Moustiques mutants et bronzette sur glace: avec quoi rime l’été en Sibérie?

Anastasia Grouzdeva
Nous avons des plages glacées, une chaleur de 30 degrés avec de la neige et des moustiques redoutables.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Sibérie est un territoire sans fin parsemé de taïga, de toundra, de montagnes et de lacs. L’été y est très court et lumineux, une période durant laquelle les animaux sauvages se montrent peu farouches. Comment se décline donc la saison estivale en ces terres d’outre-Oural ?

Les légendaires moustiques de Sibérie

Vous voyez ce joli nuage au loin ? Il vaut mieux ne pas s'en approcher trop près, car il s’avère constitué d'énormes moustiques assoiffés de sang. L’on en trouve même en pleine ville et les répulsifs et combinaisons anti-moustiques les plus modernes ne vous seront d’aucune utilité face à eux. Ils piquent en effet à travers les vêtements, si bien qu'au bout d'un certain temps, les gens commencent à les percevoir simplement comme une caractéristique régionale à laquelle il faut se résigner.

« Au début, chaque morsure démange, gonfle de près de 4 à 5 cm, et après deux ou trois jours, on s'y habitue et on la tolère beaucoup plus facilement », assurent les locaux.

Voici une vidéo de Iakoutie : sur les murs de la maison, des hordes de moustiques attendent le retour des propriétaires.

Outre les moustiques, on trouve également les simulies et les taons.

Les essaims de ces petits insectes se comportent de manière agressive et c'est encore plus effrayant qu'une simple piqûre de moustique, car ces nuées sont constituées de différentes espèces de suceurs de sang qui agissent simultanément.

« Quand on est mordu, on a l'impression que chaque fois une terminaison nerveuse est visée, ça fait vraiment mal. Il est impossible de s'y habituer, ou il faut plus de temps pour s'y habituer que l'été ne dure dans le Nord », disent ceux qui y ont été confrontés.

>>> Comment la Sibérie est devenue un pays (et pourquoi elle a cessé de l’être)

Bronzer sur un glacier

En hiver, il fait très froid en Sibérie (l’on y trouve d’ailleurs le permafrost, tandis qu’y sont situés les points de peuplement les plus froids sur Terre, Oïmiakon et Verkhoïansk, ainsi que les cimetières des vents arctiques). Mais en été, le mercure peut parfaitement dépasser les 40° ! Surtout dans le Sud, où la chaleur peut persister plusieurs semaines d'affilée. Toutefois, dans le centre et le Nord de la région, le temps peut changer très rapidement. Parfois, ces journées chaudes arrivent même si soudainement que la neige n'a pas le temps de fondre.

En Iakoutie, il y a d’ailleurs des glaciers qui ne fondent pas même sous la chaleur (dont le plus célèbre est celui de Boulouous), où l'on peut se détendre et prendre un bain de soleil. Oui, ces lieux deviennent officiellement des zones de loisirs pour les touristes ! Une alternative originale aux plages de sable.

Variations thermiques

Dans le Sud de la Sibérie, qui est en lui-même une vaste région, l'été dure trois mois et est souvent très chaud, ce qui laisse le temps aux habitants de cultiver des céréales et bien plus encore. Mais dans le Nord, l'été apparaît très court (d'un mois à littéralement deux jours), et le temps très instable. La température en journée peut être ainsi être de +30, et en soirée de +10, donc les locaux profitent au maximum de la chaleur tout en ne s’éloignant jamais trop de leurs vestes.

« J’atterris de Moscou le 1er juin, vêtu d'une veste et de chaussures, je sors de l’appareil, je me tiens debout, je parcoure d’un regard impérieux mes terres natales, je respire l'esprit sibérien plein la poitrine, et puis une boule de neige me vole au visage, écrit un Moscovite à propos d’un voyage sur la péninsule de Iamal. Mes doigts sont gelés tout de suite, mon visage pétrifié par le froid. 3 heures plus tard, la neige avait déjà fondu dehors, les oiseaux chantaient et en conduisant mes bras avaient déjà bronzé. Alors je me dis qu'on devrait s'arrêter, se dégourdir les jambes. Je jette ma veste, je sors, je profite de la vie, j'entends "JJJJJJJJ », et je sens qu’on me mord ! Où ils mordent, je ne peux pas le dire, parce qu'ils m’ont mordu partout. 3 secondes – 10 litres de sang et 5 kilos de viande comme jamais auparavant ! ».

>>> La Sibérie résumée en dix photographies

Un cycle jour/nuit déboussolant

Tout le monde sait qu'en été, les jours sont plus longs et les nuits plus courtes. La question est de savoir à quel point ces dernières le sont. Plus on va au nord, plus la journée d'été est longue. À 60 degrés de latitude, les nuits blanches arrivent, c'est-à-dire que le Soleil ne disparaît pas ou peu à l’horizon, si bien qu’il ne fait jamais réellement sombre. Et au-delà du cercle arctique, l’astre solaire brille h24.

Ici, le bateau est roi

Un des problèmes de la Sibérie est qu'il y a beaucoup de rivières et peu de ponts. Le fait est que le lit des cours d’eau sibériens est très difficile à construire pour des structures solides, et donc même pour relier en voiture des villes voisines, situées en face l’une de l’autre et séparées par un fleuve, il faut fréquemment faire d’importants détours, parfois de plusieurs centaines de kilomètres. Pour éviter cela, franchir ces obstacles naturels en bateau est très courant, même pour des trajets du quotidien. En hiver, c’est encore plus simple, puisque l’on peut rouler sur la glace emprisonnant les rivières.

>>> Ces lieux de Russie où la vie est des plus rudes

La nature sauvage au contact de l'homme

En été, les animaux sauvages peuvent apparaître dans les villes sibériennes entourées par la taïga ou la toundra. Les rennes du Nord piétinent vos plantations ? Les renards arctiques volent les poissons que vous venez de pêcher ? Ici, rien de plus normal !

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi des gens vivent malgré cela encore en Sibérie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies