Pourquoi des Russes vivent-ils (toujours) en Sibérie?

Getty Images
L’hiver ici est un test de survie, les distances sont énormes, les ours sont dans les rues, prêts à attaquer les chiens et parfois les hommes. Alors pourquoi tant de Russes vivent-ils encore en Sibérie et y déménagent-ils?

« - On dit qu’en Sibérie, les ours marchent sur les routes...  

  - N’importe quoi ! Il n'y a pas de routes en Sibérie ».

C'est une vieille blague ironique sur la Sibérie, avec laquelle les habitants tournent en dérision les « préjugés » (car il y a bien des routes en Sibérie), et que les touristes prennent pour la vérité.

Beaucoup de gens, et parmi eux bon nombre de Russes, sont convaincus qu'il est impossible de décider de vivre de son propre gré en Sibérie. Si vous avez entendu parler de la Sibérie, alors c’était sûrement des ours dans les rues, des hivers très durs et de la taïga sans fin (ou peut-être ne savez-vous même pas où cette Sibérie se trouve – c’est aussi une question commune).

Cependant, 36 millions de personnes vivent ici, et tout cela dans un territoire plus grand que les États-Unis. Par le passé, des chercheurs d'or se rendaient en Sibérie, puis des exilés de tout le pays y furent déportés. Mais cette époque est révolue et les gens sont toujours en Sibérie. Alors pourquoi ne partent-ils pas ?

>>> Surpris par la Russie: comment Tom Hardy a conquis la Sibérie

La Sibérie est très belle

C'est la première chose que les habitants de Sibérie vont vous dire. Et parfois, cet argument surpasse tous les inconvénients, comme un climat assez dur. Parce que la Sibérie, c’est une nature intacte, des kilomètres de forêts, de vallées et de montagnes. Chaque saison est clairement différenciée : si l'été est chaud et ensoleillé, en automne, la forêt immémoriale se pare de tons jaune-rouge, dans un festival de couleurs que les mots peinent à décrire. Pour ceux qui sont nés et ont grandi ici, la nature possède une importance extrême.

« Il existe très peu d'endroits sur la planète où on peut monter dans une voiture, conduire à 200 km de la ville et boire de l'eau, dans la forêt, directement d'un ruisseau... C'est notre richesse », déclare Konstantin Ponomarev, enseignant à l'Université d'État de Novossibirsk.

La Sibérie a beaucoup de terres et elles sont bon marché

Oui, en Sibérie, il reste encore beaucoup de terres libres, même pour 36 millions de personnes. La densité de population est inférieure à trois personnes par kilomètre carré. Souvent, les villages sont séparés par de grandes distances avec non peuplées de 50 à 100 km. Mais acheter un terrain, un appartement ou une maison ici n’est pas cher.

« Par exemple, un appartement de trois pièces à Bratsk (une ville de la région d'Irkoutsk, à 4 800 km à l'est de Moscou) coûte entre 1,2 et 2,5 millions de roubles (16 000 à 34 000 euros). Une maison de trois pièces dans un village près de Bratsk coûte de 300 000 roubles à un million de roubles (4 000 à 15 000 euros). À Moscou, le prix varie de 7 à 50 millions de roubles (environ 100 000 à 750 000 euros) pour un appartement de trois pièces. À Toula, une ville proche de Moscou, cela va chercher dans les 3 à 7 millions de roubles, soit 45 à 100 000 dollars », précise Mila Lana, une résidente de Bratsk.

En conséquence, beaucoup de gens préfèrent avoir leur propre maison - avec un jardin, un potager et une place de parking - plutôt qu'un appartement exigu en Russie centrale.

Il y a de grandes villes

Parallèlement, il existe en Sibérie des villes densément peuplées et développées, des centres et instituts scientifiques équipés de l’Internet haute vitesse, et des lieux de villégiature. En fait, on trouve ici trois villes de plus d’un million d’habitants et 19 villes de plus de 100 000 habitants. Novossibirsk, Omsk, Krasnoïarsk, Barnaoul et Irkoutsk sont les cinq villes les plus peuplées de Sibérie.

« J'ai déménagé à Novossibirsk il y a presque 7 ans pour un grand amour. L'amour est parti, mais je suis restée. Par rapport à la ville où j’habitais auparavant, il existe une dynamique folle à Novossibirsk, et c’est très intéressant ici », déclare Russia Beyond Alexandra Sertchenko. Elle a quitté Kaliningrad, une ville de l'ouest de la Russie, à 1 260 km de Moscou et à 4 630 km de Novossibirsk.

« Novossibirsk est une ville qui attire de nombreux nouveaux arrivants qui souhaitent améliorer leur vie et gagner plus. Tout le monde dans mon entourage travaille dur, apprend et invente sans cesse de nouveaux projets, a-t-elle déclaré. La ville dispose de zones de services, d'événements et de restaurants très développées. En outre, de nombreux formats et lieux sont d’ores et déjà devenus ennuyeux pour la population locale. Les gens ont été gâtés par les événements. Je travaille dans ce domaine et je dois être créative tout le temps pour attirer les gens ».

>>> Cratère Patom: un mystère au fin fond des forêts de Sibérie

La sécurité règne

Quoi d'autre ? Beaucoup disent que la Sibérie est un endroit sûr. « Pas d'attaque terroriste, pas de cataclysmes, beaucoup moins d'air pollué (à l’exception de certaines villes industrielles) que dans l’Ouest de la Russie », a déclaré Dmitri Vesler, un résident de la Sibérie orientale, sur Quora.

Quant à la météo, on s’y habitue. Pour un Sibérien typique, le climat rigoureux semble être le dernier argument pour quitter cet endroit. Pour ceux qui n'ont pas vécu ici toute leur vie, on y prend goût aussi : « Le temps me rend heureux : la neige tombe et elle est ferme, et vous n'avez pas de neige fondue et sale comme au bord de la mer, ni de pluie le jour de l'an. L'essentiel est de choisir les bons vêtements et le reste, ce n'est pas sorcier, explique Alexandra Sertchenko. En raison du long hiver, vous valorisez davantage l'été et la vie en général ».

Savez-vous que la Sibérie n'est pas uniquement des kilomètres de taïga, mais aussi des paysages désertiques? Pour en savoir plus, suivez le lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies