Prochain combat contre McGregor et potentiel avenir politique: où en est Khabib Nurmagomedov?

Mikhaïl Mettsel/TASS
Lors de sa première apparition publique après la mort de son père, Khabib a fait part de son avis sur Justin Gaethje, Georges St-Pierre, de sa volonté de rencontrer Conor McGregor à nouveau sur l’octogone, de son combat contre Floyd Mayweather et de ses réflexions sur son éventuel avenir politique dans sa région natale, le Daghestan.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le champion russe de la catégorie légère de l'UFC, Khabib Nurmagomedov, a déclaré qu'il était prêt pour une revanche avec Conor McGregor, à condition que ce dernier vainque le combattant américain Dustin Poirier en automne. Nurmagomedov l'a déclaré lors d'une conférence de presse à Moscou le 14 août.

« Après Gaethje, je me battrais avec tout adversaire qui battrait Poirier. Tony [Ferguson] ou McGregor, cela n’a pas d'importance », a ajouté le champion. Le combat de l'athlète russe avec l'Américain Justin Gaethje est prévu pour le 24 octobre 2020 aux Émirats arabes unis.

Nurmagomedov a souligné qu'il s'agit d'une variante alternative en cas d'échec des négociations avec Georges St-Pierre quant à un combat en avril 2020.

« Personnellement, il est plus intéressant pour moi de rencontrer Tony », a déclaré Khabib.

L'Irlandais McGregor, que Nurmagomedov a vaincu en 2018, a été le premier combattant étranger à présenter ses condoléances à Khabib après la mort de son père. Abdulmanap Nurmagomedov est en effet décédé le 3 juillet dernier des suites de complications liées au coronavirus.

« Au-delà du sport, il y a une relation humaine. J'ai une relation d'égal à égal avec lui. C'est une étape passée. Vivre dans le passé et garder quelque chose en soi, ce n’est pas moi. Mon père n'était pas comme ça, et je ne pense pas m'être éloigné de lui. Je ne suis pas favorable aux insultes. Mais quand on souhaite une bonne santé à ton père, ça plait à tout le monde », a déclaré Khabib.

Lire aussi : Les cinq sportifs les plus riches et célèbres de Russie

À quoi ressemble Khabib après la mort de son père ?

Le sportif ne cache pas qu'il a mal vécu ce terrible événement.

« Notre relation était différente d'une relation père-fils typique. Dès mon plus jeune âge, il a été mon entraîneur, mon mentor et mon ami. On pouvait parler de tout et ce serait stupide de nier que sa mort n'a eu aucun effet sur moi », a confié le champion.

Malgré sa perte, une puissante énergie se dégageait de Khabib lors de la conférence de presse : un regard ferme, un sentiment de confiance dans son discours et aucun signe de faiblesse physique que l’on éprouve habituellement dans une situation stressante. Par ailleurs, il ne change pas son habitude de s'habiller simplement et sans excès – une ordinaire veste verte par-dessus un t-shirt blanc.

Match prochain contre Gaethje

Khabib est resté respectueux à l’égard de son futur rival et a raconté comment Gaethje l'a aidé à se préparer pour l'un de ses combats en 2016.

« Il n'y a pas d'antipathie ou de sous-estimation de ma part. Gaethje s'est développé ces dernières années et est devenu plus déterminé à se battre. Il a muri en tant que combattant et a mis KO tant de rivaux puissants ! », a-t-il commenté.

Cependant, il ne considère pas Justin comme un « rival particulier », malgré toutes les déclarations d'éminents journalistes et experts américains tel Joe Rogan.

« Ils disent ça de tous mes adversaires. C'est ce qu'ils ont dit à propos de Barboza, Conor, Johnson. Ils n'ont juste pas parlé de Iaquinta, parce qu'ils me l'ont donné la veille du combat. Ils n'en ont pas eu le temps », a ironisé celui qui s’avère jusque-là invaincu.

Selon Khabib, le potentiel de combat de Justin est au même niveau que celui de Conor, Poirier et Johnson. « Mon QI de combattant dit que la technique de frappe de Justin est pire que celle de Conor », précise-t-il cependant.

Lire aussi : Où vit le champion de l’UFC Khabib Nurmagomedov?

Le combat contre Mayweather

« L’aigle du Daghestan » a également déclaré que des « personnes bien informées » avaient trouvé des failles dans son contrat avec l'UFC et proposé un combat contre Floyd Mayweather en Europe, contournant ainsi son accord actuel.

« Ils m'ont dit : "Oui, tu seras condamné. Ils te mettront des amendes. Mais nous paierons toutes les amendes". Je l'ai dit, pour moi, le contrat vaut plus que l'argent ; et nous ne pouvons pas le contourner tout en ayant un accord avec l’UFC. Je ne connais pas la position de l'UFC sur le combat contre Mayweather. À ce stade, tout ce qui compte pour moi est le combat avec Gaethje », a éclairci Khabib.

Un avenir politique ?

Ces dernières années, en Russie, est évoqué l'avenir possible de Khabib à la tête de la République du Daghestan, sa région natale. Certaines publications le qualifient de « candidat idéal » pour ce poste.

Interrogé sur ses ambitions politiques, Nurmagomedov a répondu que « chacun doit s’occuper de son domaine ».

« Je n'ai pas encore fini en tant que sportif. Je veux amener ma carrière jusqu’à sa fin logique. Toute ma force et mon énergie vont au sport », a-t-il assuré, ajoutant ne pas avoir besoin de s'asseoir dans un bureau haut placé pour aider les gens autour de lui.

« Les affaires publiques font aussi partie de ma vie. J'ai commencé à le faire quand j'avais 23-24 ans. Croyez-moi, si vous avez ne serait-ce que 2 roubles, vous pouvez déjà aider les autres en donnant 1 rouble », a insisté l’athlète.

Selon lui, il n'a actuellement pas l'expérience nécessaire en matière de leadership pour devenir le chef de la République, et cela nécessite des personnes ayant une formation professionnelle.

« Si l'on parle du principal problème dans ma région, c'est le chômage. Je résoudrais ce problème en premier [si j'étais à la tête de la République] », a-t-il conclu.

Dans cet autre article, nous vous expliquons qui est Khamzat Chimaev, nouvelle star russe de l'UFC.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies