En images: quelles nouveautés sont attendues cette année lors de la Parade de la Victoire à Moscou?

Vitali Kouzmine/vitalykuzmin.net
Ces monstres de métal protègent déjà les frontières de la Russie, et ce 24 juin, date à laquelle se tiendra l’annuelle parade de la Victoire, habituellement organisée le 9 mai mais reportée en raison de la pandémie, ils défileront pour la première fois sur la place Rouge.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Plus de 14 000 soldats, soutenus par 300 équipements militaires, participeront à la parade célébrant en 2020 les 75 ans de la Victoire. Le ministre de la défense Sergueï Choïgou a déclaré qu'en ce jour, jusqu'à 20 types d’engins nouveaux et modernisés pourraient faire leur apparition sur les pavés de la place Rouge, à Moscou.

Système de défense anti-aérien Buk-M3

Il s'agit d'un système de missiles tactiques tous temps, créé comme « la dernière frontière de la défense anti-aérienne ». Il fait ainsi office de couverture à « courte portée », si par miracle les avions et missiles ennemis parviennent à dépasser les échelons des S-400 et des Pantsir S-1. 

Le Buk-M3 est capable d'abattre toutes les cibles aériennes à une distance de 45 kilomètres.

Système de missile côtier « Bal »

Le « Bal » est le principal bouclier « côtier » de la Russie.

Un seul système comprend jusqu'à quatre lanceurs avec des missiles de croisière Kh-35/Kh-35U, dont chacun peut frapper les navires ennemis à une distance de 260 kilomètres. Grâce à leurs ogives de 140 kilos, ils sont en mesure de détruire même des porte-avions.

Système de défense anti-aérien S-350 « Vityaz »

Le S-350 est un nouveau modèle développé par le groupe Almaz-Anteï, qui devrait inquiéter les concurrents sur le marché des systèmes de défense anti-aériens « à courte portée ».

Ses créateurs, également à l’origine du prisé S-400, pensent que leur nouvel engin est en effet plus efficace pour détruire les missiles, les bombes et les avions de l'ennemi en approche et veulent concurrencer les fabricants de systèmes de défense aérienne Tor, Buk et Pantsir tant sur le marché intérieur qu'à l'étranger.

À noter que le complexe S-350 peut atteindre des cibles à des distances de 30 à 60 kilomètres, tout en tirant simultanément sur 16 d'entre elles.

Lire aussi : Gros plan les arsenaux Armes tactiques russes et américains

Complexe d'artillerie anti-aérienne autopropulsé « Derivatsia »

En soi, le « Derivatsia » est un canon anti-aérien sur une plate-forme de char T-14 « Armata », conçu pour combattre les drones ennemis. C'est un moyen relativement bon marché et efficace de combattre de petites cibles aériennes transportant des bombes à leur bord, qui sont activement utilisées par les rebelles au Moyen-Orient.

Le « Derivatsia » est doté d’un canon automatique d'artillerie de 57 mm combiné à une mitrailleuse de gros calibre 12,7 mm et à un système de missiles antichars « Kornet ».

La portée de cet engin s’élève de 200 à 6 000 mètres.

Char T-90M « Proryv »

La principale différence entre le T-90M « Proryv » et les modèles précédents de T-90 est un module de tour modernisé. Il est fabriqué conformément aux normes du XXIe siècle et aux défis des nouvelles guerres – plusieurs couches de blindage, placement de la réserve de munitions à l'extérieur du compartiment de combat et canon 2A82-1M de calibre 125 mm (canon du tout nouveau char T-14 « Armata »).

Le véhicule est équipé d'un système de conduite de tir « Kalina » hautement automatisé et d'une mitrailleuse anti-aérienne télécommandée « Kord MT » de calibre 12,7 mm.

En réalité, « Proryv » est une version bon marché du tout nouveau T-14 « Armata » pour les pays qui veulent le meilleur char d'assaut au monde, mais qui n’ont pas les moyens d’en faire l’acquisition.

Véhicule de combat d'infanterie BMP-3M « Dragun »

Le BMP-3M « Dragun » est doté du tout dernier système de contrôle de tir. De plus, le véhicule peut être équipé de canons de 57 mm, 100 mm, et même 125 mm, ce dernier permettant déjà de percer le blindage de chars modernes.

La technologie du véhicule surveille toutes les fonctions du BMP, depuis son déplacement sur le terrain jusqu'à l'enregistrement des paramètres du système de contrôle de tir. De par son intelligence artificielle, ce dernier est en outre capable, en toute autonomie, de reconnaître, de garder en ligne de mire des cibles terrestres et aériennes, ainsi que de faire feu à leur encontre.

Véhicule médical blindé « Linza »

Il est ici question d’un véhicule blindé destiné à évacuer les blessés du champ de bataille. En bref, une version militaire d'une ambulance qui peut résister à toutes sortes de tirs d'armes légères et survivre à l'explosion d'une mine.

« Linza » a été conçu sur la base du véhicule « Typhoon », mais contrairement à lui, à bord, les médecins pourront prodiguer les premiers soins aux blessés sur le champ de bataille. Il peut accueillir jusqu'à quatre personnes en position allongée et jusqu'à six en position assise.

Dans cet autre article, un ancien tireur d'élite des forces spéciales russes explique en détails en quoi consistait son travail.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies