Les avions de guerre russes de l’ère moderne

Les avions russes ont déjà conquis le respect dans de nombreuses armées et durant les opérations militaires dans le monde entier. Aujourd'hui, les fabricants d'armes du pays fournissent de nouveaux «oiseaux» capables de modifier l’équilibre des forces dans les zones de guerre.

MiG-35 ou Fulcrum-F

La « première » de cette année était le nouveau chasseur de génération 4 ++, le MIG-35. C'est un avion polyvalent qui va remplacer toutes les séries MIG-29 non seulement en Russie, mais à travers le monde.

L'oiseau a reçu un moteur à poussée vectorielle amélioré qui lui permet d'effectuer des manœuvres complexes dans les cieux à une vitesse allant jusqu'à 2 700 km par heure.

Ses caractéristiques tactiques permettent également au chasseur d'effectuer des manœuvres acrobatiques de classe mondiale. Et comme l'a déclaré à Russia Beyond le pilote de test de la société MIG, Mikhaïl Beliaïev, la société prévoit également de fournir les nouveaux avions à la compagnie d’acrobatie aérienne russe Martinets.

En plus, les caractéristiques du chasseur le rendent également indétectable par les systèmes radar et permettent à l'avion d'utiliser toute la gamme des missiles russes modernes - air-sol et air-air.

Selon Beliaïev, le MIG-35 passe par les tests finaux dans l'armée russe et, d’ici quelques années, il rejoindra les rangs des Forces aériennes du pays.

Su-34, le « canard » russe

Ce nouvel avion polyvalent a rejoint les Forces aériennes en 2014 et a déjà subi son baptême du feu contre les terroristes de Daech en Syrie.

Son but premier et principal est de bombarder les forces ennemies bien défendues et même cachées sous le sol avec des bombes guidées ou planantes. L'oiseau qui possède un nez aplati (raison pour laquelle il a été baptisé « bec de canard ») peut transporter jusqu'à huit tonnes de ces armes mortelles ainsi que des missiles de croisière.

C'est un bombardier lourd qui peut parcourir jusqu'à 7000 km jusqu’à ses cibles. Ces caractéristiques combinées en font un bon remplaçant pour le bombardier Su-24 de l'ère soviétique et même pour le « grand frère » de ce dernier - le Tu-22M3.

« Le Su-34 a constitué un pas en avant dans la construction de bombardiers. Il a reçu le fuselage d'un avion de chasse Su-27, ce qui rend la manœuvrabilité du bombardier comparable à celle d'un chasseur. Cependant, il ne peut pas atteindre les vitesses énormes des combattants du ciel, mais 2 000 km par heure, c’est tout de même un bon chiffre de toute façon », a déclaré à Russia Beyond Dmitri Litovkine, analyste militaire du journal russe Izvestia.

Un autre atout du Su-34 est que, tout comme dans les grands avions, il y a suffisamment d'espace à l'intérieur du poste de pilotage pour que les membres de l'équipe se tiennent debout ou s'allongent pour se détendre. Il y a assez de place entre les sièges des pilotes.

Tu-160M2, le cygne blanc

C'est un bombardier stratégique supersonique de transition qui est supposé prendre la place des avions soviétiques encore en service dans les forces aériennes russes pendant une décennie, le temps nécessaire pour que les fabricants d'armes du pays créent un bombardier de nouvelle génération PAK DA.

Tu-160M2, baptisé « Cygne blanc » en raison de ses longues ailes élégantes et de son fuselage, fait partie de la triade nucléaire - une force redoutable qui n'est utilisée que dans des situations militaires critiques et sert à la dissuasion nucléaire.

L'une des caractéristiques les plus intéressantes de l'avion est sa capacité de frapper les cibles ennemies situées hors de portée des systèmes antiaériens.

Il est également capable de transporter toutes les bombes nucléaires et conventionnelles ainsi que des missiles de croisière. Ils comprennent des missiles de croisière longue portée Kh-101 et Kh-555 qui ont été testés en Syrie lors de la campagne militaire russe de deux ans contre les terroristes de l'État islamique (EI, interdit en Russie).

On peut accumuler jusqu’à 40 tonnes d’armes perforantes, à dispersion ou navales et d’autres types d'armes guidées et planantes à l'intérieur de chaque bombardier stratégique Tu-160M2.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer