Cap sur le renforcement des relations franco-russes en cette année de la coopération décentralisée

Legion Media
Susciter un regard renouvelé sur la Russie et la France, tel est l’objectif principal de l’année 2021, labellisée «Année croisée de la coopération décentralisée franco-russe». Soigneusement préparée depuis 2019 par la diplomatie des deux pays, l’initiative n’a pas été mise de côté malgré d’éventuelles difficultés causées par la pandémie. Nous vous présentons aujourd’hui l’agenda de ce projet censé renforcer et créer des liens entre les régions russes et françaises.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Après l'Année croisée France-Russie de 2010 et l'Année franco-russe des langues et des littératures de 2018, l’Année de la coopération décentralisée est donc la troisième initiative s’inscrivant dans le développement des relations bilatérales. Élaboré depuis octobre 2020, le programme détaillé comprend plus de 200 points et consiste en un large éventail d’événements de registres variés : coopération linguistique, culturelle et économique, ainsi que touristique et sportive. Le coup d’envoi officiel doit être donné au printemps 2021, à Nice.

« Faire revivre le partenariat entre les villes à travers la culture »

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris (CRSC) se chargera du côté russe, parmi d’autres institutions russes en France, de la partie culturelle et humanitaire du programme, et ce, en tant que représentant de Rossotroudnitchestvo, cette agence russe pour la coopération internationale culturelle. D’ailleurs, le coup d’envoi symbolique à cette année dans le programme du Centre a déjà été donné par une exposition de dessins dédiés aux contes de fées de Noël réalisés par des enfants français et russes, y compris des adoptés en Russie. Comme nous l'a indiqué Konstantin Volkov, le directeur du Centre, la symbolique réside dans le fait que « cette exposition jette un pont à la fois entre les enfants, qui représentent l’avenir des deux pays, et aussi entre les régions d’où ils viennent ». Au total, près de 120 dessins sont à présent exposés dans les vitrines du CRSC et unissent en plein cœur de la ville Lumière des enfants des régions de Perm, de Sotchi et de Vologda avec ceux du Centre-Val de Loire et d’Île-de-France.

Asia Ovtchinnikova, Hélène Texier-Richard et Konstantin Volkov

De plus, d’après Konstantin Volkov, en 2021, le CRSC privilégiera dans le cadre de ses activités les initiatives issues principalement des régions russes. Ainsi, une exposition photo-documentaire « La parole créatrice de l’artiste » proposée par le gouvernement de la région d'Arkhangelsk aura lieu en février également sous le patronage du Centre. Elle est dédiée au 100e anniversaire de l’écrivain russe et soviétique Fiodor Abramov, dont les œuvres traitent des conditions de vie de la classe paysanne soviétique. Une palette plus large d'activités sera consacrée à un autre écrivain russe, Ivan Gontcharov. En effet, le projet baptisé « Jours de Gontcharov en Europe » se tiendra à la mémoire de la première lecture publique, par l’écrivain lui-même, de son célèbre roman Oblomov pendant l’été 1857 dans un hôtel parisien.

>>> Cannes-Sotchi: quels sont les équivalents russes des villes françaises?

En outre, le jumelage est également un axe prioritaire pour le CRSC dans le cadre de l’Année de la coopération décentralisée. Il s’agit de l’intensification et, dans certains cas, du redémarrage des partenariats entre les villes jumelées, dont le nombre atteint actuellement presque 50 couples. « Il est vrai que toutes les villes n’interagissent pas activement aujourd’hui dans ce cadre. Donc, l’année 2021 est une occasion parfaite pour organiser un forum des villes pour échanger son expérience et montrer les meilleures pratiques de coopération afin de donner un nouvel élan à l’interaction », explique le directeur du Centre.

D’autres initiatives, comme le forum franco-russe des sociétés civiles et, sous son égide, le Salon de l'enseignement supérieur régional russe, sont incluses dans le programme de l'année ; néanmoins, pour leur tenue, la présence physique des délégations et participants reste nécessaire.

« La clé de la coopération bilatérale réside dans les liens interrégionaux »

L’Année croisée sera également un événement marquant pour le développement plus profond des échanges entre les deux nations dans le domaine économique et commercial. Il est largement connu que l’économie reste l'un des piliers les plus importants dans les relations bilatérales franco-russes : la France figure dans les premiers rangs des partenaires économiques russes, occupant la 8e place parmi les pays européens et la 13e dans le monde. La présence française à grande échelle sur le marché russe – plus de 500 entreprises réparties sur l’ensemble du territoire russe, à large spectre d’activités et avec plus de 160 000 personnes employées – témoigne de la présence d'une base de liens actifs et déjà bien développés.

« À l'ère des restrictions à l’égard de la Covid-19 et de la fermeture des frontières, les liens interrégionaux restent la clé du développement durable de la coopération bilatérale de nos pays et offrent des opportunités importantes pour la mise en œuvre d'initiatives conjointes dans un large éventail de domaines », rappelle Mikhaïl Makarov, représentant commercial de la Russie en France

Mikhaïl Makarov

La Représentation dont il est en charge s'occupe du renforcement de ces liens économiques, y compris dans le cadre de l’Année croisée, et sert de relais entre la communauté d'affaires russe et française, les autorités publiques, ainsi que les collectivités locales. « La mise en place des contacts, l’organisation de réunions en ligne, l’implication et la mobilisation à la participation d’entreprises et de fonctionnaires sont notre travail quotidien dans le cadre de la mise en œuvre de cette année croisée », explicite-t-il.

>>> Start-ups et entrepreneuriat en Russie: quelle place pour les Français?

De ce fait, la Représentation commerciale, d’une manière ou d’une autre, « mettra la main » à presque toutes les activités prévues dans le cadre de l’Année de coopération décentralisée. Ainsi, dans un premier temps, une série de réunions sur le développement de la coopération est prévue début février entre la région de Moscou et celle d’Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que plus tard avec les régions du Tatarstan, de la Iakoutie et de Volgograd. Lors de ces rencontres, la coopération dans le domaine de l’investissement sera discutée, en particulier dans des secteurs tels que la santé, l’industrie pharmaceutique et alimentaire, et se tiendra un échange d'informations sur les mesures d'aide aux investisseurs.

Plus globalement, d’après Mikhaïl Makarov, la tâche principale de la représentation commerciale de la Russie en France pour l’année 2021 est de rechercher de nouvelles niches pour la coopération bilatérale et la promotion des exportations russes non brutes. Dans ce contexte, outre les industries traditionnelles, de nouveaux domaines prioritaires de coopération possible sont mis en avant dans le cadre de l’Année croisée, par exemple les technologies numériques. Ainsi, afin de donner une impulsion au développement des échanges dans cette direction, la tenue du 1er forum franco-russe sur l’intelligence artificielle est prévue pour le 26 février. Le thème central de la discussion sera les perspectives d'application et d’utilisation de l'intelligence artificielle dans des domaines tels que la santé, l’environnement, les transports et l’énergie. Les aspects éthiques et juridiques de la réglementation de cet usage seront également abordés.

Réussite escomptée et défis posés par la pandémie

Une nouvelle impulsion aux relations entre les villes et régions russes et françaises, un renforcement mutuel des liens entre les citoyens des deux pays et tout simplement une découverte des atouts et de la variété des régions respectives : tels sont les objectifs initiaux visés par cette initiative d’Année croisée. Même si les acteurs responsables et impliqués font preuve de résolution face à la pandémie et reconvertissent leurs activités dans de nouveaux formats, les restrictions liées à la Covid-19 dans les deux pays restent toutefois des obstacles à la réalisation de ces ambitions. À bien des égards, ces dernières freinent l'adoption du programme final, deviennent souvent la raison du report de nombreuses activités et empêchent des rencontres directes.

Dans cet autre article, nous vous expliquions dans quelle mesure il est facile de trouver un emploi en Russie en tant qu'étranger.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies