Que sait-on de la femme de la star de l’UFC Khabib Nurmagomedov?

Getty Images
En dehors de Khabib, de ses proches et amis, personne n’a vu son visage.

En septembre 2019, après le combat l’ayant opposé à l’Américain Dustin Poirier, Khabib Nurmagomedov est devenu le Russe le plus populaire su Instagram – à ce jour, il y compte plus de 17 millions d’abonnés.

Toutefois, cette popularité n’empiète guère sur sa vie privée. Jusqu’à récemment, les personnes extérieures à son cercle proche ne savaient pratiquement rien de lui. Lors de son mariage, qui a réuni en 2013 plus de 3 000 invités, la mariée n’a jamais montré son visage au public. En ligne, on ne trouve aucune photo d’elle et sur ce point, Khabib est catégorique : « Ma famille est un jardin secret ». Mais malgré toutes ces tentatives de cacher aux regards curieux cette partie de sa vie, quelques informations sur l’élue du cœur du combattant sont tout de même disponibles.

Une lointaine parente

L’épouse de Khabib s’appelle Patimat. Elle est née dans le même village montagneux que lu, Sildi, qui ne compte que quelque 200 habitants. D’ailleurs, on peut trouver des photos de cette localité sur le compte Instagram de la star UFC.

Comme le précise l’édition Mash, Patimat est le premier amour de Khabib – à l’école primaire, il aurait été son voisin de pupitre. Mais ce « voisinage » n’a duré qu’une seule année : la famille de Khabib n’a pas tardé à déménager à Kirovaoul, un autre village daghestanais, puis à Makhatchkala, la capitale.  

Dans une interview à Sport Express, le père de Khabib, Abdoulmanap, précise que Patimat est une « lointaine parente ». D’ailleurs, son nom de famille est également Nurmagomedov. En évoquant la famille de la mariée, Abdoulmanap l’a qualifiée d’« excellente » - dans ce petit village, les gens se connaissent depuis des générations.

>>> Terre natale de Khabib, champion de l’UFC: reportage au Daghestan, fabrique des meilleurs lutteurs

Plus de 3 000 invités

Khabib a décidé de se marier à l’âge de 22 ans. À ce moment, il figurait déjà sur la liste des combattants UFC, avait, par une série de brillantes victoires, attiré l’attention des Américains, avant d’être reconnu vers 2013 comme combattant UFC le plus prometteur.

Il est alors retourné dans son Daghestan natal et a envoyé son père chez les parents de Patimat pour lui demander sa main – c’est ainsi que la presse russe décrit aujourd’hui les faits. Toutefois, le père de Khabib indique que son fils avait d’abord demandé le conseil de son grand-père et que 5-6 candidates avaient été examinées. Le choix s’est finalement porté sur Patimat.

Ce mariage a été somptueux, même pour les Daghestanais, littéralement, tout le monde a été invité. « Tous ceux qui veulent présenter leurs vœux, peuvent venir », a-t-on alors annoncé. Et comme Khabib gagnait très vite en popularité, quelque 3 000 personnes ont effectivement assisté à son mariage. Il a donc fallu réserver une salle prévue pour 1 200 personnes et faire à trois reprises partir les convives pour laisser place aux suivants. Selon le taux de change de l’époque, le mariage a finalement coûté 21 200 dollars, ce qui n’est en réalité pas beaucoup compte tenu de l’envergure de l’événement. Comme l’explique la famille de Khabib, vu le respect éprouvé envers leur fils, toute une série de réductions a été faite.

Traditions et polygamie

Pendant les célébrations, Patimat cachait son visage sous un voile non transparent, personne n’a donc pu voir les traits de la mariée. Musulman, Khabib est très religieux et, comme le veut la tradition locale, seuls ses proches peuvent voir son épouse « non couverte ». Selon les coutumes islamiques, seules les chevilles, les mains et le visage peuvent habituellement être dégagés.

>>> Amène ta vodka chez ta future épouse... et autres traditions des mariages en Russie

« Sa beauté ne doit appartenir qu’au mari. Tout a été décidé il y a 400 ans », commente le père de Khabib.

D’après Mash, la plupart du temps, l’épouse de Khabib reste à la maison. Elle n’a pas de compte sur les réseaux sociaux et aucune photo confirmée d’elle n’est pour le moment disponible. Toutefois, les fans du combattant croient que sur ce cliché Nurmagomedov est représenté en compagnie de son épouse – mais, encore une fois, rien ne le prouve.

Le couple a deux enfants : en 2015, leur fille Fatima est venue au monde, puis, deux ans plus tard, leur fils Magomed a vu le jour. À l’occasion de la naissance de l’héritier, la famille a effectué des tirs depuis un vieux canon datant de l'époque tsariste. En septembre, il a été annoncé, que les Nurmagomedov attendaient de nouveau un heureux événement.

Dans l’une de ses interviews, Khabib a raconté pourquoi sa femme ne l’accompagne pas aux combats : « Je considère que la famille dérange. Par exemple [le combattant américain Daniel, ndlr] Cormier prend sa famille avec lui. Au cours de la dernière semaine [avant le combat, ndlr], lors de la sèche, sa famille est toujours à côté. Lui, ça l’aide, moi c’est le contraire. Je considère que ma famille doit être loin de tout cela ». Cette discrétion ne passe pas inaperçue et a même donné lieu à un énième scandale avec son rival, l’Irlandais Conor McGregor – sur Twitter, ce dernier a comparé l’épouse de Khabib à une... « serviette ».

« Si tu crois que tu peux offenser la religion d’autrui et rester en sécurité », a alors répondu Khabib, qui avait plus tôt comparé son adversaire à une femme jalouse menaçant sans cesse de partir pour finalement rester.

>>> Culte de la virilité: qui est «l’homme du Caucase»?

Selon les dires du père de la star du combat, le cœur de son fils est occupé par une seule femme et il n’en a pas d’autres. Toutefois, dans ce même entretien, il affirme que dans leurs famille les hommes prenaient une deuxième, voire une troisième épouse après l’âge de 50 ans [en Russie, la loi interdit la polygamie, ce genre d’union n’est pas reconnu officiellement. Le « mariage » de ce type est conclu en présidence du mollah, ndlr]. Donc, explique le père, si maintenant Khabib décide de se marier encore une fois, son père lui répondra qu’il est trop tôt pour un nouvel hymen et qu’il ferait mieux de s’occuper de sa famille actuelle. « Mais, en général, je ne serai pas contre sa deuxième ou troisième famille. Si Dieu le lui permet, pourquoi je le lui interdirais ? », conclut-il.

Dans cet autre article, nous nous intéressons à la tradition du mariage en Tchétchénie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies