Les armes russes du futur les plus chères

Sergey Krivchikov/Global Look Press
Ce duo est capable de dissuader l'ennemi le plus courageux, mais le Kremlin aura besoin de dépenser beaucoup, beaucoup d'argent pour faire aboutir ces projets.

Voici deux des projets militaires les plus coûteux et les plus attendus de la Russie. Ils renforceront la position du pays en tant que superpuissance militaire mondiale, mais il reste à voir si leur prix est supportable pour le budget de Moscou.

Le plus grand porte-avions du monde

L'armée russe a imaginé le plus grand porte-avions du monde, d'une longueur de trois terrains de football - et elle prévoit de commencer à le construire dans les prochaines années... si le pays peut se le permettre.

Le projet est baptisé Shtorm (Tempête) et coûtera entre 350 milliards et mille milliards de roubles (6,15 à 17,5 milliards de dollars), selon la conception du navire.

La Russie possède déjà le porte-avions Amiral Kouznetsov dans sa flotte, mais le Shtorm constituerait une percée en termes de taille, de puissance et de capacité. Il ne sera pas équipé de systèmes de défense antiaérienne, mais jusqu'à 90 chasseurs et bombardiers défendront le navire-monstre.

Lire aussi : Pourquoi la Russie construit le plus grand porte-avions au monde

Si le navire se matérialise, cela conduira également à une amélioration de l'infrastructure navale de la Russie, car le géant des mers aura besoin de nouveaux quais de taille XXXL et d'un entretien de haute technologie.

Deux moteurs nucléaires RITM-200 permettront au Shtorm d'atteindre une vitesse de 30 nœuds (55 km/h) et son déplacement global sera de 100 000 tonnes, tandis que son tirant d'eau atteindra 11 mètres. L'équipage du navire comprendra environ 4 000 personnes.

Reste à savoir si le Kremlin décidera de voir grand et de construire ce qui serait un navire épique. À l'heure actuelle, le gouvernement a d'autres priorités et c'est peut-être un luxe qu'il ne peut pas se permettre.

Bombardier stratégique de nouvelle génération

L'armée de l'air russe attend son projet le plus cher, mais il n'arrivera pas avant au moins une décennie. Moscou va débourser des milliards de dollars pour le premier avion PAK DA, qui servira dans le cadre de la triade nucléaire du pays et remplacera le Tu-160M2.

« Il sera fait en matériaux composites qui le dissimuleront aux radars et missiles ennemis. De plus, on s'attend à ce qu'il puisse fonctionner près de l'espace, là où aucun missile antiaérien ne pourra l'abattre », a déclaré Dmitri Safonov, ancien analyste militaire du journal Izvestia, à Russia Beyond.

Lire aussi : «Le nouveau bombardier stratégique attaquera l’ennemi sans quitter le sol russe»

Mais le plus important, comme l'a expliqué l'expert, c'est qu'en tant que système d'arme de dissuasion nucléaire, le PAK DA sera en mesure de tirer des missiles intercontinentaux à distance sur des cibles ennemies sans quitter l'espace aérien de la Russie.

« De nouveaux missiles hypersoniques et des bombes guidées et non-guidées spécialement développées pour le bombardier seront cachées à l'intérieur de son fuselage pour augmenter son potentiel furtif et dissimuler à l'intelligence radio les armes embarquées », a ajouté Safonov.

Ainsi, le PAK DA sera équipé de tous les types de bombes nucléaires et conventionnelles modernes et futures, y compris des munitions à dispersion et marines. Et selon le projet, le nouvel avion servira non seulement de bombardier porte-missile stratégique, mais aussi de plate-forme de lancement d'engins spatiaux.

Malheureusement, il faudra encore attendre au moins une décennie avant qu'il ne se matérialise.

Connaissez-vous vraiment les nouvelles armes russes ? Testez vos connaissances avec notre quiz !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies