La Russie créera un avion civil sur la base d'un bombardier nucléaire

Iskander Asabaev/Sputnik
Après le premier vol du bombardier stratégique modernisé Tu-160, le président russe Vladimir Poutine a proposé la création d'un appareil de ligne supersonique basé sur sa technologie.

À la mi-janvier, les producteurs d'armement nationaux ont présenté au président Vladimir Poutine le nouveau bombardier stratégique Tu-160.

Cependant, ce n'était pas le premier vol du « Cygne blanc » qui a constitué l'événement de nouvelles principal de ce jour, mais le « souhait » du président de créer un avion supersonique civil sur sa base.

En réponse, le chef de la Corporation aéronautique unifiée, Iouri Slioussar, a déclaré que son entreprise possédait déjà le projet d'un tel appareil et qu'on pouvait intégrer dans son concept les technologies du bombardier stratégique renouvelé.

Lire aussi : Dix superbes photos d'avions russes prises depuis les cieux

Cependant, la question des journalistes « à quoi ressemblera l'avion civil +nucléaire+ » est toujours sans réponse ou, comme les armuriers et les concepteurs aiment à le dire, constitue un secret commercial.

En même temps, nous connaissons en détail les caractéristiques du Tu-160 stratégique : ses détails techniques, et aussi ce qui doit être retiré pour placer des sièges de passagers dans le salon au lieu de bombes.

«Cygne blanc»

Le Tu-160, ou comme l'appellent les pilotes « Cygne blanc » en raison de son apparence et de la conception de sa carlingue, est le plus puissant bombardier-porteur de missiles supersonique de l'histoire de l'aviation militaire russe.

Comme l'a noté le président russe Vladimir Poutine, la direction du pays a décidé d'acheter dix avions Tu-160, pour une valeur de 15 milliards de roubles (environ 267 millions de dollars chacun).

Lire aussi : Quelles nouveautés l'armée russe recevra-t-elle en 2018?

Selon les experts militaires, le Tu-160 sera utilisé non seulement comme un moyen de dissuasion, mais aussi pour résoudre les tâches actuelles du ministère de la Défense.

« Le terme +porte-missiles+ souligne la possibilité pour un bombardier d'utiliser à la fois des missiles de croisière nucléaires et non nucléaires. Parmi eux figurent les missiles de croisière à longue portée de nouvelle génération Kh-101 et Kh-555 », a déclaré à Russia Beyond l'analyste militaire de l'agence TASS Viktor Litovkine.

Comme il l'a noté, l'avion sera en outre capable de transporter des missiles de croisière Kh-55SM avec des coordonnées fournies par avance pour la destruction des cibles sur le terrain.

« Le Tu-160 peut être équipé de tout type de bombes nucléaires et conventionnelles : pouvant perforer le blindage ou le béton, en grappe, des torpilles maritimes, etc. Le poids total de ces ogives peut atteindre 40 tonnes », a souligné l'expert.

Lire aussi : Le «Concorde soviétique», prise de risque maximale et résultats mitigés

Dans le même temps, selon l'analyste, si vous videz l'intérieur de tous les équipements militaires, l'espace dans le Tu-160 peut être suffisant pour transporter jusqu'à 150 passagers. « Dans tous les cas, vous devez attendre les premiers exemplaires civils expérimentaux. Cela prendra quelques années pour les concepteurs », a conclu l'analyste.

«Bombardier» civil

Durant la période soviétique, la flotte d'avions du pays avait déjà un modèle similaire d'avion supersonique. Il s'agissait du Tu-144.

Cependant, comme l'a indiqué le professeur de l'Académie des Sciences militaires Vadim Koziouline à Russia Beyond, le bombardier stratégique, converti pour le marché civil, ne convenait pas et ne convient toujours pas au transport de passagers.

« Le Tu-144 était très cher à l'entretien : il fallait lui construire des pistes spéciales, l'entretien de l'appareil et la consommation de carburant étaient ruineux. Ces frais devaient être compensés par le prix du billet, qui équivalait au salaire mensuel du citoyen soviétique moyen », a rappelé l'expert.

Lire aussi : Pourquoi les chasseurs russes atterrissent-ils sur des routes de campagne?

Nous avons besoin de cet avion en quantités très limitées - pas plus de 10-15 unités. Et cela ne convient qu'aux hommes d'affaires qui chérissent leur temps comme aucun autre et qui ont besoin de voler rapidement d'un bout à l'autre de la Terre.

« Les cheikhs arabes, les chefs d'État et les principales multinationales, telles que Gazprom et Tatneft, pourraient voler dans cette catégorie de véhicules », a ajouté M. Koziouline.

En outre, créer un avion sur la base du Tu-160 prendra 7 à 8 ans. « C'est comme transformer un char en tracteur », a-t-il déclaré.

Cependant, il est possible d'utiliser des éléments individuels de la machine lors de la création d'un nouvel avion - fuselage ou moteur ; cependant, l'équipement de l'avion devra être complètement différent.

Lire aussi : Les avions de guerre russes de l’ère moderne

« Les militaires sont des ascètes. Pour les roquettes et les bombes on n'a pas besoin de conditions confortables. C'est un style de travail différent, d'autres sommes d'argent, un autre design et ainsi de suite. Les bombardiers stratégiques, bien sûr, sont le summum de la construction aéronautique et du niveau technologique de n'importe quel État, cependant, ils sont extrêmement coûteux et ne conviennent pas au marché civil », a conclu l'expert.

Saviez-vous, que les deux géants de mondiaux de l’industrie aéronautique Boeing et Airbus ont des centres d'ingénierie en Russie ?  Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers  notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies