Comment le piratage en ligne se développe en Russie et s'exporte à l'étranger

Getty Images
En 2019, pour la première fois en cinq ans, le volume du marché pirate russe en ligne a diminué de 27% par rapport à l’année précédente, mais à la fin de l'année, les sites de films pirates et les casinos illégaux ont trouvé de nouvelles façons de se développer, y compris en dehors du pays. Nous vous révélons comment et sur quoi l'industrie pirate se rentabilise en 2020.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le groupe IB, une société spécialisée dans la sécurité sur Internet, a publié les résultats d'une enquête sur le marché des pirates en ligne en Russie. Selon l'entreprise, en 2019, le marché est passé de 87 millions de dollars (2018) à 63,5 millions. Malgré ce déclin, à la fin de l’année, l'industrie pirate a pu attirer de nouveaux investissements et pénétrer le marché international. Voici comment elle est parvenue à le faire.

Unification des services illégaux

Fondamentalement, les services pirates en ligne russes se développent avec l'aide des mêmes sociétés interdites – par exemple, les casinos illégaux (Lucky Partners et Welcome Partners) et les bureaux de bookmakers (1xBet, Melbet, Parimatch, Linebet, Orca88, Bwin, etc.).

Ces entreprises placent leurs publicités sur des sites contenant des films et des émissions sportives piratés, attirant ainsi de nouveaux utilisateurs. Selon l'entreprise, les annonces des bookmakers ont été placées sur plus de 80% de toutes les ressources piratées dans la CEI.

Les sites pirates eux-mêmes reçoivent comme bénéfice soit un pourcentage du montant perdu par le joueur attiré, soit un montant fixe pour l'enregistrement ou le premier pari du joueur sur le service.

Les streamers qui font de la publicité pour un service de bookmaking ne sont pas non plus sans profit – ils reçoivent de 20 à 40% du montant de la perte du joueur attiré. Par exemple, une banderole, qui attire 70-80 personnes par jour pour Melbet, peut rapporter jusqu'à 1,5 million de roubles par mois (environ 17 400 euros), selon le rapport.

En outre, les sites de paris, par exemple 1xBet (l'accès au domaine principal en Russie a été bloqué en 2016) parrainent la production de contenus piratés – de la copie de films et de séries à leur promotion en langue russe. Les Russes préfèrent encore en effet regarder les productions étrangères dans leur langue maternelle, en voix off intégrale sans sous-titres. Depuis 2015, le site a sponsorisé le contenu de 17 studios de son, soit 80% du nombre de grands studios du pays. Avec le soutien de 1xBet, les studios ont doublé 900 films et séries. Les dépenses mensuelles du site du bookmaker pour le doublage étaient de 5 000 à 8 300 dollars, selon le groupe IB.

Lire aussi : Comment les hackeurs russes piratent-ils vos comptes?

Attraction des banques et des systèmes de paiement russes

Les banques russes et les succursales des systèmes de paiement Visa et Mastercard, à leur tour, aident à faire prospérer les casinos illégaux et les sites de bookmakers, assure le groupe IB.

Le fait est que tout système de paiement international, lors d'un paiement par carte bancaire, exige des banques le code spécial de catégorie du commerçant (Merchant Category Code) – il indique quelles activités sont menées par telle ou telle entreprise, et sur quel compte les fonds sont reçus. Les casinos et les bookmakers se voient attribuer un code spécial MCC 7995, qui signifie une participation aux jeux de hasard. Aux États-Unis et en Europe, lorsqu'on essaie d'effectuer une transaction, un tel code est immédiatement bloqué, ce qui permet de lutter contre les services interdits.

Or, selon les experts, les banques russes attribuent d'autres codes aux casinos en ligne. Par exemple, le casino Azino a utilisé le code 6012, qui est généralement attribué aux sociétés qui vendent des certificats et émettent des prêts. Cela permet aux bureaux illégaux de continuer à recevoir des fonds des joueurs sans enfreindre les règles des systèmes de paiement et les règlements de la Banque centrale de Russie.

Les experts notent qu'une telle violation de l'encodage n'est constatée qu'en Russie, et les sièges sociaux de Visa et Mastercard ignorent ces violations.

Éviter les blocages technologiques

Un rôle important dans le système de piratage en ligne est celui des video balancers – d'énormes bases de données qui distribuent des contenus piratés, qu'il s'agisse de films, de musique ou de jeux. Les pirates choisissent le bon contenu dans ces bases de données, prennent un lien et le collent sur leurs sites.

Les video balancers fournissent du contenu à près de 80% des cinémas pirates en ligne en Russie et dans les pays de la CEI.

En Russie, en 2019, ces services ont été activement bloqués, mais en 2020, la « deuxième vague de balancers » a commencé. Aujourd'hui, ils réussissent mieux à s'affranchir du blocage grâce à des changements fréquents de domaines et d'IP, ainsi qu’à la disponibilité de canaux de secours et de sauvegarde pour la diffusion de contenu, qui sont loués auprès de différents fournisseurs.

Fin 2019, l'un de ces canaux les plus populaires était ZeroCDN de la société russe Multibyte - un service de stockage et de transfert de fichiers volumineux. Il a été utilisé par 38% à 60% des sites pirates russes.

En outre, des experts ont trouvé un certain nombre d'adresses de réseaux au service des sites pirates et appartenant à la société russe DOSGWARD. La compagnie s'occupe de la diffusion de contenu, de la protection contre les attaques DDoS et est également un fournisseur d'hébergement.

Les experts ont constaté que l'entreprise fournit également aux sites pirates sa puissance de calcul, tout en cachant le véritable fournisseur d'hébergement et en rendant difficile la détection des propriétaires de sites à contenu illégal.

Lire aussi : Comment combat-on le cyberharcèlement en Russie?

Infection des contenus piratés par des logiciels malveillants

Les sites de streaming, les traqueurs de torrents et autres sites à contenu illégal sont souvent utilisés pour diffuser des logiciels malveillants, notamment pour voler l'argent et les données personnelles des utilisateurs, indique le rapport.

Pendant la pandémie de coronavirus, le groupe IB a vérifié la présence de virus sur plus de 3 100 sites pirates du monde. 23% de ces ressources contenaient des virus et étaient dangereuses pour les utilisateurs, et ce, malgré une fréquentation totale de 76,8 millions de visiteurs par mois. Le plus grand nombre de ressources dangereuses se trouvent dans la zone de domaine « .ru », c’est-à-dire celui de la Russie, selon l'étude.

Pénétration du marché international

Enfin, les sites de paris ne se sont plus satisfaits de leurs revenus engrangés via les utilisateurs en Russie et dans les pays de la CEI. L'un des plus grands bookmakers russes, 1xBet, après un certain nombre de sites bloqués en Russie, a donc pénétré les marchés de pays en développement – Brésil, Inde et Thaïlande.

Le bookmaker a choisi ces pays en raison d'un certain nombre de caractéristiques similaires – la plupart des gens dans ces nations ne parlent pas anglais, aiment regarder des émissions sportives et n'ont pas de connaissances financières, selon le rapport.

De plus, en 2018, 1xBet a commencé à produire des contenus pour les pays étrangers – le site a contribué à la diffusion de plus de 500 films et séries pour un public étranger. Les langues les plus populaires sont l'anglais, l'espagnol, le tamoul, le portugais, le thaï et l'hindi.

Interdiction des casinos en ligne et mémorandum anti-piratage

En Russie, les casinos en ligne sont officiellement interdits. Pour l'organisation de jeux d'argent, y compris sur Internet, le code pénal prévoit des sanctions – soit une amende de 300 000 à 500 000 roubles (d’environ 3 500 à 5 800 euros), soit un travail obligatoire de 180 à 240 heures, soit une peine de prison pouvant aller jusqu'à deux ans.

Contrairement aux casinos en ligne, les sites de paris sont autorisés à opérer en Russie, à condition de disposer d'une licence. 1xbet et les autres bureaux mentionnés ci-dessus travaillent sans licence.

Roskomnadzor, le principal régulateur des communications, des technologies de l'information et des communications de masse en Russie, a le droit de restreindre l'accès aux ressources comprenant des jeux d'argent et des contenus piratés sans décision de justice. En juillet 2019, le régulateur a d’ailleurs indiqué que depuis le début de l'année, il avait bloqué 30 000 casinos en ligne. En 2018, Roskomnadzor a également bloqué 47 000 sites de bookmakers.

Cependant, les propriétaires de ces entreprises créent constamment des miroirs de leurs sites et migrent vers d'autres serveurs.

Toujours pour lutter contre le piratage, en novembre 2018, avec la participation de Roskomnadzor, des entreprises internet et des holdings médiatiques russes ont signé un mémorandum anti-piratage, selon lequel les moteurs de recherche Yandex, Mail.ru et Rambler, à la demande des détenteurs de droits d'auteur, doivent supprimer de leurs résultats de recherche les liens vers des contenus piratés.

Le mémorandum anti-piratage restera en vigueur jusqu'au 31 janvier 2021, a déclaré en janvier dernier le chef adjoint de Roskomnadzor Vadim Soubbotine. Selon lui, en moins de deux ans, de novembre 2018 à janvier 2020, les moteurs de recherche ont de cette manière supprimé plus de deux millions de liens vers des films et des séries télévisées piratés.

Le groupe IB a envoyé des copies du rapport au bureau du procureur et aux organismes chargés de l'application de la loi de la Fédération de Russie, aux organisations internationales d'application de la loi, ainsi qu'aux sièges des systèmes de paiement MasterCard et Visa. Selon le service de presse de l'entreprise, non seulement les forces de l'ordre, mais aussi Roskomnadzor se sont déjà intéressés au rapport.

Dans cet autre article, nous vous présentons cinq arnaques par Internet et téléphone à esquiver en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies