Que sait-on de la nouvelle corvette russe Mercuriy?

Artem Tkachenko (CC BY-SA 4.0)
Ce sera la corvette du futur qui accueillera sous son pont tous les canons russes dernier cri.

La nouvelle corvette du projet 20386 équipera la flotte russe en 2022. Il s’agira d’ailleurs de l'un des premiers navires russes construits pour accueillir les derniers missiles hypersoniques russes Zircon.

La tâche principale des navires de ce projet résidera dans la détection et la destruction des navires de surface et sous-marins de l'ennemi. Par ailleurs, ces corvettes prendront part à la protection des navires civils et pourront également, en cas de besoin, soutenir avec leur feu d’artillerie l’infanterie de marine prenant d’assaut une côte.

Info de première main

Les nouvelles corvettes seront au moins 15% plus rapides que leurs prédécesseurs, a déclaré dans son commentaire à la chaîne Zvezda, l’adjoint au concepteur en chef de ces navires, Alexandre Dadykine.

>>> Comment le «Titanic soviétique» a été englouti dans les eaux de la mer Noire

C’est grâce à la nouvelle forme de la coque, qui permet à la corvette de fendre plus efficacement les vagues sur son trajet, que cet objectif sera atteint. Un autre facteur : l’utilisation de matériaux composites.

Dadykine a également précisé que deux turbines à gaz dotés d’éléments d’électromoteur du futur équiperont la corvette en question.

Une source du complexe militaro-industriel a en outre souligné à Russia Beyond qu’il s’agissait d’une modification des moteurs des navires au profit de propulseurs azimutaux.

« C’est un engin placé à l’intérieur d’une capsule spéciale en dehors de la coque du navire. À l'intérieur, se trouvent un électromoteur supplémentaire et une hélice, qui permet au navire de se déplacer dans toutes les directions. En effet, cela [...] permet à ce monstre lourd de plusieurs tonnes de faire demi-tour sur place. C'est un nouvel élément permettant d’augmenter la manœuvrabilité du navire », a expliqué notre interlocuteur.

La capacité totale de ce système dépasse les 55 000 chevaux, chiffre sans précédent pour les navires de classe corvettes russes, clarifie Dadykine.

Grâce aux technologies innovantes, la corvette du projet 20386 deviendra donc un navire fondamentalement nouveau pour la flotte russe.

>>> La maquette d’un nouveau porte-aéronefs russe dévoilée à Saint-Pétersbourg

Ce sera également le premier navire de la flotte russe à accueillir sous son pont un hélicoptère Ka-27 porteur de mines marines. L'aéronef sera donc caché à la surveillance de l'ennemi et, si nécessaire, sera remonté sur le pont à l’aide d’une rampe spéciale.

Selon le concepteur, la corvette Mercuriy est destinée à devenir le premier navire « modulaire ». Cela signifie que les éléments de son système d'armement peuvent être remplacés les uns par les autres, et ce, sans que cela ait un impact significatif sur la modification du navire lui-même.

En outre, l’arsenal du navire est conçu pour être compatible avec les armes offensives et défensives les plus modernes.

Armes pour ce nouveau navire

Les corvettes du projet 20386 recevront une paire d'installations antinavires comprenant quatre lanceurs et huit missiles. On s’attend à ce qu’il s’agisse des premiers missiles hypersoniques au monde, baptisés Zircon, qui pour atteindre leur cible située jusqu’à 500 km, développent une vitesse huit fois supérieure à celle du son (environ 2,5 km par seconde).

« Il convient de noter que de tels missiles ne sont pour le moment au service d’aucun pays du monde, à l'exception de la Russie. Et pour le moment, des contre-mesures efficaces n’existent pas, ce qui rend Zircon et les navires le portant uniques en leur genre », a déclaré à Russia Beyond Dmitri Safonov, analyste au journal Izvestia.

>>> La Russie va créer le plus gros avion amphibie au monde

Selon ce dernier, en plus de missiles Zircon, les navires seront équipé de canons antiaériens Redut, de systèmes de missiles Igla et de mitrailleuses de 30 mm, capables de percer même l’armure des navires modernes.

« Pour se protéger contre les torpilles sous-marines, une paire de canons de 330 millimètres seront installés sur son bord. Et pour l’assaut de la côte, un obusier de 100 mm A-190 », ajoute Safonov.

D’après lui, aucun pays au monde ne possède de corvettes dotées d'un arsenal similaire, ce qui rend les navires du projet 20386, notamment le Mercuriy, véritablement incomparables.

Dans cet autre article, nous vous présentons où finissent leur vie les navires de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies