Ces incroyables projets de l'aviation soviétique passés aux oubliettes

Toutes les idées brillantes des concepteurs soviétiques du domaine aéronautique ne sont pas devenues réalité. Pour diverses raisons, certains avions n'ont jamais vu la lumière du jour, ou ont été abandonnés peu de temps après leur lancement. Russian Beyond présente les projets oubliés les plus insolites et les plus intéressants des Soviets.

K-7

L'avion géant K-7, développé dans les années 1930, était le plus grand avion de l'Union soviétique à l'époque. Avec une envergure de 53 mètres et sept moteurs AM-34, il a servi comme bombardier dans l'armée de l'air soviétique. Il pouvait aussi être utilisé comme avion de passagers.

L'équipage de l'avion devait se composer de 12 personnes, y compris un maître d’équipage.

Pourtant, le premier prototype s'est écrasé en 1933 et les deux autres sont restés inachevés.

Lire aussi : Le «Concorde soviétique», prise de risque maximale et résultats mitigés

Projet Zveno

Le projet soviétique connu sous le nom de Zveno (« Maillon ») a été développé en Union soviétique dans les années 1930 jusqu'au début de la Grande Guerre patriotique en 1941. L'idée était d'utiliser un avion bombardier comme transporteur pour un à cinq chasseurs, ce qui leur permettrait d’économiser sensiblement du carburant.

Après le décollage, les chasseurs s’amarraient au bombardier-porteur par des attaches spéciales. Le bombardier emmenait les chasseurs à des endroits situés au-delà de leur portée normale. Une fois détachés, les chasseurs effectuaient leur mission de combat et retournaient ensuite vers n'importe quel aéroport ami.

Le transporteur pouvait également décoller avec plusieurs Polikarpov I-16, dont chacun transportait 2 250 kg de bombes. L'I-16 n'était pas en mesure de décoller avec une telle cargaison par lui-même.

Lire aussi : Est-ce la fin du légendaire avion soviétique Antonov?

Malgré plusieurs opérations fructueuses au cours de la première période de la Seconde Guerre mondiale, le projet Zveno n'a pas été poursuivi. Le bombardier TB-3, qui avait été utilisé comme porteur, a été retiré de la production en série parce qu'il était trop obsolète. Le I-16 a également été remplacé par des chasseurs soviétiques plus avancés.

Sukhoi T-4

Ce bombardier stratégique de reconnaissance à grande vitesse a été développé par le bureau de conception Sukhoi à la fin des années 1960 comme réponse soviétique au bombardier stratégique américain XB-70 Valkyrie.

La « Valkyrie russe » a été conçue pour attaquer les porte-avions avec deux missiles de croisière antinavires supersoniques X-45 (un projet inachevé).

L'avion avait des caractéristiques exceptionnelles : un fuselage en titane et en acier inoxydable, et un quadruple système de contrôle de vol par fil redondant.

Pourtant, le projet a été abandonné en raison de son coût extrêmement élevé (1,3 milliard roubles). L'industrie militaire soviétique s’est tournée vers le développement du Tu-160.

Lire aussi : À quoi ressemblera le chasseur russe de 6ème génération?

Mi-30

Le convertiplane le plus connu actuellement est le Bell Boeing V-22 Osprey américain, conçu dans les années 1980. Pourtant, on ignore souvent que l'Union soviétique avait essayé de créer son propre convertiplane au début des années 1970.

Les premiers prototypes du convertiplane Mi-30 devaient apparaître en 1986, mais en raison de la Perestroïka le projet a été abandonné.

On dit que quatre modèles ont été construits, mais qu’en volant vers le lieu de démonstration, trois d'entre eux ont perdu le contrôle et se sont écrasés. On ignore si ceci était dû à une erreur de pilotage ou à une conception défectueuse.

Su-47

Ce chasseur embarqué a été conçu avec une aile dirigée vers l'avant et un fuselage en matériaux composites. La Marine soviétique a ordonné le développement de ce jet pour ses propres besoins, mais la chute de l'Union soviétique a mis fin à ces plans.

Lire aussi : Comment la Russie contribue à créer les Boeing et les Airbus

Pourtant, le projet n'a pas été enterré. Il a été présenté au public en 1999, et est en service aujourd'hui comme « laboratoire volant » du bureau de conception Sukhoi.

À bien des égards, le Su-47 a constitué la base du plus récent chasseur russe de cinquième génération, le Su-57.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer