Comment font les Russes pour traverser les rivières gelées?

Yegor Aleyev/TASS
Dans les villes du Grand Nord, les habitants roulent en voiture sur des rivières gelées. Ne serait-il pas plus facile de construire un pont? Facile à dire…

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les résidents de Salekhard et de Labytnangi se rendent constamment visite : à Salekhard se trouvent un aéroport, un cinéma et une discothèque, tandis qu’à Labytnangi il y a une gare et des produits beaucoup moins chers. Ces deux villes de la péninsule de Yamal sont situées l’une en face de l’autre, de part et d’autre du fleuve Ob - cela semble littéralement à portée de main. Mais pour les habitants, la traversée se transforme parfois en parcours du combattant, car il n'y a pas de pont.

En été, des ferries font des allers-retours, mais en hiver, une nouvelle route voit le jour pour les habitants de ces villes : un passage à travers la glace. De tels passages peuvent être trouvés dans presque toutes les régions du nord de la Russie, de la région d'Arkhangelsk à la Iakoutie.

Comment on prépare les « routes hivernales »

Un passage sur la glace, ou « route hivernale », n'est pas seulement une route aménagée dans la glace. Il s'agit d'un système de voies avec une certaine distance entre elles et où s’applique le code de la route : sur la glace, vous devez respecter une limite de 40 km par heure. Il faut généralement deux à trois semaines afin de préparer une « route hivernale »  pour les services routiers à partir du moment où la croûte de glace se forme : ce temps est nécessaire pour que la glace en surface ait une épaisseur suffisante afin que les voitures puissent y rouler.

Voici à quoi ressemble un passage gelé en décembre : 

Des planches sont disposées sur toute la longueur du passage, et on y verse ensuite de l'eau pour plus de solidité. C'est ce qu'on appelle le processus de congélation. Cela ressemble à ceci : à plusieurs endroits, des trous sont percés et on pompe de l’eau vers la surface pour qu'elle se propage sur la glace et les planches. Ensuite, l'eau est nivelée à l'aide d'un tracteur ou manuellement afin qu'elle gèle de façon uniforme. Ce n'est qu'après que les panneaux de signalisation et l'éclairage sont installés (mais cela ne se produit pas partout : pour cela, vous devez tirer un câble électrique depuis la rive).

Avec une épaisseur de glace de plus de 20 cm, la rivière peut être traversée en toute sécurité à pied ; lorsqu’il y a plus de 38 cm, les voitures peuvent circuler, et lorsque la glace atteint un demi-mètre, on ouvre la voie aux camions. Le poids maximum d'un véhicule pour une telle traversée est de 30 tonnes.

Au passage de Salekhard, il y a trois voies de 30 mètres de large et 1 700 mètres de long. Depuis Salekhard, il existe une seule voie pour tous les véhicules, et depuis Labytnangi – deux : une pour les voitures, l'autre pour les camions transportant des marchandises arrivées par chemin de fer.

>>> Comment survivre face au vent le plus violent de la planète, le Ioujak?

« La traversée ne prend que 15 minutes, a déclaré la résidente locale Tatiana Mokhnova. En hiver, ce n'est pas du tout effrayant, c'est une route entièrement équipée : il y a des panneaux de signalisation, des postes de police de la circulation, des caméras ont été installées, et maintenant vous pouvez observer l'état de la route en ligne, depuis chez vous ».

Les travailleurs surveillent constamment l'épaisseur de la glace, la faisant geler au besoin à plusieurs reprises - jusqu'à ce que le dégel commence.

Le pire, c'est l'entre-saisons

Mais après le dégel ou lorsque la glace n'est pas encore solide, la traversée devient beaucoup plus extrême. Tatiana se souvient avoir utilisé le passage sur glace pour la première fois la veille de sa fermeture – et elle s’est fait une belle frayeur. « Je devais aller chercher un conteneur à Labytnangi, mais le passage à niveau était en train d’être fermé, et ensuite j’aurais dû attendre longtemps. Mais j'ai trouvé chauffeur de Kamaz qui a accepté de me transporter, a-t-elle déclaré. Nous roulons, et là la route est déjà en train de fondre, et notre fenêtre est immergée dans l'eau, nous flottons littéralement. C'était tellement  effrayant, et le chauffeur m'a dit : "De quoi as-tu peur ? Tu n’es pas la première, ni la dernière" ». Le camion Kamaz a tenu bon.

En général, durant l’entre-saisons, des aéroglisseurs relient les deux rives. Mais vous ne pouvez pas emporter beaucoup de choses avec vous sur un bateau, tout au plus une petite valise. Par conséquent, tout le monde attend l’ouverture des « routes d’hiver » avec impatience.

« Tant que la glace n’est pas solide, tous les magasins de Salekhard essaient de stocker davantage de produits non périssables. Le lait disparaît, mais les pâtes et le ragoût en conserve restent sur les rayons. Et quand le lait réapparaît, alors nous comprenons que c'est bon », explique Tatiana.

Voici, par exemple, un petit passage sur la rivière Severnaïa Dvina. La dérive des glaces a déjà commencé. Le passage est fermé aux voitures, il n'y a pas de bateaux non plus, mais les gens doivent se rendre de l'autre côté - et ils traversent donc la rivière à pied.

>>> Prisons ou havres de paix: à quoi ressemble la vie dans les villes fermées de Russie?

Cependant, il arrive souvent que les automobilistes ignorent les avertissements des services routiers et conduisent sur ces routes à leurs risques et périls. En conséquence, des voitures finissent parfois au fond de la rivière.

« Pendant l’entre-saison, il est impossible de transporter des marchandises depuis Iakoutsk, elles s'accumulent toutes sur la rive droite, à la gare de Nijny Bessiakh, explique Nikita Tananaïev, un habitant de la ville. Je n'ai jamais conduit après la fermeture du point de passage, mais certains violent [son mode d’utilisation], puis des problèmes surviennentSouvent, les chauffeurs voient leur camion s’enliser et demandent aux habitants de les aider à les sortir. Il y a beaucoup de conteneurs au fond ».

Et les ponts, dans tout ça ?

À la fin des années 1940 et au début des années 1950, on a tenté de construire plusieurs ponts à Yamal et en Iakoutie: les dirigeants du pays ont décidé de mettre en œuvre le projet de chemin de fer transpolaire de Salekhard à Igarka (d’environ 1 300 km le long du cercle polaire arctique, à travers des sols marécageux). En conséquence, plusieurs sections ont été construites, et elles étaient censées être reliées par des ponts au-dessus des rivières - mais la construction était trop chère et complexe.

« Où est le problème ? », pourrait-on penser. Finalement, l'Ob n’est pas si large - seulement quelques kilomètres. Il s'avère que les rivières du Grand Nord sont très capricieuses : premièrement, leur cours a une fâcheuse tendance à bouger, et quelques années plus tard, le pont pourrait se retrouver à un endroit complètement différent. Deuxièmement, elles ont un fond mouvant et difficile, et vous devez choisir le bon endroit pour que pendant la dérive des glaces, les blocs n'endommagent pas les supports du pont. Troisièmement, nous sommes en territoire de pergélisol : quand la glace fond en été, le pont risque de s’effondrer.

>>> Royaume du froid: la vie dans les villes russes construites sur le pergélisol

À Iakoutsk, le pont est également très attendu, bien qu'il soit encore plus difficile de le construire là-bas : la largeur de la rivière Lena est d'environ 3 km et, avec les routes d'accès, la structure devrait faire environ 10 km. C'est compliqué et cher. « De plus, nous avons souvent des embâcles, au printemps, le niveau de l'eau monte, la glace se brise et s’accumule dans les virages en bloquant l'eau - à cause de cela, des inondations se produisent souvent », explique Nikita Tananaïev.

Néanmoins, des ponts à Salekhard, Iakoutsk et plusieurs autres grandes villes du Nord devraient être construits d'ici cinq ans : les projets ont déjà été approuvés.

Pourquoi la Russie est-elle si impressionnante ? Pour savoir la réponse jetez un œil à notre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies