l'ordre d'extraire 102 tonnes de charbon en un seul quart de travail (la norme était de 7 tonnes). À partir de ce moment, le mouvement stakhanoviste est apparu et les travailleurs de différents secteurs ont dépassé les normes à plusieurs reprises. La propagande soviétique chantait les louanges de ces travailleurs de choc qui contribuaient à développer l'économie nationale et recevaient des médailles pour leur travail.

Laboratoire, tapis, 1969

Les Soviétiques voulaient éradiquer l'analphabétisme et pousser les gens à l’étude. Ainsi, ils ont produit de nombreuses affiches et slogans affirmant que l'éducation est la chose la plus importante pour les personnes de tous âges.

Sport, tapis, 1969

Un citoyen soviétique devait non seulement être éduqué et bon travailleur, mais aussi avoir un corps sain (chose nécessaire pour un esprit sain, selon la propagande soviétique). Ainsi, la promotion du sport et de la culture physique figurait parmi les principaux objectifs de l'agitation communiste.

L’exposition Écho de l’Azerbaïdjan soviétique. Tapis. Broderies. Affiches se tient jusqu'au 1er mars au Musée d’État d’art oriental de Moscou, en collaboration avec le Musée du tapis azerbaïdjanais de Bakou.

Découvrez dans cette autre publication six vêtements qui vous permettent de reconnaître un Russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies