En photos: le «navire rond», bâtiment de guerre le plus insolite de la flotte impériale

Archives
Le nouveau cuirassé était censé sauver la flotte russe et devenir le plus puissant du monde. Découvrez cinq faits sur ce projet insolite.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le navire rond devait être équipé des armes les plus lourdes de l’époque

Après la guerre de Crimée, la flotte de la mer Noire de l'Empire russe a été vaincue, les caisses de l’État étaient vides et, selon le traité de paix de Paris, la Russie ne pouvait plus avoir de flotte en mer Noire.

Cependant, le ministère de la Marine ne comptait pas laisser Sébastopol sans défense, ni accepter les restrictions sans broncher. L'amiral Andreï Popov a alors proposé de fabriquer un navire rond pour la défense côtière de Sébastopol. La principale motivation de cette idée inhabituelle était financière.

En outre, il était possible d’équiper un tel navire de canons très gros (et très lourds – au moins 21 tonnes). Popov était convaincu que l'ennemi qui aurait l’audace d’attaquer la base russe ne le ferait qu'avec l'utilisation de canons des plus gros calibres existants. Le problème était qu’en tirant une salve latérale, un navire de forme traditionnelle doté de telles armes lourdes commençait à osciller fortement. Avec un navire dont la largeur et la longueur étaient identiques, c'est-à-dire un navire « rond », on évitait un tel désagrément.

Enfin, les navires ronds étaient un moyen rusé de contourner les restrictions imposées par le traité de Paris. « Les navires ronds peuvent être classés comme forteresses flottantes et ne seront pas inclus dans la liste des navires de la flotte », a écrit Popov dans sa lettre au ministère.

Lire aussi : Top 5 des inventions d'Ivan Koulibine, génie russe autodidacte 

Seuls deux cuirassés ronds ont été créés

L'idée de Popov a été approuvée par le ministère des Affaires maritimes. De plus, les restrictions du Traité de Paris ont été levées en 1871, ce qui signifie qu'il n'était plus nécessaire de qualifier les navires ronds de « forteresses flottantes ». La même année, l'empereur Alexandre II approuve les travaux de construction de la première « Popovka » - le cuirassé Novgorod, d'un diamètre de près de 50 m.

Sur la base du Novgorod, l'empereur a ordonné de fabriquer 10 autres navires ronds similaires - il était prévu de restaurer toute la flotte de la mer Noire sur cette base. Mais en fait, seuls deux ont pu être réalisés. Le second s'appelait Vice-amiral Popov.

Les navires ronds étaient très lents

Malgré le fait que la « popovka » fût bel et bien équipée des armes les plus puissantes à l'époque, le navire était très lent.

Ceci est devenu assez évident pendant la guerre contre la Turquie en 1877. Pendant presque toute la guerre, les deux navires étaient à l’arrière, et lorsque seulement une fois il a fallu les envoyer au combat, les « popovkas » n’ont tout simplement pas pu rattraper les navires turcs (bien que ces derniers leur fussent inférieurs en termes de puissance de combat). Cet incident a provoqué une réunion d'une commission spéciale, qui a abouti à une conclusion décevante : les navires ronds ne pouvaient pas combattre loin des côtes.

En fait, les « popovkas » n'étaient pas destinés aux courses en mer. Dès leur conception, Popov a déclaré qu'ils ne convenaient pas à la navigation maritime à longue distance, mais étaient « tout à fait adaptés aux fins de la protection côtière ». Toutefois, le ministère, apparemment, voulait vraiment voir les « popovkas » comme des navires de guerre à part entière, ce qui n’était pas leur vocation initiale.

Lire aussi : Сinq inventions de Tsiolkovski, le «Léonard de Vinci russe»

L'empereur a commandé un yacht rond

Cependant, même après le fiasco militaire, Popov n'a pas renoncé à l'idée des navires ronds et a proposé à Alexandre II de lui faire construire un yacht rond. L'empereur a accepté, mais à une condition : il devrait être deux fois plus rapide que les cuirassés et, bien sûr, convenir à la navigation maritime.

Le yacht impérial, appelé Livadia, a été assemblé en Angleterre, et son transfert à Sébastopol allait constituer une sorte de test. Mais le yacht a été pris dans une tempête et les vagues ont endommagé sa coque. La conclusion officielle faisant état de la faiblesse de sa coque a constitué une condamnation sans appel pour ce navire inhabituel.

Le projet interrompu immédiatement après la mort de l'empereur

Avec l'avènement sur le trône d'Alexandre III, l'ère des navires ronds a pris fin. Le département des Affaires maritimes a été réorganisé et Popov a été écarté de « l'arrondissement des navires nationaux ». Bien que par la suite, en 1891, il eût reçu le grade d'amiral à part entière, Popov n'a plus participé aux affaires de la flotte.

Les deux cuirassés ronds existants ont été affectés à la défense côtière, et servirent jusqu'en 1903. Mais le sort du yacht impérial a été moins enviable : les biens et les meubles se trouvant à l’intérieur ont peu à peu été transférés vers des entrepôts, après quoi le yacht de luxe a été  transformé... en charbon de bois.

Les Allemands ont-ils saboté le meilleur navire de guerre russe durant la Première Guerre mondiale ? La réponse est dans cet autre article 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies