Quels navires pour remplacer les Mistral dans la marine russe?

Artem Tkachenko
Après la mise au ban de la Russie suite à la réunification avec la Crimée, l'armée du pays a été forcée de reconsidérer ses plans de bataille impliquant des hélicoptères.

La flotte russe se prépare à l'arrivée de ses nouveaux hélicoptères de combat embarqués Ka-52, mais des navires de débarquement spéciaux sont d'abord nécessaires pour les accueillir.

L'année prochaine, les fabricants militaires russes lanceront la construction de porte-hélicoptères destinés à remplacer les fameux Mistral français, construits à l'origine pour Moscou, mais qui ont été vendus à l'Égypte en raison de la réunification de la Crimée avec la Russie.

En l'état actuel, deux navires de débarquement potentiels - le Priboï (Ressac) et le Lavina (Avalanche) - pourraient être employés par la Russie pour la prochaine décennie. Tous deux ont des atouts et des inconvénients, et il reviendra donc au ministère de la Défense de trancher à la fin de l’année 2017 afin de savoir qui remplacera les Mistral.

Lire aussi : La Russie remplace les Mistral

Qui sont les concurrents?

Le navire Lavina peut transporter 500 hommes et 50 véhicules blindés.

« Il pourra accueillir 16 machines embarquées comme l'hélicoptère de transport Ka-29, l'hélicoptère de combat Ka-52K et les hélicoptères anti-sous-marins Ka-27 », a déclaré à Russia Beyond Vadim Koziouline, professeur à l'Académie des sciences militaires.

Le navire Priboï est un peu plus petit mais peut tout de même transporter quatre à six hélicoptères sur son pont. Il peut également transporter environ 60 véhicules blindés et 500 soldats.

« Ce modèle est proche des navires de débarquement hollandais de type Rotterdam », a ajouté Koziouline.

Nouvel hélicoptère de combat

Les hélicoptères de combat Ka-52K ont été testés en Syrie aux côtés du groupe de navires mené par le porte-avions Amiral Kouznetsov.

« La plus grande différence entre le Ka-52K et ses homologues terrestres est sa coque anticorrosive et son blindage de type hélicoptère de mer, ainsi que ses lames de rotors pliantes qui permettent de stocker ces machines dans les hangars des navires de débarquement. Le Ka-52K a également une navigation améliorée et des systèmes de visée qui lui permettent de fonctionner efficacement contre les cibles navales également », explique Koziouline.

Lire aussi : Des «oiseaux de nuit» venus de Russie pour combattre Daech

Selon lui, ces mises à niveau permettent également à l'hélicoptère d'utiliser les missiles de croisière antinavires les plus récents que possède la Russie, les Kh-35 et Kh-31.

À l'heure actuelle, le premier lot de ces hélicoptères de combat est en cours de construction en Russie pour l'armée égyptienne. « Nous devons discuter des spécifications de l'hélicoptère et des conditions financières. En d'autres termes, nous devons procéder à un travail précontractuel épineux », a confié Dmitri Chougaïev, chef du Service fédéral pour la coopération militaro-technique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer