La Russie va créer le plus gros avion amphibie au monde

Vjacheslav Afonin/Sputnik
Ces immenses «oiseaux marins» patrouilleront la côte du pays avec 6,5 tonnes de munitions à bord et les systèmes de renseignement les plus avancés pour détecter et neutraliser tous les intrus en eaux profondes.

L’« albatros » soviétique A-40 obtiendra une seconde vie dans les rangs des forces armées russes au début des années 2020. Objectif ? Répondre aux besoins de l'aviation navale pour un nouvel appareil, ou « cheval de trait », qui sera en mesure de patrouiller la quasi-totalité de la vaste côte du pays et, le cas échéant, de détecter et détruire les sous-marins ennemis.

L’A-40 est un avion amphibie. Et cela signifie qu'il peut atterrir et décoller depuis n’importe quelle surface aquatique. Son surnom « Albatros » lui a été donné en raison de son autonomie et de sa capacité à « vivre » en haute mer, ne revenant que rarement sur terre - contrairement, par exemple, aux mouettes.

Quel est ce drôle d’oiseau?

L’A-40 est un projet soviétique d’avion amphibie destiné à rechercher et à détruire des sous-marins ennemis. A cause de l’effondrement de l’URSS, les autorités renoncèrent toutefois à la production en série de l’avion. Dans les années 90, le nouveau pays n’avait ni l’argent ni le temps nécessaires pour mettre à jour la flotte de l’aviation navale et résoudre des problèmes aussi « locaux » pour l’époque.

Lire aussi : La Russie lève le voile sur son moteur nucléaire «éternel» pour sous-marins

Cependant, aujourd'hui, la flotte a obtenu la possibilité d'installer les équipements les plus modernes sur l’Albatros qui, avec son envergure de 40 mètres, peut aussi voler à 13 kilomètres d’altitude. La portée de vol de l’A-40 est d’environ 4 000 kilomètres, et l’avion peut scruter le terrain pendant 12 heures d’affiliée avant de retourner à la base pour se ravitailler en carburant.

En outre, l’oiseau de fer de 90 tonnes sera doté de deux puissants moteurs D-30, ce qui lui permettra de transporter jusqu'à 6,5 tonnes de munitions contre les sous-marins (à titre de comparaison, son prédécesseur pouvait supporter seulement 1,5 tonne de munitions).

Dans le même temps, il peut être équipé de toutes sortes de bombes « maritimes ». Par exemple, les torpilles autoguidées indétectables Orlan, capables de viser tant les sous-marins que les navires de surface, des missiles anti-sous-marins, des bombes de grande profondeur, des mines, des bouées acoustiques de recherche et de l’équipement spécial étudier différents signaux.

Lire aussi : Retour vers le futur: la Russie modernise les navires soviétiques avec des armes dernier cri

En outre, l’A-40 (version civile A-42) convient parfaitement aux opérations de recherche et de sauvetage à grande distance de la côte. La navigabilité du planeur permet de décoller et d'atterrir sur des vagues pouvant atteindre deux mètres. Dès le stade de la conception, ses développeurs ont envisagé la possibilité d'installer un système de ravitaillement en vol, ce qui élargit considérablement la portée de l'avion. Et bien que formellement, l’Albatros ne soit pas considéré comme un avion long-courrier, il a tout ce qu’il faut pur des vols longue distance - des toilettes, une armoire et même un compartiment pour le repos de l'équipage.

Dans le même temps, l’homologue civil des avions amphibies A-40 – le Be-200 - sortira sur le marché de l’aviation russe.

Sauveteur amphibie

Au départ, il y avait beaucoup d'options différentes concernant l’équipement et l’utilisation du futur avion Be-200. À un moment donné, des négociations ont même eu lieu avec la société Rolls-Royce sur la création de moteurs visant à promouvoir le modèle sur le marché occidental.

Lire aussi : Les dix navires qui ont fait la gloire de la marine russe

Toutefois, par la suite, les responsables des ministères de la Défense et des Situations d’urgence ont décidé de maintenir la production dans les entreprises nationales pour ne pas dépendre de la conjoncture politique.

Selon Dmitri Safonov, observateur militaire du quotidien russe Izvestia, une telle mesure a permis au constructeur d’éviter les conséquences des sanctions occidentales, mais a limité la livraison des avions sur les marchés étrangers.

« La décision de créer le Be-200TchS entièrement avec des composants nationaux ne permet pas à l’avion d’entrer sur le marché occidental - la fourniture de pièces de rechange sera trop chère pour l’acheteur. Actuellement, l’appareil est conçu pour le marché intérieur et pour les pays de l’Asie du Sud-Est », a déclaré l’expert.

Selon lui, la capacité de charge finale du mastodonte atteint 8 000 kg et 12 m3 d'eau (12 tonnes, ndlr) dans des réservoirs pour lutter contre les incendies.

Lire aussi : Pourquoi la Russie construit le plus grand porte-avions au monde

« La principale caractéristique de l’appareil amphibie est qu’il accumule l’eau lorsqu’il atterrit, remplit les réservoirs et décolle depuis le plan d’eau. Par conséquent, les clients de la Russie seront des pays dotés de grands fleuves et de grands bassins - l’eau salée porte atteinte aux arbres lors de l’extinction des incendies », a ajouté M. Safonov.

Découvrez maintenant comment la Russie teste les limites de ses forces spéciales

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies